Contenu principal

Message d'alerte

François HOLLANDE dans la salle des fêtes du Palais de l'Elysée lors de son discours après recu la croix de la légion d'honneur avec sa droite sa compagne la journaliste qui devient la première dame de France © Présidence République / L.Blevennec-C.Alix-P.SegretteC'est une journée protocolaire chargée que vient de conclure aujourd'hui avec une première visite officielle en Allemagne pour le désormais président de la République française, François HOLLANDE. Le Chef de l'état qui annonçait par la voix du nouveau secrétaire général de l'Élysée, Pierre René LEMAS, en fin midi le nom du nouveau Chef du gouvernement celui de l'actuel maire de Nantes et président du groupe socialiste a l'assemblée nationale, Jean-Marc AYRAULT.

Dans son premier discours de président de la République, en forme de feuille de route sur la manière d'exercer le pouvoir, le nouveau chef de l'État a notamment déclaré, qu'il ne déciderait " pas pour tous de tout, et partout" et insistant « La confiance, c'est l'exemplarité », a dit le nouveau chef de l'État. « Président de la République, j'assumerai pleinement les responsabilités exceptionnelles de cette haute mission ». Avant de poursuivre « Conformément à la Constitution, le gouvernement déterminera et conduira la politique de la nation, le Parlement sera respecté dans ses droits, la justice disposera de toutes les garanties de son indépendance ».

Le chef de l'État qui concernant la politique de la France sur le plan intérieur, Il a rappelé son intention de « revivifier la démocratie locale par un nouvel acte de décentralisation ». « Je crois à la démocratie locale et j'entends la revivifier par un nouvel acte de décentralisation susceptible de donner des libertés nouvelles pour le développement de nos territoires ».

La France devra être unie dans ses différences !

Le Président sortant Nicolas SARKOZY serrant la main a Francois HOLLANDE sur le perron de l'Elysée lors de son départ le 15 mai 2012 en arriere plan lors épouses respectives© Présidence République / L.Blevennec-C.Alix-P.SegretteFrançois HOLLANDE qui insistera également sur la nécessité de réconciliation, et rassemblement. Car « la première condition de la confiance retrouvée, c'est l'unité de la nation ». « Nos différences ne doivent pas devenir des divisions, nos diversités des discordes », a-t-il plaidé, insistant sur les « valeurs » de la République et rappelant qu'il « réaffirmerait en toutes circonstances nos principes intangibles de laïcité » et lutterait « contre le racisme, contre l'antisémitisme et contre toutes les discriminations ». François HOLLANDE qui conclura son discours par un hommage à ses prédécesseurs, mais réduisant celui-ci à Nicolas SARKOZY a un simple vœu pour la suite de sa carrière.

Jean-Marc Ayrault nommé à Matignon

C'est avec trente minutes de retard sur l'heure prévues que le secrétaire général de l'Élysée, Pierre René LEMAS, a officiellement annoncé sur le perron du palais présidentiel le nom du nouveau chef du Gouvernement. Jean-Marc AYRAULT député-maire de Nantes, 62 ans, figurait en tête de liste des favoris devant Martine Aubry, Manuel Valls, Laurent Fabius et Pierre Moscovici.

Également Président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale depuis 1997 fait partie du cercle des très proches et amis de longue date du chef de l'État, ce qui était loin d'être le cas pour la seconde favorite au poste Martine AUBRY et surtout qui souhaité soutenir la candidature de Dominique Strau avant le scandale.

Un homme qui aura tout comme François HOLLANDE jamais connu des fonctions ministérielles, mais connaît parfaitement les rouages parlementaires. Entré en politique en 1977 lorsqu'il est devenu maire de Saint-Herblain, commune voisine de Nantes, cet homme peu connu du grand public aura contribué à changer sa ville qui en première position dans le baromètre de l'accessibilité de l'APF, mais loin d'être totalement accessible comme, l'avait rappelé le président de la FAF, Michel VINCENT. Il est décrit par ses amis comme un député rigoureux voire austère et qui devrait, semble-t-il apprendre, sourire. Il sera aussi un atout dans les futures relations franco-allemandes, car professeur d'allemand de profession, pays qu'il apprécie particulièrement et avec il dispose de relation avec les socialistes allemands.

De gauche a droite François HOLLANDE et Jean-Marc AYRAULT sortant de l'Hotel de ville de Paris, une présence qui confirme sa nomination a Matignion annoncé quelques minutes plus tard par le secrétaire de l'Elysées ©AFP Une nomination qui intervient alors même que ce dernier avait subi quelques attaques mettant à jour une ancienne condamnation à six mois de prison avec sursis, en décembre 1997, pour favoritisme dans l'attribution d'un marché public. Une condamnation dans laquelle sa "probité personnelle" n'a "jamais été mise en cause", selon l'intéressé.

Prochaine tache pour le premier ministre celle de la présentation de liste des ministres de son gouvernement qui devrait intervenir d'ici demain soir. La Seconde tache sera la bataille des législatives pour confirmer la victoire présidentielle de François Hollande. Une majorité loin d'être obtenue au vu à la fois de la présence de l'extrême gauche, mais aussi de la très forte présence de l'extrême droite susceptible d'être présente sur près de 300 circonscriptions et une centaine au second tour.

Une nomination à laquelle plusieurs élus de gauche ont salué sa nomination comme Martin MALVY qui a déclaré dans un communiqué « Quand un homme a transformé sa ville en quelques années, comme l'a fait Jean-Marc Ayrault à Nantes, ou présidé pendant plus d'une décennie l'un des deux principaux groupes parlementaires de la République, il a démontré sa capacité à conduire les affaires de la France. Jean-Marc Ayrault est un homme de conviction et un ami proche de François Hollande. Je lui fais confiance pour engager la France dans la voie du changement dont notre pays a besoin et lui apporte mon soutien »

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir