Contenu principal

Message d'alerte

Logo d'interdiction Dépakine Chrono 500 produit par les laboratoires SanofiA la suite d’une mesure de contre-indication entérinée par la Commission européenne en mars venu renforcer le dispositif de réduction des risques instaurés depuis 2015 en France. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), annoncé son interdiction « pendant la grossesse et ne doit plus être prescrite aux femmes, adolescentes ou en âge de procréer, sauf exceptionnellement contre l’épilepsie ». Une victoire pour celle qui fut la lanceuse d’alerte et désormais la présidente de l’association l'APESAC Marine MARTIN. Une interdiction qui entrera en application fin juillet 2018.

Le Dr Anne LECOQ a gauche a sa droite le directeur de lARS Bourgogne Franche Comté Pierre Pribile quelle vient de quitté pour rejoindreAnne LECOQ rejoindra la FEHAP le 1er juin 2018 en qualité de conseiller médical et succède à Françoise DURANDIERE qui a fait valoir ses droits à la retraite. Une nomination qui intervient alors que la Ministre des solidarités et de la santé à présenté aujourd’hui un plan de crise pour les EHPAD. La fédération qui avait peu avant les élections en 2017 réalisé un plan d’objectif politique 2017 – 2022. Une semaine où Antoine DUBOUT, Président de la FEHAP, avait réaffirmé lors de ce séminaire que : « L’enjeu est de faire en sorte que la santé et les solidarités occupent toute la place qu’elles méritent (…), y compris, et surtout, la dimension privée non lucrative que nous représentons. »

Le premier ministre Justin Trudeau prononçant son allocution à la séance de clôture de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial à Montréal 17 septembre 2016Dans un communiqué l’Élysée vient d’annoncer officiellement le souhait du Président de la République Emmanuel Macron d'accueillir en France, en 2019, la sixieme conférence du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme après le Canada en 2016. La France qui l’un des premiers financeurs de ce fond, dont l'objectif est de récolter de nouveaux fonds et de mobiliser le plus grand nombre d'acteurs possibles pour mieux prévenir et éradiquer ces pandémies.

Un couloir de l’hôpital du CHU de Purpan à Toulouse en Haute-GaronneComme souvent les plus fragiles et souvent défavorisé sont plus que jamais les personnes les plus concernées par les difficultés d’accéder aux soins. Un constat connu de tous y comprit des politiques, mais lequel les mesures pratiques restent peu nombreuses. C’est ce constat qui est à l’origine du service Handisoins 44 qui a vu le jour en septembre en Loire-Atlantique, avec l’objectif d’orienter tout patient concerné vers les professionnels de santé qualifiés.

Des tubes de la Depakine Chrono du Laboratoire Sanofi.Suite à la question au gouvernement posée par le député de la Somme François RUFFIN de la France Insoumise le 11 octobre 2017 lors des questions au gouvernement au sujet des relations entre le laboratoire Sanofi et des membres du gouvernement et surtout sur la question de l’indemnisation des victimes de la Dépakine. l’APESAC et sa Présidente Marine MARTIN à fait part de son indignation quant à la réponse donnée par Édouard Philippe, premier ministre notamment sur les montants destinés aux familles prévus dans le PLFSS 2018.

Une chambre d’hôpital a Toulouse au CHU de Purpan

A la veille de la présentation du projet de loi de la Sécurité sociale en conseil des ministres ce 28 septembre, certaines mesures sont déjà connues afin de réduire le déficit qui atteint 3.6Mds €. Parmi celles-ci de l’augmentation du forfait hospitalier. Une solution dont le CISS et les associations de santé dénoncent « un choix loin d'être solidaires » au travers d’une augmentation des mutuelles, « dont les tarifs ne dépendent pas des ressources (…) contrairement aux cotisations à la Sécurité sociale, proportionnelles aux revenus de chacun ». Une solution, que celles-ci considèrent comme une « punition pour les malades ».

C est quoi la convention AERAS un droit a l oubli pour ceux atteint ou qui ete atteint de certaine maladie pouvant les empecher de beneficier d un creditAvec l'instauration du « droit à l'oubli », certaines personnes atteintes de cancer et d'hépatite C n'ont plus à mentionner leurs maladies lors d'une demande d'assurance emprunteur. Une avancée qui s’élargit encore un peu plus aujourd’hui s'étend à d'autres pathologies. Mais les associations restent très prudentes, la Ligue contre cancer appel « à poursuivre les travaux et aller encore plus loin », tandis qu’Action traitement association de patients atteints du VIH, parle elle de « progrès à dose homéopathique... »