Contenu principal

Message d'alerte

Alexandra Lamy pasteudons 2014Après avoir récolté plus 1 M€, la marraine de l’opération en 2014, Alexandra LAMY renouvelle son soutien a cette opération qui commence demain, en partenariat avec 19 chaines de la TNT et 9 radios et cela au profit des nombreuses recherches réalisé par l’Institut. Pour cela un numéro de téléphone unique 36 12. Un acte de générosité indispensable pour cette fondation trop souvent assimilée a un organisme public.

Un soutien qui notamment permi depuis sa création il y a six ans de financer directement les 130 équipes de scientifiques, assurant des fonds disponibles à tout moment, 29 % du budget 2013 de l’Institut repose sur la générosité du public et les produits de son patrimoine soit 80.9 M€. Le reste des ressources courantes provient pour près de 48 % de ses activités propres (contrats, licences, etc.) La subvention de l'Etat ne réprésentant environ 23 %.

Financer un projet de recherche, c’est aussi offrir aux scientifiques un soutien durable pour leurs travaux. Car la recherche a son propre rythme, et c’est aussi une course de fond ! « La recherche est notre meilleure arme contre les maladies : faire avancer la recherche médicale, c’est préserver notre santé à tous » souligne l’institut.

9 radios, 19 télévisions, 4 jours

Cette année, Nostalgie, Chérie FM, Rires et Chansons,NRJ, Radio Classique, RMC, Virgin Radio, RFM et Europe1 ont rejoint les rangs du rendez‐vous de la générosité au profit des recherches menées à l’Institut Pasteur. Le 9 et 10 octobre, ces radios initieront l’opération, en diffusant neuf messages personnalisés et un message collectif, enregistrés par leurs journalistes et animateurs respectifs, et bien sûr par Alexandra LAMY, marraine de l’opération

Samedi 10 et dimanche 11 octobre, les chaînes de télévision prendront le relais : D8, W9, TMC, NT1, NRJ12, LCP, Public Sénat, France 4, BFMTV, iTélé, D17, Gulli, France Ô, HD1, L’équipe 21, 6ter, Numéro 23, RMC Découverte et Chérie 25 diffuseront à leur tour cinq programmes courts d’appel à dons tournés au sein de l’Institut Pasteur, ainsi qu’un clip collectif d’appel à dons.

Ces courts films mettent en scène Alexandra Lamy ainsi que les journalistes et animateurs phares de chaque chaîne. Ils mettent également à l’honneur des chercheurs de l’Institut Pasteur présentant leur sujet de recherche, les enjeux de santé qui en découlent et l’incontournable besoin de dons associé à leurs travaux.

Un don que vous pouvez également réalisé sur le site directement de la campagne.

Alaxandra LAMY, un soutien qui dure…

Investie, passionnée et généreuse, la comédienne Alexandra LAMY poursuit sa route avec l’institut, visitant laboratoires ou rencontrant les chercheurs. « Contre les maladies, c’est à nous de jouer, c’est à nous de gagner ! » C’est toujours avec élan et naturel qu’Alexandra Lamy trouve les bons mots. A l’Institut Pasteur pour le tournage des programmes courts qui seront diffusés par les chaînes de la TNT partenaire, dans les studios pour l’enregistrement des messages radio.

Des dons qui ont permis des avancés…

Depuis le Pasteurdon 2013, les dons récoltés ont contribué à des découvertes majeures dans des domaines aussi divers que la dépendance au tabac, le cancer ou encore les maladies infectieuses. Ils ont également permis à l’Institut Pasteur de maintenir une forte réactivité de mobilisation face à des situations d’urgence, comme l’actuelle épidémie d’Ebola, qui sévit en Afrique de l’Ouest. Ces avancées de la recherche portent l’espoir  du développement de futurs traitements pour soigner ces maladies.

Parmi un exemple concret de découverte majeur, celui concernant la surdité afin de comprendre les processus défectueux dans les surdités pour en améliorer la prise en charge. Ainsi en 2014, le Pr. Christine PETIT et son équipe ont découvert par l’étude d’une surdité d’origine génétique que les examens audio classiques peuvent ne déceler qu’une perte auditive modérée alors que la perception des sons aigus est en réalité très affectée et de surcroît dramatiquement perturbée dans le bruit.

L’équipe a ainsi montré que ce défaut était lié à une atteinte de la touffe ciliaire (voir image ci-contre) des cellules sensorielles auditives spécialisées dans le traitement des sons aigus. Les cellules qui traitent les sons graves prennent alors le relais, mais la qualité des performances auditives en est très diminuée.

De tels dysfonctionnements, qui ne sont sans doute pas rares, doivent impérativement être diagnostiqués chez les malentendants, car leur détection conditionne un réglage approprié de l’appareillage auditif.

Stéphane LAGOUTIERE