Contenu principal

Message d'alerte

Un membre du coprs medical procedant a une vaccinationLe 15 février dernier, la FNAIR écrivait à la ministre de la Santé un courrier pour l’alerter de l’actuelle pénurie de vaccins contre l’hépatite B (v.article). Une inquiétude auquel a répondu le Haut Conseil de la santé publique (HSCP) dans un avis déterminant « les populations prioritaires pour la vaccination contre l’hépatite B ». Une annonce qui ne semble satisfaire que partiellement la FNAIR qui reste très prudente sur la réelle application de cette annonce.

« Une perte de chance pour certains patients ».
Comme prévu le HCSP a donc rendu sa décision dans lequel il précise à la fois que « la distribution des vaccins destinés aux adultes a été réservée aux établissements de santé » et s’agissant des populations prioritaires, « des professionnels soumis à la vaccination obligatoire (notamment les professionnels de santé), des patients en attente de greffe, des patients dialysés ou présentant une insuffisance rénale chronique ». La Direction générale de la santé invite les populations adultes prioritaires concernées à se rapprocher de leur médecin traitant afin de les conseiller et de les orienter. Une solution que la FNAIR continue a percevoir comme une « une perte de chance pour certains patients ».

Le HCSP précise qu’il « recommande de vacciner les professionnels de santé déjà vaccinés selon les résultats des sérologies et d’effectuer la troisième dose de vaccins après la période de pénurie ». Il demande en outre « la mise à disposition effective des vaccins indiqués chez les insuffisants rénaux comme le HBVAXPRO® 40 µg » mais difficilement disponible aujourd’hui, « ou encore celui du FENDRIX B® 20 µg » mais dont ce dernier nécessite d’être importé, car non disponible en France.

Des solutions pour garantir l’approvisionnement ?
Si l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et la Direction générale de la Santé (DGS) affirment avoir obtenu « la mise en place des solutions alternatives permettant de garantir l’approvisionnement pour les mois à venir et permettre aux personnes qui le nécessitent de se faire vacciner ». La FNAIR annonce néanmoins rester très prudente sur ces garanties et tient à s’assurer que ce rationnement sera suffisant pour remplir toutes les obligations vaccinales de l’année 2017, sachant que le retour à la normale n’étant prévus pas avant la fin du premier trimestre 2018.

« Nous nous interrogeons sur la légèreté dont font preuve les pouvoirs publics sur un problème aussi important » précisent les responsables de la FNAIR dans un communiqué qui annonce avoir engagé une concertation avec toutes « les associations de patients concernées par ce problème d’approvisionnement ». L’association qui invite le gouvernement et la ministre de la Santé, Marisol TOURAINE a permettre que « solutions alternatives puissent être appliquées dans les meilleures conditions. En outre, il nous paraît urgent de mettre enfin en place des mesures anticipatrices pour empêcher qu’une telle situation de pénurie se reproduise à l’avenir ».

L’association qui invite tous les patients en insuffisance rénale concernés par les ruptures d’approvisionnement du vaccin contre l’hépatite B sont invités à faire connaître leur situation en contactant directement la FNAIR (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ou par le biais de l’observatoire mis en place par SOS Hépatite (destiné aux particuliers et professionnels de santé).

Stéphane LAGOUTIERE

Sources : FNAIR

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir