Contenu principal

Message d'alerte

Un patient attache ici avec une ceinture abdominale de Contention et MaintienDénoncé, il y a plus d'un an par l’UNAFAM, pour des pratiques que l'on pensait révolues en ce début du 21e siècle. Constaté, également dans un rapport par Adeline HAZAN, Contrôleurs générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) qui avait dénoncé le " recours, à l'isolement et à la contention utilisés dans des proportions jamais observées jusqu'alors", exprimant "Des violations graves des droits fondamentaux" dont l’association n’a eu de cesse de recevoir de nouveau cas. Une pratique qui devrait déboucher prochainement sur une réglementation précise et encadrent sa pratique...

Plusieurs mois de travaux...
Après de mois et plusieurs rappel a la mise en place d’un cadre réglementaire, les pouvoirs public avait enfin pris la question au sérieux tant la Haute autorité de santé que la Direction générale de l'offre de soins, ont réagi en engageant une réflexion approfondie avec tous les partenaires. Un an de travail qui devrait permettre la publication prochaine, véritablement par le prochain gouvernement, d'une circulaire sur l'isolement et la contention.

L'Unafam, qui a participé activement à ces travaux, souligne que ces mesures doivent être « très exceptionnelles, la situation de chaque patient devant être réévaluée rapidement et régulièrement et ne peuvent être mises en place que lorsque d'autres alternatives de désescalade n'ont pas abouti ».

Une pratique dont la HAS vient de publier une recommandation(1) propose elle-même à « n’utiliser ces pratiques que en dernier recours », indiquant l’importance aussi d’améliorer et d’harmoniser leurs pratiques, « en répondant aux exigences cliniques, éthiques, légales et organisationnelles. La finalité est la sécurité et l’amélioration de la qualité de la prise en charge des patients ».

L’importance d’une meilleure prise en charge...
Un patient prises en charge en hôpital psychiatrique se trouvant en grande souffrance, pour qui l’association rappel qu’il est nécessaire de reprendre l'épisode, pour qu'il comprenne ce qui a conduit à cette décision et rétablir une alliance thérapeutique. L’UNAFAM qui souligne l’importance de la prévention, qui représente un facteur « essentielle pour limiter le recours aux soins sans consentement et à ces mesures d'isolement et de contention »

Parmi ces facteurs de prévention rappelons l’importance d’éviter toutes les ruptures dans les soins avec la mise en place d’un suivi, ou encore l’ouverture des Centres médicopsychologiques de façon plus élargie, mais aussi des éducations thérapeutiques des patients ou la prise en charge des conduites addictives concomitamment à la pathologie psychiatrique. En outre, la prévention de la violence sera améliorée par la réflexion et la formation des personnels soignants avec les recommandations de la Haute autorité de santé(3).

Satisfaite mais prudente...
l'UNAFAM qui annonce quelle sera attentive à l'application de ces recommandations. Veillant en particulier à la tenue du registre qui indique de façon précise la durée, et la surveillance des patients soumis à ces mesures. « Nous serons aussi vigilants à ce que d'autres chambres, espaces... dits d'apaisement, ne deviennent des lieux qui limitent la liberté des patients » précise l’association.

(1) Recommandation HAS : Isolement et contention en psychiatrie générale
(2) Circulaire relative à l'application de l'article 72 de la loi 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé
(3) Mieux prévenir et prendre en charge les moments de violence dans l'évolution clinique des patients adultes lors des hospitalisations en service de psychiatrie

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir