Contenu principal

Message d'alerte

Odile Maurin a la sortie du Tribunal de Toulouse apres son audience contre l APF le 17 mars 2016Quelques semaines après l’audience devant le tribunal de Toulouse le 17 mars 2016, l’ex Représentante Départementale de l’Association des Paralysées de France en Haute-Garonne, Odile MAURIN, exclue de l’association, continue son combat commencé en janvier à travers une pétition qui a obtenu a ce jour plus de 1571 signatures. Un combat pour lequel le Tribunal de Grande Instance vient dans un jugement le 12 mai de se déclarer territorialement incompétent au profit du TGI de Paris. Une décision que n’acceptent pas Odile MAURIN et son avocat qui ont décidé de saisir la Cour d’appel de Toulouse. 

Une « décision incompréhensible… »
Dans un communiqué Odile MAURIN, explique que le tribunal de grande instance de Toulouse « s’appuie sur un des moyens procéduraux invoqués par l’APF pour masquer ses carences sur le fond du dossier, ce qui ne fait que retarder l’issue de l’affaire, mais n’invalide absolument pas mes demandes d’annulation de la décision d’exclusion prise par l’association à mon encontre ». Le tribunal ne s’est absolument prononcée sur le fond du litige, amenant Odile MAURIN à saisir la Cour d'appel de Toulouse pour contester cette décision. Une « stratégie dilatoire » de l'Association des Paralysés de France provisoirement, couronnée de succès, mais comme l’affirme l’intéressée, un litige qui est donc « loin d'être fini ! ».
 
L’APF tente de faire taire la contestation
Une décision qui à néanmoins pour conséquence immédiate de ne pas permettre sa réintégration avant l'assemblée générale APF du 25 juin 2016 à Clermont-Ferrand. Avec pour objectif semble-t-il de la part de la direction nationale de l’Association des Paralysés de France, d’empêcher Odile MAURIN, d’être aux côtés des « frondeurs » de l’APF pour défendre la motion signée par 20 élus et militants de l’association, que les « frondeurs » ont adressé ce lundi 16 mai 2016 au CA de l’APF, demandant de la soumettre au vote des adhérents lors de l’AG.
 
Le Conseil d’administration de l’APF qui n’avait pas semble-t-il apprécié la deuxième version du « Manifeste : réformons nos statuts pour une APF militante », celle-ci avait déclenché une procédure d’exclusion le 28 octobre 2015 et cela malgré le soutien de près 70 élus de l’association, aboutissant à une exclusion le 14 décembre 2015.
 
Malgré le sursis gagné par l’APF, Odile MAURIN déclare qu’elle continuera à soutenir ses camarades et elle invite les adhérents à se rendre à l’assemblée générale ou à donner un pouvoir aux élus et adhérents « frondeurs » pour voter pour la motion défendant une réforme de la gouvernance de l’association. Pour une association vraiment démocratique militante et revendicative.
 
Quant à moi, précise Odile MAURIN, je veux rester « une force de soutien et de propositions aux côtés des « frondeurs » pour faire connaître et défendre cette motion et une réforme de la gouvernance interne de l'APF ». Un combat qui continue en parallèle avec l’association HANDI-SOCIAL et en inter associatif au niveau départemental et régional ! « Sans s’interdire de défendre aussi des positions au plan national, quand les décisions nationales impactent les locaux ».
 
Une femme de terrain et de conviction…
Une femme présente depuis de nombreuses années et qui depuis 2008 date à laquelle elle apporte son soutien à Jean‐Marie BARBIER, au moment des premières mobilisations du Collectif Ni Pauvre Ni Soumis (NPNS) avec son association Handi-Social. À partir de 2009 elle coordonne le Collectif NPNS Midi‐Pyrénées, et représente son association dans de nombreuses commissions (CDAPH, COMEX, CDCPH, commissions d'accessibilité), et co‐anime le Collectif inter Associatif Handicaps 31, et le Comité d'Entente régional.
 
Avant de devenir Représentante départementale APF en 2013 et membre du Conseil APF de Région Midi Pyrénées et conseillère du CESER à la demande du Comité d'Entente Régional Midi‐Pyrénées des associations représentatives des personnes handicapées et de leurs familles.
 
Parce que les personnes en situation de handicap et leurs proches méritent mieux que des organisations au fonctionnement oligarchique et autoritariste pour les représenter, « j’invite tous ceux qui veulent réellement une société inclusive et sont prêts à se mobiliser concrètement pour cela, à poursuivre le combat dans et en dehors des organisations existantes et à se fédérer au service de l’intérêt collectif », conclut cette femme de terrain et conviction.

Affaire à suivre...

Stéphane LAGOUTIÉRE

Pour Info : Memoire de défense de Odile MAURIN contre son exclusion de l APF

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir