Contenu principal

Message d'alerte

Le premier ministre Justin Trudeau prononçant son allocution à la séance de clôture de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial à Montréal 17 septembre 2016Dans un communiqué l’Élysée vient d’annoncer officiellement le souhait du Président de la République Emmanuel Macron d'accueillir en France, en 2019, la sixieme conférence du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme après le Canada en 2016. La France qui l’un des premiers financeurs de ce fond, dont l'objectif est de récolter de nouveaux fonds et de mobiliser le plus grand nombre d'acteurs possibles pour mieux prévenir et éradiquer ces pandémies.

Depuis sa création en 2002, le Fonds mondial dispose d’un bilan reconnu comme largement positif. Il a notamment permis, grâce à ses actions, d'éviter le décès de plus de 22 millions de personnes, d'offrir l'accès aux traitements antirétroviraux contre le VIH/sida à 11 millions de patients et un traitement contre la tuberculose à 18 millions d'hommes et de femmes. Des maladies comme la tuberculose et le paludisme dont les conséquences peuvent parfois déboucher sur de très graves handicaps notamment moteurs.

« Un risque majeur »
« Des maladies et les risques d'épidémies émergentes continuent malheureusement de représenter un défi majeur pour la santé mondiale, aux conséquences humaines et économiques dramatiques, en particulier dans les pays les plus fragiles » insiste le communiqué. En 2016, elles auront été la cause du décès de plus de 3 millions de personnes. « Il est donc essentiel que la communauté internationale ne relâche pas ses efforts et reste mobilisée au plus haut niveau » souligne la présidence.

La France qui est le 2e contributeur de ce fond avec plus de 4,2Mds de dons depuis 2002, accueillera cette sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial pour permettre de recueillir des financements pour la période 2020-2022 tant de la part de la communauté internationale que du secteur privé. L’occasion aussi pour la France de promouvoir les enjeux de santé sur la scène mondiale en insistant sur l'éducation et la prévention, la couverture universelle des besoins de soins primaires. Avec l’objectif de permettre aux scientifiques de progresser vers élimination du sida, de la tuberculose et du paludisme comme menaces à la santé publique d'ici 2030.

Ce sera la 1ère fois que la France, qui a participé à la création, hébergera cette conférence de financement. La décision du chef de l'État s'inscrit selon la présidence « dans le contexte de la relance de la politique de solidarité de la France et de la décision de faire de la santé, de l'éducation et de l'égalité entre les femmes et les hommes, les grandes priorités de l'engagement français dans le monde ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources Élysée 2018

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir