Contenu principal

Message d'alerte

Entrée principale a la façade gris foncé du bâtiment de l'association AFTC Alsace situé Illerich dans le Bas-Rhin et ouvert depuis 2011 équipe d'une dizaine d'appartement individuel afin d’accueil de cérébrolesé © AFTC ALSACE 2012 / Martial LANNOFace aux manques de solutions adaptées pour les personnes victimes d'un accident de vie tels les traumatismes crâniens, accidents vasculaires cérébraux, tumeurs  cérébrales, l'AFTC Alsace qui travaille depuis 2006 au développement de logements innovants pour personnes cérébrolésées, afin faciliter leurs vies sociales, en créant des lieux de vie accompagnés, alternatives à la vie en institution. Un projet ouvert depuis 2011 à Illkirch et qui à été inauguré hier 17 avril en présence du président de l'AFTC, Jean RUCH, du Président du conseil général du Bas-Rhin, Guy Dominique KENNEL, dans le cadre de la semaine départemental du handicap qui se termine aujourd'hui et du Maire socialiste Jacques BIGOT d'Illerich.

Avec un dispositif d'une dizaine de collectifs, et cinq logements individuels en cours de développement celui-ci a pu voir le jour grâce à de nombreux partenaires : institutionnels, assureurs, bailleurs sociaux, familles solidaires*. Pour un investissement total de 337 000 €, dont 23 000 € qui devrait être budgétisé dans quelques semaines.

Un projet innovant qui a pour objectif d'offrir à chacun des candidats une offre graduée en fonction de l'importance du handicap de chaque locataire et des aspirations de la personne handicapée et de sa famille. Tout comme Mickael un jeune garçon de 23 ans qui après un accident de la route en 2009 décembre dernier dans l'un des cinq appartements aménagés à Illkirch. Un logement pour lequel il dépense 220 € auxquels s'ajoute une pièce collective avec pour chacun des résidents la possibilité de mutualiser certaines taches comme celles des courses. Une prise en charge 24 heures sur 24 par des auxiliaires de vie complète le dispositif. Un système qui permet au résident de recouvrer leur liberté et « d'avoir la vie la plus autonome possible détaille Jean Ruch, le président de l'Association des familles des traumatisés. Alors que le maire de la commune va insister, « droit à la même dignité et à la même accessibilité », Guy Dominique KENNEL, va lui rappeler « l'apport humain, afin d'arriver à donner à ces personnes une vie ordinaire ».

L'accompagnement dans la vie quotidienne

Vue grand angle de la chambre du jeune Michael dans lequel ont voie a droit le coin salle a manger et a gauche un second pièce ou est situé la chambre© AFTC ALSACE 2012 / Martial LANNO Vue grand angle de la chambre du jeune Michael...L'insertion sociale des traumatisés crâniens en milieu ordinaire nécessite la mise en œuvre d'une aide humaine spécialisée. Cette aide humaine doit profiter du réseau constitué par les différents services de prise en charge et d'accueil : accueil de jour, groupement d'entraide mutuelle, service de rééducation, pour permettre la spécialisation des auxiliaires, et faciliter leur travail auprès d'une population complexe, en favorisant la création d'une communauté de pratiques et des temps de formation transversaux.

Un accompagnement financé notamment par le Conseil Général dans le cadre de la prestation de compensation du handicap. Celle-ci permet en effet de financer l'intervention d'un service à la personne pour la réalisation des actes de la vie quotidienne 24h/24 et 7j/7. Un budget prévisionnel lié au fonctionnement le coût annuel pour le Conseil Général s'élève à environ 200 000 €. En outre, le Conseil Général apporte une subvention de fonctionnement de 7300 €.

La MDPH pour sa part a travaillé en étroite collaboration avec l'AFTC Alsace travaille pour élaborer, un référentiel basé sur une évaluation spécifique des besoins des personnes cérébrolésées. Cet outil destiné à mieux les évaluer a été approuvé par la Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes handicapées, en mars 2011. Il a permis une valorisation plus importante des besoins d'aide humaine que ceux qui auraient été accordés dans le cadre prévu par le législateur. Le groupement d'entraide mutuelle est lui financer essentiellement par l'Agence Régionale de santé.

Enfin, un second maillon est indispensable pour sécuriser le parcours quotidien des personnes cérébrolésées : Le travail de services médicosociaux à domicile vise à stabiliser le projet de vie, à encadrer et à accompagner l'évolution et la reformulation des insertions au domicile parental, ou dans le dispositif logement, ainsi que la régulation comportementale spécifique aux traumatisés crâniens. Pour le service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) se rajoute le financement des soins relevant de l'Agence régionale de santé de 193 284 € proposés par l'AFTC pour 2012. Un montant toujours en attente d'un accord définitif par l'ARS pour un effectif est de trois ETP médicaux et paramédicaux.

Stéphane LAGOUTIÉRE

* Les partenaires financiers : Groupement Régional de la Coopération et de la Mutualité, Conseil Général, ANAH, Comité de Coordination Action Handicap (Malakoff Médéric, SNCF, B2V, Mornay, Lourmel, Novalis Taitbout)  CUS, Fondation de France, Agence Régionale de Santé, Réunica, Arpege. Les autres partenaires : MDPH, UGECAM, EMOI TC, Alter Insertion, ARASC


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir