Contenu principal

Message d'alerte

Segolene NEUVILLEen en visite chez les commercant pour  l accessibiliteAlors qu'au 1er janvier 2015, les lieux ne sont pas accessibles aux personnes handicapées, la ville de Paris se mobilise pour déposer en temps et en heure son agenda d'accessibilité programmé pour ses 1700 établissements recevant du public. À l'occasion de l'ordonnance prévoyant de nouveaux delais pour la mise en accessibilité pour les handicapées, Bernard JOMIER, adjoint à la maire de Paris en charge du handicap, voulait prouver à sa secrétaire de tutelle que la capitale s'engage auprès des commerçants

pour qu'ils soient le plus tôt accessibles.Certains sont déjà aux normes alors que d'autres ne sont même pas au courant. Ségolène NEUVILLE doit donc sensibiliser les commerçants parisiens en leur expliquant qu'ils doivent déposer un ad'ap avant le 27 septembre 2015. Et peut-être qu'au final, on aura cette socièté accessible pour tous qu'on espère depuis déjà dix ans...

Il est 14h30 lorsque la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'Exclusion, Ségolène NEUVILLE, arrive place de l'Hôel de Ville (Paris 4e) pour partir à la rencontre des commerçants parisiens afin de porter à leur connaissance cette problématique de l'accessibilité.

Après la ratification définitive de l'ordonnance prévoyant de nouveaux délais pour l'accessibilité des handicapées, la secrétaire d'État accompagnée de l'adjoint à la maire de Paris, Bernard JOMIER, « comprends la déception des Associations mais il faut comprendre pourquoi la loi de 2005 n'a pas fonctionné ».

Une rampe amovible peut être la solution pour l'accessibilité des personnes handicapées

C'est pour cette raison que la ministre demande au chocolatier rue des Archives (paris 4e) « s'il est au courant qu'il doit déposer un agenda d'accessibilité programmé avant le 27 septembre ». Le gérant est au courant et il va faire les travaux pour mettre une rampe qui va lui coûter environ 3000 euros. Une question qu'elle réitère quelques magasins plus loin. Chez Givenchy, on a trouvé la parade pour la mise en accessibilité puisque une deuxième entrée sur la cour est adaptée pour les personnes handicapées.

Pour le commerce d'articles médicaux, l'accessibilité est une question qui préoccupe depuis plusieurs les années les gérants de ce commerce. De ce fait, ils ont mis en place une rampe amovible qui coûte environ 1000 euros. Cela prouve bien que l'accessibilité n'est pas qu'une question d'argent.

Mais dans cette pharmacie, une marche bloque l'entrée de l'officine. La ministre demande alors si elle est au courant qu'elle doit mettre son magasin en accessibilité. La gérante lui répond alors : « l'architecte auquel Segolene NEUVILLEen visite chez les commercant pour  l accessibilite ici avec un pharmacienje fais appel pour faire les travaux de ma pharmacie n'est pas au courant de cette loi. Je ne savais pas la date du dépôt de cet ad'p. Bah s'il faut remplir ce document, on va le faire. pour lm'instant, on aide les personnes en fauteuil roulant à franchir cette marche ».

« Il n'y a pas eu d'accompagnement pendant dix ans »

Une mesure qui a scandalisé les associations œuvrant pour la reconnaissance du handicap. L'acteur Dominique FARRUGIA s'est empressé de tweeter : « Je propose qu'on bloque des portes de Paris avec nos fauteuils roulants... ». La secrétaire d'État, qui s'est montrée compréhensive face à cette indignation, a néanmoins tenu à tempérer dans la situation. Interrogée elle explique (V.Interview), comprendre la déception des associations, mais vouloir avancer, une analyse que n'arrive toujours pas justement les principaux interessé.

Bernard JOMIER :  « Par rapport aux cinq dernières années, nous avons multiplié nos budget par trois sur cette question de l'accessibilité »

C'est peut-être pour cette raison que les personnes à mobilité réduite préfèrent une autre pharmacie du quartier qui est accessible. Aucun obstacle pour rentrer mais le seul bémol concerne le manque de marquage au sol pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Ce dernier n'aura juste qu'à l'intégrer dans son magasin pour être en pleine accessibilité.

Preuve en est que la capitale se mobilise pour l'accessibilité des personnes handicapées.« La mise en accessibilité, c'est une question de mentalité car on doit mettre aux normes nos établissements accueillant des personnes en situation de handicap. Après lorsqu'on met les lieux en accessibilité, les personnes handicapées viennent dans tous les lieux de la ville comme tous les citoyens. C'est pour cela que nous avons déjà mis en oeuvre les travaux d'accessibilité concernant près de 1700 établissements recevant du public à Paris. Par rapport aux cinq dernières années, nous avons multiplié nos budget par trois sur cette question de l'accessibilité », rappelle l'adjoint à la maire de Paris en charge du handicap, Bernard JOMIER.

Paris sera donc dans les temps pour déposer leur ad'p au 27 septembre 2015. Faut-il véritablement suivre l'exemple Parisien ? On estime à 60 % le nombre de lieux publics se trouvant dans l'impossibilité de recevoir du public handicapé. Au total, seuls 330 000 commerces ont réalisé des travaux sur le million d'établissements concernés. 

Par Romain Beauvais

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir