Contenu principal

Message d'alerte

semaine nationale de la fnathA l’ occasion de ses 90 ans et de la semaine nationale qu’elle organise du 15 au 22 octobre sur le thème « Vivre et travailler après un accident de la vie », la FNATH publie les premiers résultats d’une enquête qu’elle a menée auprès de ses adhérents. Chaque année, 120 000 licenciements pour inaptitude sont prononcés. Sans oublier les répercussions d’un accident de la vie dans le domaine de la vie privée, notamment l'endettement, l'impossibilité d'emprunter. Selon les premiers résultats d’une enquête en ligne réalisée auprès des adhérents de la FNATH, moins d’une personne sur deux a repris un emploi dans la même entreprise après son arrêt de travail.

Très majoritairement, la reprise du travail s’est faite selon les mêmes horaires (72 %), mais pour plus du quart (28 %) des personnes l’accident de la vie a entraîné une diminution des horaires de travail, et par conséquent une diminution des ressources.

A l’occasion de la reprise du travail, plus du tiers des répondants ont estimé que l’accueil de leurs collègues était indifférent, mauvais ou très mauvais. La moitié des mêmes répondants ont le même avis concernant l’accueil par leur employeur.

Plus d’une personne sur deux (55 %) n’a pas repris son travail dans la même entreprise à la suite de son arrêt de travail. Le pourcentage des personnes n’ayant pu reprendre leur travail dans la même entreprise est plus élevé chez les ouvriers (près de 50 %) que chez les cadres (moins de 10 %), qui sont, eux, plus nombreux à avoir repris leur activité dans la même entreprise. Ces personnes ont-elles pu retrouver un travail ? 62 % répondent par la négative. Pour les 38 % qui ont retrouvé du travail ensuite, cela a été moins de 1 an après pour 30 %, entre 1 et 2 ans après pour 41 % et plus de 3 ans après pour 29 % des répondants.

Une triple peine ? La FNATH ne peut que constater et condamner la triple peine qui frappe les accidentés de la vie : la peine des séquelles physiques et mentales, la peine liée à la diminution des ressources financières et la peine sociale, c’est-à-dire la difficulté de retrouver son emploi à la suite de son arrêt de travail et l’exclusion potentielle, mais rapide de la société.

Pour se mobiliser contre cette triple peine, des dizaines d’actions se dérouleront sur l’ensemble du territoire tout au long de la semaine : opération les Jacinthes de l’Espoir les 14 et 15 octobre dans une vingtaine de villes en France, conférences, projection de films ou de documentaires suivis d’un débat, journées portes ouvertes, spectacle musical, consultations juridiques gratuites, ouverture d’un blog pour poser ses questions

Pour s’engager dans la durée, la FNATH lance également une pétition, avec le soutien du dessinateur Cabu et de Macha Meril, une pétition pour l’adoption de la proposition de loi améliorant l’indemnisation des victimes du travail : pouruneloijuste.com

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir