Contenu principal

Message d'alerte

La presbyacousie (illustration 2015)Principale cause de surdité chez l’homme, la Presbyacousine entraîne une chute sélective dans les fréquences aigues, celles qui sont le pls utilisées dans la compréhension e la vie de tous les jours. Pour les personnes âgées, cette perte auditive se traduit par une gêne dans leur vie sociale. C’est pour cette raison l'Association France Presbyacousine, créée depuis 2003, organise, ce jeudi 23 avril, son Assemblée générale. L'obectif est d'informer et de prévenir afin que les personnes âgés s'appareillent le plus tôt possible. 

Plus de 36% des personnes âgées de plus de 65 ans ont des troubles auditifs suffisants pour entraîner une gêne sociale. La presbyacousine reste donc la principale cause de surdité chez ces derniers. C’est pour cette raison que l’audiogramme, réalisé par ces patients, montre une surdité de perception bilatérale à peu près symétrique, prédominant dans les fréquences aiguës. Lors de cet examen, une double analyse est faite, tonale et vocale, de manière à explorer les capacités à entendre (tonale) et à comprendre (vocale).

Quel traitement peut-on alors prescrire aux patients ? Les vasodilatateurs et oxygénateurs tissulaires tels que le Tanakan, le Praxilène, le Trivastal, le Semion, le Torental, le Vastarel, le Duxil ou encore l’Iskédyl peuvent être la solution à tous leurs problèmes. Mais pour l’A&ssociatio France Presbyacousine, ils n’ont pas fait la preuve de leur efficacité. La prothèse auditive reste la seule option lorsquela gêne sociale est trop importante chez les personnesâgées.

Les différents appareillages

D’après l'article L4361-1 du code la santé publique stipulent qu’une prothèse ne peut être délivrée à un patient que après une prescription médicale de la part du médecin ORL. Le choix de la prothèse relève de la compétence de l’audioprothésiste. Aujourd’hui, on estime que 800 000 personnes sont appareillées en France et que 150 000 prothèses sont adaptées chaque année.

Après c’est l’audioprothésiste qui détermine le choix de la prothèse afin qu’elle soit la meilleure solution pour le patient. Mais il existe plusieurs modèles d’appareillages. Par exemple, les contours de l’oreille, placés dans le sillon retro-auriculaires, représentent 60% du marché alors que les prothèses intra-auriculaires ne représentent que 35% du marché. Mais les personnes âgées préfèrent devantage les prothèses intra-auriculaires.

Avec plus de cinq cents types différents d’appareils dans une quinzaine apartenant à une quinzaine de marques, le choix se fait en fonction de la gamme de surdité corrigée par l’appareil. Bien évidemment, la prothèse est ajustée par rapport aux besoins du patient, de sa courbe audiométrique et de son ancienneté de perte auditive. Même si le financement de ces prothèses peut freiner les personnes âgées à s’en doter en raison du cout élevé et qu’elles sont très peu remboursées par la Sécurité Sociale, il faut néanmoins s’appareiller le plus tôt possible afin de combattre ce handicap.  

La Rédaction  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir