Contenu principal

Message d'alerte

Une chambre d’hôpital a Toulouse au CHU de Purpan

A la veille de la présentation du projet de loi de la Sécurité sociale en conseil des ministres ce 28 septembre, certaines mesures sont déjà connues afin de réduire le déficit qui atteint 3.6Mds €. Parmi celles-ci de l’augmentation du forfait hospitalier. Une solution dont le CISS et les associations de santé dénoncent « un choix loin d'être solidaires » au travers d’une augmentation des mutuelles, « dont les tarifs ne dépendent pas des ressources (…) contrairement aux cotisations à la Sécurité sociale, proportionnelles aux revenus de chacun ». Une solution, que celles-ci considèrent comme une « punition pour les malades ».

C est quoi la convention AERAS un droit a l oubli pour ceux atteint ou qui ete atteint de certaine maladie pouvant les empecher de beneficier d un creditAvec l'instauration du « droit à l'oubli », certaines personnes atteintes de cancer et d'hépatite C n'ont plus à mentionner leurs maladies lors d'une demande d'assurance emprunteur. Une avancée qui s’élargit encore un peu plus aujourd’hui s'étend à d'autres pathologies. Mais les associations restent très prudentes, la Ligue contre cancer appel « à poursuivre les travaux et aller encore plus loin », tandis qu’Action traitement association de patients atteints du VIH, parle elle de « progrès à dose homéopathique... »

Le passeport sante un outil pour rendre acteur le patient en situation handicapImaginé par la délégation départementale de l’Apajh du Calvados, pourquoi et comment ce passeport illustré peut-il favoriser l’accès aux soins ? Une idée qui a vu le jour il y a deux ans après un appel à projets, lancé par l’ARS Normandie (anciennement Basse-Normandie). Il s’agissait avant tout selon la délégation du Calvados de répondre à un besoin avec ce nouveau support d’information celui de fournir des repères et guider la personne dans son parcours de soins pour les personnes accueillie. Une idée a généralisé sur l’ensemble du territoire ?

Un patient attache ici avec une ceinture abdominale de Contention et MaintienDénoncé, il y a plus d'un an par l’UNAFAM, pour des pratiques que l'on pensait révolues en ce début du 21e siècle. Constaté, également dans un rapport par Adeline HAZAN, Contrôleurs générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) qui avait dénoncé le " recours, à l'isolement et à la contention utilisés dans des proportions jamais observées jusqu'alors", exprimant "Des violations graves des droits fondamentaux" dont l’association n’a eu de cesse de recevoir de nouveau cas. Une pratique qui devrait déboucher prochainement sur une réglementation précise et encadrent sa pratique...

Logo Nutrionnel Nutri score 5 C arrivent en teteSi l’alimentation est une évidence de survie pour l’homme comme pour tout être vivant celle-ci ne veut pas dire manger tout et n’importe quoi ! Une tentation auquel nous poussent souvent les fabricants alimentaires n’hésitant pas à rajouter des produits trop salé ou trop sucré. Après plusieurs mois de discussion et la pression forte des lobbies, la ministre de la Santé a reçu ce 14 mars le rapport d’étude sur les résultats de l’étude comparative de quatre systèmes d’étiquetage nutritionnel, évaluée par au comité scientifique indépendant du Fonds Français pour l'Alimentation et la Santé.

Un membre du coprs medical procedant a une vaccinationLe 15 février dernier, la FNAIR écrivait à la ministre de la Santé un courrier pour l’alerter de l’actuelle pénurie de vaccins contre l’hépatite B (v.article). Une inquiétude auquel a répondu le Haut Conseil de la santé publique (HSCP) dans un avis déterminant « les populations prioritaires pour la vaccination contre l’hépatite B ». Une annonce qui ne semble satisfaire que partiellement la FNAIR qui reste très prudente sur la réelle application de cette annonce.

Operation de saisie informatique de feuilles de soins dans une Caisse primaire d assurance maladieMise en œuvre officiellement dans quatre mois en avril 2017, le lancement du Système national des données de santé (SNDS), créé par la loi Santé du 26 janvier 2016 et précisé dans un décret publié le 29 décembre 2016 n°2016-1871, publié en toute discrétion, reste la source de beaucoup de méfiance et d’inquiétude. Les députés ont d’ailleurs pour cela auditionné le 10 janvier, Kamel GADOUCHE, directeur du Centre d’accès sécurisé aux données.