Contenu principal

Message d'alerte

Inauguration Plaque_Resistant_1939_2014_de_la_FAFEn présence de la secrétaire d’État en charge du Handicap et de la Lutte contre l'Exclusion, Madame Ségolène NEUVILLE, et de certains présidents d’associations, le président de la Fédération des aveugles de France, Vincent MICHEL, a dévoilé, ce mercredi, la plaque commémorative en l’honneur des résistants aveugles et amblyopes qui au péril de leur vie durant la Seconde Guerre mondiale ont défendu les valeurs de la République. Sur cette plaque, 105 des 135 résistants sont inscrits.

« Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers, nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés qui déchiriez la nuit de vos ongles battants. Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent ». Même si les résistants aveugles et amblyopes n’étaient pas aussi nombreux, la Fédération des aveugles de France a tenu à leur rendre hommage en dévoilant, ce mercredi au siège de l’association, une plaque commémorative à leur attention. Malgré leur handicap, ils n’ont pas hésité à porter haut et fort les valeurs de la République.

« Pour célébrer le 70e anniversaire sur la barbarie nazi, nous sommes réunis dans cette maison des personnes aveugles et amblyopes de France pour faire mémoire, pour réfléchir et pour agir. Il était tout à fait normal que nous nous souvenions de ces 135 personnes, dont 105 sont inscrits sur cette plaque, au péril de leur vie ont participé à cet acte de résistance », a déclaré le président de la Fédération des aveugles de France, Vincent MICHEL.      

Un devoir de mémoire

Durant cinq années, ces hommes et ces femmes ont accueilli des prisonniers, intercepté des communication, véhiculé des messages en direction de la Résistance. À travers tous ces acte de bravoure, ils ont contribué à ce que la France, malgré l’honneur qui la frappait depuis le 18 juin 1940, puisse redevenir un pays libre, souverain et indépendant. Malheureusement deux d’entre eux seront fusillés et cinq seront déportés dans les camps d’internement tristement connus. C’est pour cette raison qu’il faut faire ce devoir de mémoire.

« C’est grâce à tous ces combattants que nous sommes libres aujourd’hui. J’ai bien compris votre message Monsieur le président MICHEL qu’il faut agir, mais c’est à nous de transmettre leur mémoire à nos enfants car ils ne connaissent pas cette histoire. À tous ces héros et héroïnes, nous leur devons de transmette ces valeurs qu’elles ont défendues », a rappelé la secrétaire d’État en charge du Handicap et de la Lutte contre l’Exclusion, Ségolène NEUVILLE, dans son hommage aux résistants aveugles et ambluopes. Désormais, on ne pourra plus les oublier. 

Romain BEUAVAIS

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir