Contenu principal

Message d'alerte

La députée Muriel RESSIGUIER interpellant la ministre du travail sur le mal être au travail et et la hausse des suicides« Le mal-être au travail est devenu un fait de société que personne ne peut plus ignorer » aura déclare la députée Muriel RESSIGUIER, de la 2e circonscription de l'Hérault de la France Insoumise, comme introduction a sa question sur le vote prochain des ordonnances modifiant le code du travail et notamment celle qui « vise à fusionner les I.R.P. et limitera les moyens d’action du CHSCT ». Un mal-être que syndicat et associations dénoncent depuis années et touche et qu’avait constaté une mission parlementaire en 2016 présidé par Yves CENSI (LR)

Le sénateur des bouches du rhône Jean Noel Guerini © capture écran 2016 sénatLe Sénateur des Bouches du Rhône, Jean-Noël GUERINI (RDSE), n’aura malheureusement que peu de chance de recevoir sa réponse qui date de décembre 2015, alors que la Secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées, Ségolène NEUVILLE s’apprête a partir il vient néanmoins de relancé, la secrétaire d'État, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion au sujet de la question relative la protection de l’enfance en situation de handicap. Handicap et protection de l'enfance ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour.

La Senatrice de Toulouse Brigitte Micouleau concernant les rythmes scolairesMalgré ces informations et les promesses de la ministre du travail de l’augmentation du nombre d’emplois aidés au sein des ESAT ou des Entreprises adaptées, la secrétaire d'État, Ségolène NEUVILLE en charge des personnes handicapées, ne semble pas estimé l’importance de cette question qui peut se relevé essentiel et posé par la Sénatrice Brigitte MICOULEAU (LR) sur la prise en charge des frais de transport des travailleurs handicapés accueillis dans les établissements et services d'aide par le travail (ESAT). Une question écrite posée pour la première en octobre 2016 et qui trois mois plus tard et toujours sans réponse...

Le Depute Daniel Fasquelle lors de l intervention pour l explication de sa resolutionSoutenu par un collectif associatif qui avait même lancé il y a quelques jours une pétition qui avait réuni près de 1500 signatures, le député Daniel FASQUELLE et les 93 autres députés (LR) n’auront donc pas convaincu l'ensemble des députes de droite comme de gauche pour sa résoultion. Une demande que la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, Ségolène NEUVILLE a estimé dans l'hémicycle comme « « attaque sans précédent contre l'ensemble des professionnels de santé », précisant que cette résolution aurait « pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être ».

Les deputes lors d une seance a l Assemblee nationaleLes députés qui ont terminé l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2017. Une rallonge de 15 M€ au plan d’aide à l’investissement du médicosocial a été annoncée par la ministre de la Santé et des crédits supplémentaires ont été octroyés pour le maintien à domicile des personnes âgées ou atteintes d’un handicap : 20 M€ pour l’adaptation des logements et 50 M€. Un texte voté le 2 novembre 2016, voté en présence 527 députés en première lecture à une courte majorité : 272 députés pour et 240 contre (15 abstentions).

La Deputee PRG Dominique ORIACAnnoncé le 15 juin dernier par Marisol TOURAINE lors des premiers débats sur le PLFSS 2017, la députée Dominique ORIAC aura pour la deuxième fois interrogée la ministre sur ce troisième plan Maladie rare très attendue par les familles notamment. Interrogeant Marisol TOURAINE sur « ses modalités de mises en œuvre sont encore imprécises ». Un député du groupe Les Républicains aura assené d’un « Eh oui ! Elle a raison ! ». Dominique ORIAC qui aura souligné regretté ne pas avoir trouvé de réponse le 15 juin dernier, portant sur la nécessité d’une co-construction de ce plan avec l’ensemble des acteurs concernés : associations de malades, chercheurs, professionnels de santé ou encore industriels du médicament.

La Senatrice Dominique GILLOTLe handicap et l’accessibilité n’est donc pas une question prioritaire pour la majorité actuelle du Sénat. C’est le sentiment qu’exprime la Sénatrice Dominique GILLOT et présidente du CNCPH qui dans un communiqué exprime son indignation après que la commission spéciale du Sénat, chargée d’examiner les amendements sur le Projet de loi Égalité & Citoyenneté. Celle-ci ayant déclaré irrecevable son amendement visant à introduire dans la formation initiale et continue des professionnels de justice, une formation sur la spécificité de l’accueil et de l’accompagnement des justiciables avec handicap.