Contenu principal

Message d'alerte

un dessin dessiné par chapu a l'occasion du congrès de l'unapei ou un homme avec un oeil teint en bleu s'exprime en disant :  ouf ! ça y est ! didier a enfin exprimé sa citoyenneté ! C'est entouré de 1300 personnes, dont 150 personnes handicapées mentales, qu'ont eu lieu pendant trois jours du 31 mai au 2 juin dernier, le 52e Congrès de l'UNAPEI à Saint-Brieuc. Un rendez-vous qui était l'occasion a quelques échanges politiques en cette année d'élection auquel s'est ajoutée la traditionnelle assemblée générale. L'occasion pour le conseil d'administration de présenter les rapports d'activité et de procédé à l'élection du bureau de l'UNAPEI. Trois jours de réunions le tout illustré par les dessins de Chapu qui ont parachevé l'enthousiasme et la bonne humeur de ces rencontres.

Un congrès qui a été aussi l'occasion au lendemain de l'élection de François HOLLANDE et de la mise en place du nouveau gouvernement d'accueillir la nouvelle ministre chargée des personnes handicapées, Marie-Arlette CARLOTTI. Christel PRADO qui aura cœur lors de son intervention de rappeler les nombreux points qui parfois reste sans réponse aujourd'hui. Revenant par exemple sur le thème du congrès celui de la citoyenneté, la présidente à rappeler l'importance de 2012 dans l'histoire de France avec la possibilité pour les personnes handicapées mentales bénéficiant d'une protection juridique de voter pour la première fois. « Le président HOLLANDE peut être fier d'avoir été le premier président de la cinquième république avoir été élus réellement au suffrage universel. Nous voudrions qui le sache » avant de préciser « car être citoyen ce n'est pas seulement donner son avis c'est de participer aux décisions qui concernent la communauté nationale, nous souhaitons dire que les personnes handicapées mentales sont capables d'apprendre, de travailler, d'étudier, de s'engager, mais il faut pour cela pouvoir bénéficier des mêmes droits que les autres ».

Christel PRADO devant le congrès de l'unapei le 01 juin 2012 lors de son intervention ©UNAPEI La ministre qui s'est engagée de rencontrer la présidente le 20 juin prochain après les élections législatives si elle est maintenue au gouvernement, aura elle rebondi semble t-il sur quelques points essentiels lors de son intervention, comme la citoyenneté, l'accessibilité, le financement des ESAT, ou encore la scolarisation et le statut des bénévoles associatifs, des thèmes abordés par Christel PRADO

L'UNAPEI qui a tout de même déploré une absence de taille. En effet, à deux mois de la rentrée des classes l'absence du ministre de l'Éducation nationale a été remarquée. En évoquant la problématique de la scolarisation des enfants handicapés mentaux, Christel Prado a regretté : « ce dossier est toujours en panne et pour la 52e fois de l'Histoire de l'UNAPEI, nous célébrons l'absence du ministre de l'Éducation nationale à notre congrès ».

Un nouveau bureau et un rapport approuvé

Ce congrès aura été aussi l'occasion pour l'assemblée générale qui a été plébiscitée de voter à la quasi-unanimité les rapports d'activité et d'orientation et la mise en place du nouveau bureau.

Marie-Arlette CARLOTTI Ministre délégué au personnes handicapés a la sortie de Unapei ©UNAPEI L'assemblée générale a également voté trois résolutions dont la première consiste à demander aux syndicats employeurs d'engager sans délai des négociations en vue d'aboutir à la conclusion rapide d'une révision de la convention collective soit dans le cadre de l'actuelle convention soit dans le cadre d'une convention de branche étendue ou susceptible d'être étendue. À défaut d'engager un tel processus, les associations membres de l'UNAPEI s'interrogeraient sur le sens de leur adhésion aux syndicats employeurs signataires de la convention collective du 15 mars 1966.

La seconde résolution consistante a ce que les personnes handicapées mentales sont exposées à être privées de vacances du fait des coûts conséquents liés aux accompagnements spécifiques nécessaires. Le durcissement de la réglementation amène à un enchérissement. L'UNAPEI demande que les réponses réglementaires ne conduisent pas à exclure du droit aux vacances les personnes handicapées mentales.

Enfin, la troisième résolution consistant à défaut d'obtenir le financement des évaluations externes, l'UNAPEI demande le report du délai pour les effectuer jusqu'à l'obtention du financement.

La Rédaction