Contenu principal

Message d'alerte

Un chez soi d abord Une nouvelle reponse a la prise en charge des personnes sans abri souffrant de troubles psychiquesÉvalué depuis 4 ans dans quatre agglomérations (Lille, Marseille, Toulouse et Paris), celui-ci serait censé de proposé aux personnes en situation de grande précarité et présentant des troubles psychiques sévères, une orientation vers un logement ordinaire en leur assurant un accompagnement soutenu par une équipe médico-sociale pluridisciplinaire. Un dispositif dont Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé ainsi que Emmanuelle COSSE, ministre du Logement et de l’Habitat durable, et Ségolène NEUVILLE, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées ont annoncé la publication le 3 janvier du décret généralisant le dispositif.

L un des projet situe logement partage comme ici 57 avenue Malraux a Iillkirch dans le Bas RhinL’Habitat partagé c’est quoi ? Peut-il convenir a tous ? S’agit-il encore d’un projet expérimental ? De nombreuse question auquel 170 professionnels porteurs de projets, acteurs publics, proches aidants et étudiants ont participé au Conseil de l’Europe à Strasbourg du 13, au 15 décembre dernier. Un rassemblement organisé par l’Association des Familles de Traumatisés crâniens et Cérébrolésées d’Alsace (AFTC Alsace) en partenariat avec la Foncière Familles Solidaires. Des discussions qui ont permis pour tous ces participants au travers d’ateliers conçus comme des temps d'échanges examiner sous toutes les coutures le principe et l’idée de l'habitat partagé à travers ses problématiques les financements et les modèles juridiques.

Habitat sociale en Ile de FranceQuelques jours après la présentation a Toulouse de la nouvelle structure, qui vont remplacer celle existante à partir du 1er janvier 2017, qui provienne de la réforme PEEC (1 % logement). La CFE-CGC qui représente les petites entreprises de moins 20 salariés protestent contre les décisions prises dans l’article 17 du projet de loi de finances 2017 qui propose de mettre fin à cette compensation et d’affecter cette taxe au FNAL (Fonds national d’aide au logement) et à la Société du Grand Paris obtenu depuis 2005. L’État versant jusqu’à présent conformément à son engagement, 80,25 % de la taxe sur les locaux à usage de bureaux en Ile de France.

Les membres du Comite Regional Action Logement Occitanie Si l’écoute des partenaires sociaux n’aura pas été semble-t-il une habitude du gouvernement à l’exception de celle lancée pour la réforme PEEC (1 % logement) réalisé à la demande des partenaires sociaux (salariés et patronat) en 2015, Action Logement voté en Mai 2016, prend donc le relais à partir du 1er janvier 2017 et qui a commencé depuis quelques semaines a mettre en place les CRAL (comité régional Action Logement) a l’instar de celui du Centre Val de Loire installé, le 2 septembre, à Orléans ou de celui de la région Occitanie le 26 septembre dernier. Un comité régional qui à élus Frédéric CARRE, Président de la fédération des travaux publics de la Haute-Garonne a sa présidence, en présence de Jean-Baptiste DOLCI, et Bernard ARBOUET, respectivement vice-président et directeur général du Comité national d’Action Logement.

Residence le santy adapei69 a Lyon inauguré par le Maire et Président de Lyon MétropoleGérard COLLOMB, Sénateur Maire de Lyon et Président de la Métropole de Lyon, à inaugurée le 7 juin la nouvelle « résidence Santy » en présence de Marie-Laurence MADIGNIER, présidente de l’Adapei du Rhône et Martial PASSI, président de Lyon Métropole Habitat, Christian COULON, maire du 8e arrondissement. Une construction dédiée aux personnes en situation de handicap réalisé a la demande de l’Adapei Lyon Métropole Habitat dont la qualité de la conception et de l’aménagement du bâtiment est le fruit de son expertise.

IME YEPI_KAZ_situe_dans_la_banlieue_de_Cayenne_qui_vient_d_etre_inaugure_et_qui_pourra_acceuillir_70_enfants_polyhandicapesSitué à moins de dix minutes du centre de Cayenne, à Rémire-Montjoly en Guyane française le premier institut médico-éducatif (IME) avec internat pour enfants polyhandicapés a été inauguré samedi. Un ruban coupé par le président de la fédération nationale des associations pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) Jean-Louis GARCIA et le vice-président de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et de la Présidente de l'APAJH Guyane au niveau locale Georgina JUDICK-PIED.

La nouvelles residence accueil qui propose 30 logement aux personnes en situation de handicap psychiqueAlors que Pierre BEDIER, président du département des Yvelines, s'est uni avec trois départements de la grande couronne parisienne de Seine-et-Marne, du Val d'Oise et de l'Essonne pour interpeller à nouveau le gouvernement sur leurs budgets 2016 qu'ils jugent "asphyxié" par la hausse des dépenses sociales et la baisse des dotations de l'État. Pierre BEDIER, démontre que son département poursuit avec l'investissement social comme avec l'ouverture depuis le 1er janvier d'une résidence sociale pour personnes en situation de handicap psychique stabilisé qui a ouvert ses portes à Follainville-Dennemont. Une première pierre d'une démarche visant à développer des logements à destination des plus fragiles.

« Avoir un petit chez moi... »

« Vivre chez mes parents, c'est bien, mais j'aimerais bien avoir un petit chez moi un jour. » A 32 ans, Christophe a des envies d'ailleurs. Malgré un état de santé stabilisé et un emploi en Esat (Établissement et service d'aide par le travail), il vit toujours dans sa chambre d'enfant au domicile de ses parents, à Houilles. Une situation qui représente pour beaucoup de personnes en situation de handicap une solution forcée, et qui si elle peut présenter des avantages représente une perte importante vers l'autonomie.

« Nous n'avons jamais trouvé de places dans les établissements spécialisés qui réunissaient toutes les conditions à un déménagement », regrette Mireille, sa mère. Une situation qui pourrait rapidement se débloquer. En collaboration avec les intercommunalités, le Département développe en effet la démarche « Yvelines Résidences ».

C'est qu'offre cette nouvelle résidence accueil de Follainville-Dennemont qui propose 29 studios et un deux pièces aux personnes en situation de handicap psychique. Une première dans les Yvelines. Une innovation pour lequel comme l'explique la conseillère départementale déléguée au logement, Alexandra ROSETTI, « Il s'agit de créer des formes de logements adaptés aux publics les plus sensibles : étudiants, jeunes en insertion professionnelle, adultes en perte d'autonomie et personnes en situation d'exclusion sociale ou de handicap psychique ».

Cette ouverture est un exemple concret, les critères d'admission ? Être autonome et stabilisé dans sa maladie précise le communiqué. Une «résidence qui offre un cadre de vie semi-collectif et la garantie d'un accompagnement sanitaire et social, dans le cadre de partenariats formalisés avec le secteur psychiatrique et médico-social. En résumé, comment concilier suivi médical et autonomie.

Un second projet en cours de réalisation à Croissy-sur-Seine

Une seconde résidence du même type devrait voir le jour à Croissy-sur-Seine avant la fin de l'année (28 logements). En tout, 300 places dédiées au handicap mental vont être créées d'ici à 2020. Sans doute suffisant pour permettre à Christophe de trouver son bonheur et s'offrir enfin son indépendance.

Entre 2015 et 2020, le Conseil départemental veut créer 2 500 places en résidence accueil à l'attention des publics les plus fragiles, soit une enveloppe de 20 M€. « Un investissement lourd, mais nécessaire. Le Département se doit d'être aux côtés des plus fragiles », explique Pierre BEDIER, Président du Conseil départemental des Yvelines. Reste a esperer que le gouvernement laisse les moyens financier a son département d'aller jusqu'au bout de son objectif...

La Rédaction