Contenu principal

Message d'alerte

une jeune fille déficiente mentale jouant du violon sur une affiche de l'APAH A partir d'aujourd'hui et jusqu'au 23 juin 2012 à la Cité universitaire internationale, à Paris, a lieu la 36e Assemblée générale de la fédération des APAJH. Un rendez-vous ou l'association ne sera pas la seule à réunir ces adhérents et cela au lendemain d'élections législatives qui ont doté le président et son gouvernement d'une nouvelle majorité. L'occasion pour l'association selon président Jean-Louis GARCIA, de réaffirmer les revendications de la Fédération, mais aussi d'exposer les priorités pour le quinquennat à venir dans le domaine du handicap.

Une assemblée particulière pour l'APAJH et ses militants qui commenceront ses deux jours de réunion par un hommage aux fondateurs décédés ces derniers mois. Le temps restant devrait être consacré à la présentation et aux votes des rapports d'activité, du rapport moral et d'orientation ainsi que le rapport financier qui sera présenté par le bureau et le conseil d'administration.

Échanges, débats et Pacte Handicap 2012

Autre moment important pour ses adhérents, le lancement des avènements du cinquantenaire de l'APAJH, fondée en 1962 par des enseignants, en réaction à l'absence de services de placement et à la carence de l'Éducation nationale dans l'accueil des jeunes handicapés. L'occasion pour la fédération de voter le pacte handicap 2012 dressant ainsi ses propositions et revendications et pour les cinq années à venir pour la construction d'une société inclusive. Celui-ci se composant de dix engagements se déclinant en quatre domaines que son école, emploi et ressource, la santé et l'accessibilité. Objectif, reconstruire le consensus républicain qui avait prévalu lors de l'adoption de la loi de 2005.

Engagement que l'association avait envoyé au candidat a la présidentielle et pour lequel elle se plain du manque de réponse auquel seul trois ont répondu, François BAYROU, François HOLLANDE et Éva JOLY. Auquel il faut ajouter selon Marie-Christine ARNAUTU en charge du handicap au FN, le refus de M. GARCIA qui malgré les E. mail et les appels téléphoniques a toujours refusé que Marine Le Pen puisse faire part de son projet présidentiel en faveur du handicap.

Une assemblée générale qui devra aussi faire face en tant que mouvement indépendant, gestionnaire et militant, sur sa gestion qui parfois comme avec la quarantaine de salariés de l'Apajh 44 qui c'était mobilisé face au manque de moyen dysfonctionnement des services, souffrance au travail...Mais qui devra aussi veiller à ce que les engagements contenus dans la lettre du nouveau président soient bien mis en œuvre dans les mois et années à venir. Pour Jean-Louis GARCIA, président de la Fédération des APAJH, « en 2012, il y a urgence à réconcilier la République avec elle-même et à faire en sorte que le handicap ne soit plus jamais le parent pauvre du vaste chantier de la lutte contre les discriminations ».

Une assemblée générale qui est le premier rendez-vous des innombrables points de rencontre et d'échanges qui auront lieu partout en France à l'occasion de 50 e anniversaire.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir