Contenu principal

Message d'alerte

Tiques a l origine de la maladie lymeAu lendemain de la présentation du plan de lutte contre la Maladie de Lyme annoncé par la ministre des Affaires et de la Santé, Marisol TOURAINE, le 29 septembre dernier. L’une des principales associations représentant des malades et travailleur handicapé, s’annonce satisfaite de sa prise en charge et surtout de sa reconnaissance, mais ne satisfait pas des propositions de la ministre sur les professions à risque...et « demande la mise en place d’actions spécifiques à destination des personnes exposées à ce risque dans le cadre de leur métier ».

Des professions à risque pas suffisamment pris en compte...
Un plan qui s’articule autour de cinq axes stratégiques et 15 actions celle de l'amélioration des mesures de lutte contre les tiques, le renforcement de la surveillance et de la prévention, l'uniformisation de la prise en charge des malades, par le biais de la "formation des professionnels de santé", l'amélioration des tests diagnostiques et la mobilisation de la recherche sur ces maladies. Des actions envisagées constituent une avancée selon la FNATH « y compris la possibilité d’admettre cette maladie dans la liste des affections de longue durée ».

Elle regrette cependant que les questions de la « prévention ou de l’indemnisation des personnes exposées dans le cadre de leur profession ne fassent pas l’objet d’une action spécifique ». Des professions spécifiques comme celles des agriculteurs, bûcherons, garde forestier, jardiniers..., qui selon la FNATH reste des populations fortement exposées a ce risque et qui pourtant alors qu’ils auront été contaminés dans le cadre de leur travail ne « bénéficient que très rarement de la prise en charge au titre du régime des maladies professionnelles et des indemnisations afférentes ».

Marisol TOURAINE qui a tenu rappeler avoir déjà fourni une réponse a cette question en juillet 2010 en réponse à la question du Sénateur Roland COURTEAU, avait alors affirmé avoir demandé que « Des informations soit également délivrées aux professionnels à risque tels que les forestiers à travers différentes plaquettes élaborées dans les régions les plus concernées ». Soulignant qu’« En 2009, une plaquette d'information nationale a également été éditée et distribuée par la Mutualité sociale agricole (MSA), en lien avec la direction générale de la santé, l'Institut de veille sanitaire (INVS) ».

Elle annonce saisir l’ANSES
Une situation qui ne peut être écartée pour la FNATH, qui a annoncé dans un communiqué, saisir l’Agence Nationale chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) dans le cadre de l’article L1313-3 du code de la santé publique, dans l’objectif d’apporter des réponses éclairées à cette problématique particulière. Une réponse qui ne satisfait pas l’association qui souligne « accueillir de plus en plus de personnes touchées par la maladie de Lyme inquiète et en recherche d’information et de droit ».

Stéphane LAGOUTIERE

Sources : FNATH

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir