Contenu principal

Message d'alerte

De gauche a droite le sénateur du nord Éric BOCQUET du groupe communiste Thani MOHAMED SOILIHI Sénateur de Mayotte de La République en MarcheIl avait pourtant affirmé haut et fort que le handicap serait « l’une des priorités de son quinquennat », force et de constater comme l’affirment les associations, avec le collectif Urgence Handicap mais aussi Handi-Social 31 que la réalité ne semble pas la même pour les personnes en situation de handicap. Des parlementaires eux-mêmes s’inquiètent comme le sénateur du nord Éric BOCQUET du groupe communiste ou Thani MOHAMED SOILIHI du groupe La République en Marche. Tous deux ayant interpellé par écrit ce 24 mai, Sophie CLUZEL a la foi sur le manque de place dans les IME, le second sur la situation désastreuse la défaillance des aménagements réservés aux personnes à mobilité réduite à Mayotte.

Un manque de place en IME
Dans laquelle le sénateur du groupe communiste républicain citoyen et écologiste a exprimé dans cette question écrite les craintes des familles et des associations face au manque criant de places au sein des instituts médico-éducatifs (IME) en France. Des enfants et adultes qui malgré leur handicap, «parfois lourd », sont contraints à des listes d’attente «longues et difficiles tant pour les enfants, que pour les parents concernés qui oscillent entre colère et désarroi ». une situation confirmée par l’UNAPEI qui, en 2017, estiment ce chiffre à 33 500 personnes handicapées sans solution dans son seul réseau. Des parents précisent, le Sénateur « contraint pour cela à véritable parcours du combattant ». Une situation inacceptable selon le Sénateur qui rappelle que « l’éducation pour tous est un droit fondamental (…) C’est une question de justice sociale et de solidarité. Surtout, dans notre République, tout doit être mis en œuvre pour que chaque enfant, quelle que soit sa différence ou son handicap, puisse compter pour un ». Aujourd’hui,

Éric BOCQUET qui demande a la Secrétaire d’État Sophie CLUZEL que cette situation puisse prendre fin pour ces « nombreux enfants qui sont sans solution d’accompagnement ». Le sénateur qui demande dans sa question écrite a la ministre, quel plan d’action compte prendre le gouvernement pour « augmenter le nombre de places en instituts médico-éducatifs et ainsi répondre à une demande forte et légitime des parents ».

Une question abordée a plusieurs reprises comme février 2017 Jean-Luc BLEUNVEN ne recevant que pour toute réponse de Mme Ségolène Neuville, des promesses sur la mise en œuvre d’une démarche intitulée « une réponse accompagnée pour tous ». consistante à trouver une « solution personnalisée pour chaque personne concernée. Depuis le début du mois, 90 départements se sont engagés en ce sens ». Un gouvernement qui s'il vrai aura compté, en 2017, la création de 4 000 places oublie que qu’une partie des créations sert à absorber la croissance démographique. Les listes d’attente se résorbent donc lentement. Le sénateur recevra-t-il un engagement et une réponse a la hauteur des moyens demandés. Pas certains si l’on écoute les craintes de l’intersyndicale des jeunes sourds et aveugles, elle-même craignant à la fermeture d’établissement pour cause de restriction budgétaire.

Défaillance des aménagements à Mayotte….
Pour preuve que cette situation semble touchée y compris les bords de la majorité présidentielle, puisque le Sénateur de Mayotte M. Thani MOHAMED SOILIHI a lui attiré l’attention de Mme, la secrétaire d’État, chargée des personnes handicapées sur la défaillance des aménagements réservés aux personnes à mobilité réduite à Mayotte. Le sénateur dénonçant le manque de moyens actuellement sur le territoire mahorais qui compte environ 2 900 personnes en situation de handicap. « Néanmoins force est de constater que l’aménagement des lieux publics ne répond pas aux besoins de cette partie de la population ».

Une situation qui demeure encore plus urgente que sur la métropole au vu de l’immense retard dont certaines constructions nouvelles n’incluent pas l’accès aux personnes a mobilité réduite pourtant prévue par la loi de 2005. Le Sénateur qui a demandé a la Secrétaire d’État ce que le « gouvernement compte faire pour promouvoir une réelle accessibilité pour les personnes en situation de handicap à tous les établissements recevant du public à Mayotte » A ce demandé ou était allée La première dame de France en avril dernier lors du voyage du Président Emmanuel MACRON en mars dernier, il semble donc que son voyage de quelques heures ne lui pas permît de voir la réalité, ou qu’il ait préféré fermer les yeux sur certaines questions.

Stéphane LAGOUTIÉRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir