Contenu principal

Message d'alerte

Annoncé le 22 juin dernier lors, 11e journée nationale de réflexion sur le don D'organes et la greffe et en chantier depuis 2010, celui-ci devrait enfin voir le jour. C'est à
l'occasion de la 7e semaine nationale pour le don de moelle osseuse que la secrétaire d'État à la santé, Nora BERRA, a déclaré la mise en place d'un « Plan greffe 2012-Des chirurgiens réalisant une greffe d'organe (illustration)Des chirurgiens réalisant une greffe d'organe (illustration)2016 », dont l'enjeu essentiel reste la progression du nombre de greffes en France. Le nouveau dispositif envisagé était issu de la collaboration de la Direction générale de la santé (DGS), la Direction générale de l'offre de soins (DGOS) et de l'Agence de la biomédecine.

L'ambition affichée est de « favoriser le développement des greffes de rein à partir de donneurs vivants », mais aussi « d'augmenter le nombre et la qualité » des dons de moelle osseuse réalisés à partir de donneurs vivants pour soigner généralement des leucémies et lymphomes

Selon une enquête effectuée en février 2011 par Opinion Way pour la Fondation Greffe de vie, si les 3/4 des Français se disent prêts à donner leurs organes après leur mort, 40 % d'entre eux pensent que la possession d'une carte de donneur suffit à faire connaître leur volonté. Or cette carte reste indicative et n'a pas de valeur légale. Les médecins interrogent toujours la famille pour confirmer le consentement au don. Incertains de la volonté du défunt, les proches refusent fréquemment le prélèvement.

La loi de bioéthique, a été adoptée définitivement juin 2011, a permis un certain nombre d'améliorations notamment dans la pratique du don croisé d'organes afin d'étendre les possibilités de don de rein entre vivants. Le don D'organes entre vivants est également élargi, au-delà de la famille proche.

Augmenter le nombre de greffes avec des donneurs décédés

2012.03.26.les-differentes-greffes-possiblesUne autre volonté mise en avant par la secrétaire d'État à la santé est d'« augmenter le nombre de greffes d'organes et de tissus à partir de donneurs décédés » avec comme objectif global de « passer de 4 708 greffes en 2010 (dont 300 à partir de donneurs vivants) à 5 700 en 2015 ». Pour 15 613 malades en attente d'une greffe en 2010.

Une autre mesure prônée par Nora Berra est d'« améliorer le suivi à long terme des patients greffés et des donneurs vivants ». C'est l'Agence de la biomédecine, l'organisme public chargé d'organiser et d'encadrer les prélèvements et les dons de greffons, qui sera par ailleurs chargé de la mise en œuvre de ce plan.

Dans ce contexte, « il est prévu de renforcer les moyens » de cette agence, indique-t-on au ministère, sans préciser la nature des moyens supplémentaires alloués pour atteindre les objectifs fixés dans ce plan. La directrice de l'association des malades du rein Renaloo, Yvanie CAILLE, critique la « discrétion » qui entoure le lancement de ce plan, en chantier depuis 2010, et l'absence « d'information sur les moyens dédiés ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir