Contenu principal

Message d'alerte

Affiche 8e journee nationale pour la recherche scientifiqueLa Fondation pour la Recherche médicale (FRM) organise du lundi 30 mai au dimanche 5 juin 2016, la 8e édition de ses Journées nationales. Pour cette nouvelle campagne de mobilisation et d’appel aux dons, Marina CARRERE D’ENCAUSSE et Thierry LHERMITTE, marraine et parrain historiques de la FRM, sont rejoints trois autres. Ensemble, ils se mobiliseront avec les chercheurs pour inviter les Français à s’engager aux côtés de FRM. Une campagne qui commence alors même que plusieurs éminentes personnalités du corps médical protestent contre le prix de plus élève de certains médicaments.

La journée qui compte désormais trois parrains supplémentaires NAGUI, Marc LEVY, Julie DEPARDIEU et Elsa ZYLBERSTEIN

Certains d’entre eux appelant même à des pétitions comme celle lancée par le Dr. Annie CLOTTES, présidente du comité départemental de la ligue de Haute-Garonne qui a réuni 61 000 signatures en six semaines. Faut-il croire à une guerre ouverte avec les laboratoires ? Non réponde-t-ils, mais simplement le souci d’une prise d’un accès honnête pour chacun qui tiennent compte de critère comme le coût du développement et du temps de recherche.

Une question auquel le Chef de l’État a, semble-t-il lui aussi comprit l’importance puisqu’après l’avoir annoncé en mars son intention de plaidé la question au G7 au Japon lors de la première commission des Nations unies sur l’emploi en santé et la croissance économique, le Chef de l’État a souhaité porter cette question d’une maîtrise universelle du prix des médicaments. Ce dernier a notamment plaidé en faveur d’une "régulation internationale visant à maîtriser l'accès aux soins et faire en sorte que chacun puisse bénéficier des médicaments, y compris des thérapies les plus coûteuses".

La solidarité motrice indispensable d’une recherche à la pointe...
Alors que les enjeux de santé publique sont de plus en plus forts, en raison notamment du vieillissement de la population, le manque d’argent concerne de nombreux domaines de la recherche. Un constat que dresse la Fondation, ainsi en 2015, son programme « Espoir » qui réunit ses appels à projets « blancs », ouverts a tous les chercheurs a progressé de 38 % soit 1435 qui ont obtenu une aide sur les 1817, situés sur l’ensemble du territoire. Une situation qui oblige la Fondation si elle souhaite faire face a la demande d’engager 50 M€ c’est 11% environ de plus que 2015.

Un effort qui devrait permettre selon les responsables de la Fondation, de répondre à la diversité des besoins de la recherche française : financement de postes de jeunes chercheurs, de postes d’ingénieurs, d’équipements, financement du retour de chercheurs en France... Les aides vont de 31 200 € pour une année de fin de thèse, jusqu’à 400 000 € pour permettre l’acquisition d’équipements onéreux ou financer pour une durée de 3 ans une « Equipe FRM ».

Pour toutes les maladies...
Des sommes collectés qui à la différence du téléthon consacré aux maladies rares et génétiques, seront elle attribués, par appel à projets auprès de l’ensemble des laboratoires de recherche publique français. Ils permettront donc de faire progresser la recherche dans de multiples domaines qu’il s’agisse des différentes formes de cancers, des maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson...), des maladies cardiovasculaires, infectieuses, mais aussi des maladies rares...soit plus de plus de 150 maladies différentes.

Chacune des demandes des chercheurs seront évaluées par des comités scientifiques constitués de chercheurs de haut niveau. Grâce à ce travail d’évaluation, seuls les projets les plus innovants et les plus prometteurs seront financés. L’assurance que les dons collectés auront un impact sur les avancées de la recherche.

Une solidarité indispensable, pour la recherche scientifique qui a vu au fil des années ces budgets alloués par leurs organismes de tutelle (Inserm, CNRS, Universités...) aux équipes de recherche pour mener leurs projets diminués de façon considérable, des dotations de plus en plus insuffisantes. Il y a dix ans, elle couvrait 70% à 80% du budget des projets. Aujourd’hui, elle ne représente plus que 20% à 40% de ces budgets.

Des dons qui ont permis des réussites...
Ainsi en 2015, les résultats obtenus par les équipes de recherche soutenues par la Fondation démontrent l’importance des actions réalisées qui ont permis 1029 communications scientifiques ont été publiées dans des revues scientifiques, correspondantes à 776 financements de la Fondation pour la Recherche Médicale. Ces résultats annoncent d’immenses avancées pour demain dont nous bénéficierons tous.

Logo comment donner 8e journee nationale pour la recherche scientifique

Un exemple de réussite...
Parmi ces recherches qui ont été financées, celle réalisé sur l’Épilepsie et autres maladie neurologiques celle d’une micropompe récemment mise au point pourrait permettre de délivrer des médicaments au coeur du cerveau par les équipes de Christophe BERNARD de l’Institut de neurosciences des systèmes à Marseille et George MALLIARAS de l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne en collaboration avec l’Université de Linköping en Suède
Les traitements sont inefficaces chez près de 20 % des patients épileptiques. Les molécules existantes peinent à atteindre les zones cérébrales en cause dans la maladie ; elles peuvent également avoir un effet inattendu sur des zones saines ou se révéler toxiques pour des organes qui ne sont pas ciblés. Cette micropompe révolutionnaire permet de délivrer un médicament dans le cerveau, au bon moment et au bon endroit. Outre une application dans l’épilepsie, cette méthode pourrait également avoir un intérêt dans les autres pathologies neurologiques.

 

A propos de la Fondation pour la Recherche Médicale
Créée il y a 69 ans, la Fondation pour la Recherche Médicale est engagée dans tous les domaines de la recherche médicale. Elle a pour ambition de développer une recherche de pointe au service de la santé de tous. Chaque année, plus de 750 équipes de recherche bénéficient du soutien de la Fondation. La FRM est reconnue d’utilité publique et membre du Comité de la Charte du don en confiance.

Stéphane LAGOUTIERE