Contenu principal

Message d'alerte

Odile MAURIN avec les membre de l APF lors de mobilisation anti-stationnement GIG_GIC le 23 decembre 2015Faut-il maintenant être en permanence dans le rang ou savoir accepter de se taire ? C'est le sentiment que donne véritablement l'APF dans sa décision d'exclusion votée par le CA de l'APF le 12 décembre 2015 « pour motif grave », après une suspension de tous ses mandats votée fin octobre. Une décision qui a provoqué la colère de plusieurs centaines de personnes pour preuve cette pétition qui atteint près de 500 signatures.

Faut-il croire que le l'APF aurait le même comportement concernant ces membres que le FN ! Or si la démocratie est inscrite à tous les chapitres ou presque de son projet associatif, il semble qu'une démocratie silencieuse soit préférable dans les faits.

Une femme présente sur le terrain...

Odile MAURIN ex. Représentante départementale APF Haute-Garonne connue en Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, qui dans un communiqué du 6 janvier s'interroge sur quel type d'association veulent les adhérents et les élus de l'APF ? Ou celle qui risque de n'être bientôt plus qu'une association gestionnaire, dont les adhérents restants seront l'alibi ?

Une femme présente depuis de nombreuses années et qui depuis 2008 date ou elle apporte son soutien à Jean‐Marie BARBIER, au moment des premières mobilisations du Collectif Ni Pauvre Ni Soumis. A partir de 2011 elle animait le collectif NPNS Midi‐Pyrénées, et représentait son association dans de nombreuses commissions (CDAPH, COMEX, CDCPH, commissions d'accessibilité), et qu'elle co‐animait le Collectif inter Associatif Handicaps 31, et le Comité d'Entente régional.

Avant de devenir présidente du comité départementale en 2013. Puis elle sera désignée membre du Conseil APF de Région Midi Pyrénées et conseillère du CESER à la demande du Comité d'Entente régionale Midi‐Pyrénées des associations représentatives des personnes handicapées et de leurs familles.

« Ensemble pour un Projet APF : militant !»

Initié avec 19 autres élus départementaux et régionaux de l'APF le 18 octobre 2015 dans lequel une cinquantaine d'élus de l'association semble rejoindre les convictions d'Odile MAURIN. Ce manifeste a semble-t-il déclencher la colère du conseil d'administration centrale, recevant une procédure officielle d'exclusion par courrier RAR du 28 octobre. Ont peut s'étonne alors simplement qu'elle ne soit que la seule concernée !

Un CA qui semble-t-il n'a pas apprécié la deuxième version, « Manifeste : réformons nos statuts pour une APF militante », abandonnant la demande de démission du CA et se concentrant sur la convocation d'une assemblée générale extraordinaire pour réformer les statuts.

Une femme qui n'entend pas se faire puisque celle-ci a annoncé qu'elle exercera son « droit de recours contre son exclusion devant l'Assemblée générale de l'association en juin 2016, tout en saisissant les tribunaux pour obtenir sa réintégration au sein de l'Association ».

L'ancienne présidente qui s'étonne que l'association avec sa notoriété, son imposant réseau, ses nombreux adhérents et le nombre d'établissements qu'elle gère ne soit pas un partenaire de poids des pouvoirs publics et puisse voir son militantisme remis en cause par un certain nombre d'adhérents.

Pour une APF militante et véritablement défenseur des droits des Personnes en situation de Handicap, ces militants insatisfaits des orientations de leur organisation et qui refusent de la quitter, lancent une pétition pour la réintégration d'Odile MAURIN et exigent que la démocratie interne soit enfin repensée.

Une pétition...un cri d'alarme !!!

Nous, militant-e-s, adhérent-e-s de l'APF, élu-e-s des Conseils APF de Département (CAPFD), de région (CAPFR), déplorons que l'ordonnance sur l'accessibilité, qui est un retour en arrière catastrophique et scandaleux, ait pu être finalement adoptée. La mobilisation de notre Association n'a pas été à la hauteur de l'enjeu et s'est en tout cas révélée insuffisante.

Sans en rejeter l'entière responsabilité sur la direction nationale de l'APF (Président, Conseil d'Administration et salariés du siège), nous avons constaté que les moyens nationaux engagés dans ce combat étaient réduits, en terme de personnes notamment, que les mots d'ordre ont tardé à descendre de Paris, que le terrain n'a pas été soutenu, et que l'information et l'expertise de terrain avaient du mal à remonter. Pétition : « Pour la défense des droits des personnes handicapées, pour une APF démocratique, militante et revendicative !»

C'est pourquoi nous appelons, en signant cette pétition : à engager un débat entre militants et adhérents pour proposer à la prochaine Assemblée Générale une organisation de l'APF plus démocratique et participative, sur la base du Manifeste « Réformons nos statuts pour une APF militante » à la réintégration d'Odile MAURIN, exclue pour avoir lancé un débat interne avec ce manifeste.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir