Contenu principal

Message d'alerte

Visite M.TOURAINE Insitut mutualiste Montsouris a ParisA l’ occasion d’une visite à la maternité de l'Institut mutualiste Montsouris de Paris, qui a ouvert en 2006 des consultations dédiées aux femmes handicapées, Marisol TOURAINE a défendu notamment ce mercredi sa conception pratique des délais supplémentaires pour la mise en accessibilité des lieux publics et des transports aux personnes handicapées. Une visite ou elle reviendra aussi sur la santé et le fonctionnement des MDPH.

Une déclaration qui intervient le jour même de l’anniversaire de la loi de 2005 et alors qu’une trentaine de manifestations sont organisé partout en France a l’appel du collectif interassociatif.

Un délai supplémentaire…de 3 a 9 ans

« Il n'y a pas de recul, il y a simplement la volonté d'être pragmatique », a assuré la ministre « La réalité est que la loi de 2005 est une grande loi qui n'a pas bénéficié des moyens nécessaires », a ajouté Mme Touraine lors de sa visite. N’n’hésitant pas a rappelé que « Lorsque nous sommes arrivés aux responsabilités en 2012, nous avons dit qu'il ne serait pas possible de faire en deux ans et demi ce qui n'avait pas été fait préalablement ».

Si l’ordonnance gouvernementale, présentée en septembre en conseil des ministres et qui doit encore être ratifiée par le Parlement, prévoit des délais supplémentaires allant jusqu'à trois, six ou neuf ans pour la mise en accessibilité des lieux publics. « D'ici septembre 2015, l'ensemble des établissements recevant du public vont devoir remplir un document de programmation, et donc ils vont s'engager dans la démarche d'accessibilité », a rappelé la secrétaire d'État aux personnes handicapées, Ségolène NEUVILLE, et accompagner sa ministre de tutelle.

« Un meilleur accès a la santé pour tous »

Mme TOURAINE a fait état d'amendements au projet de loi santé, visant à ce que « les personnes porteuses de handicap puissent être prises en charge dans les meilleures conditions possible ». Parmi les amendements un visera à ce que « les Agences régionales de santé prennent en compte dans les territoires les besoins de santé des personnes handicapées », a-t-elle dit, soulignant qu'« il n'y a pas aujourd'hui d'identification des besoins spécifiques ».

Mme Neuville avait également fait état la semaine dernière d'amendements visant à améliorer le fonctionnement des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), et à permettre le tiers payant pour les aides techniques, par exemple les fauteuils roulants. La secrétaire d’État qui sera en fin d’après-midi vers 16h30 en visite dans le 19e arrondissement au ClubHouse destiné à recevoir des personnes en situation de handicap psychiques.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir