Contenu principal

Message d'alerte

Cellule du foie infecte par l hepatite CEn France, plus 232 000 personnes vivent avec le virus de l'hépatite C mais seulement environ 100 000 le savent. De ce fait, l'épidémie reste difficile à contrôler. Dépister est donc la première étape ! A la veille de la Journée nationale qui lieu le 15 octobre, AIDES annonce qu’elle pourra au terme de 3 ans de combat et de négociations d'ici la fin de l'année, proposer des tests rapides de l'hépatite C sur ses actions de terrain. AIDES se félicite de cette avancée, mais déplore le retard considérable pris par les pouvoirs publics dans la mise à disposition de ce nouvel outil.

Depuis décembre 2015, la loi autorise les associations comme AIDES à pratiquer des tests rapides de l'hépatite C (ou TROD VHC). Mais dans les faits, les décrets d'application n'ont été publiés qu'en juillet 2016, retardant le déploiement opérationnel de cette nouvelle offre de dépistage. Les habilitations devraient enfin être délivrées par les Agences régionales de santé dans les semaines à venir. « Nous allons enfin pouvoir aller à la rencontre des publics les plus exposés et leur proposer un dépistage rapide de l'hépatite C », explique Aurélien BEAUCAMP, président d’AIDES. « C'est une très bonne nouvelle, car ces tests rapides vont nous permettre d'intégrer ce dépistage directement dans le quotidien des personnes. »

Mais dépister ne suffit pas...Les traitements attendent !
Il faut maintenant que tous les malades aient accès à des traitements efficaces. En mai 2016, Marisol TOURAINE annonçait pour septembre l'accès inconditionnel de tous les malades à une nouvelle génération de traitements, offrant des taux de guérison spectaculaires. Nous sommes le 14 octobre et des milliers de personnes n'y ont toujours pas accès. AIDES appelle les pouvoirs publics à mettre tout en œuvre pour que cet engagement soit tenu dans les meilleurs délais.

En cette journée nationale du dépistage de l'hépatite C, l’association rappelle dans un communique « que nous ne pourrons mettre fin à cette épidémie sans la combinaison d'une offre de dépistage adaptée aux besoins des personnes et d'un accès véritablement universel aux traitements ».

Une maladie qui peut devenir invalidante...
L’hépatite C est une maladie du foie causée par un virus. Le virus de l’hépatite C peut entraîner à la fois une infection hépatique aiguë et une infection chronique, dont la gravité est variable, pouvant aller d’une forme bénigne qui dure quelques semaines à une maladie grave qui s’installe à vie. Le virus de l’hépatite C est un virus transmis par le sang et les modes d’infection les plus fréquents résultent de pratiques d’injection à risque, d’une mauvaise stérilisation du matériel médical, et de l’absence de dépistage du sang et des produits sanguins avant transfusion. Une maladie qui dans certains cas peut vous permettre d’obtenir une invalidité ainsi que l’ouverture au droit a l’AAH.

À l’échelle mondiale, 130 à 150 millions d’individus sont porteurs chroniques de l’hépatite C, environ 700 000 personnes meurent chaque année de pathologies hépatiques liées à l’hépatite C. S’il existe, des traitements antiviraux permettent de guérir environ 90% des sujets infectés par le virus de l’hépatite C, réduisant ainsi le risque de décès, il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C mais la recherche dans ce domaine se poursuit. En France l’INSERM estimé que l’hépatite C chronique concernerait plus de 232 000 personnes en France, toutefois, seule la moitié d’entre elles a été diagnostiquée et qui serait responsable de 2700 décès par ans.

La Rédaction

Source : AIDE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir