Contenu principal

Message d'alerte

Les signataires de la Convention entre la MDPH et l academie des YvelinesSerge CLÉMENTS, Directeur académique des services de l'Éducation nationale des Yvelines et Marie-Hélène AUBERT, Vice-Présidente du Conseil départemental des Yvelines et déléguée à l'autonomie ont signé le renouvellement de la convention au collège Flora-Tristan de Carrières-sous-Poissy ce 27 janvier. Établie pour la première fois en 2006, cette convention départementale entre l'MDPH et la Direction académique des services de l'éducation nationale des Yvelines est conclue pour une durée de trois ans

Une convention qui a pour but de fixer les modalités partenariales entre les deux services publics afin de garantir la prise en charge et le suivi des demandes des enfants en situation de handicap sur le département des Yvelines.

Un département qui selon des chiffres communiqués par le département représente en 2016, les élèves en situation de handicap représente seraient 7117 élèves dont 74 % en milieu scolaire ordinaire et 22 % en milieu médico-social 4 % en milieu sanitaire. Des élèves qui seraient 2957 ainsi à faire l'objet d'un accompagnement par l'intermédiaire de 1800 professionnels majoritairement employés au sein des établissements spécialisés.

Le département qui compte aujourd'hui 77 unités localisées d'inclusion scolaire (Ulis) au sein des écoles primaires, 51 Ulis en collège et une dizaine en lycée ainsi que 42 unités d'enseignement en établissements spécialisés. Pour lequel, 1150 élèves bénéficient d'un équipement pédagogique adapté pris en charge par l'académie pour un montant annuel de 250 000 €

Une convention pour garantir une meilleure prise en charge

Une convention qui fixé les modalités garantissent la prise en charge et le suivi des demandes de chacun des enfants ou adolescents du département qui se trouvent en situation de handicap. Des besoins qui seront déterminés après la saisine de la MDPH effectuée par la famille afin d'analyser les besoins et le projet de, personnalisé de scolarisation (PPS) par l'équipe pluridisciplinaire d'évaluation de la MDPH se réunissent pour analyser les besoins et le projet de vie du jeune.

La Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) pourra alors notifié un plan personnalisé de compensation traduisant à la fois par un projet personnalisé de scolarisation ainsi que les d'autres éléments de compensation le cas échéant.

Un jeune qui pourra ainsi durant toute sa scolarité bénéficié d'un suivi coordonné par un enseignant référent de scolarisation. Une équipe de suivi de la scolarisation, composée des familles ainsi que de l'ensemble des professionnels scolaires, éducatifs et de soins, dont des rencontres régulières devraient permettre d'adapter le projet de scolarisation.

Une convention qui n'enleve en rien cependant malheuresement a la précarité des emplois des accompagnants de vie scolaire confronté a des problemes de rupture de contrat en plein milieu d'année et qui provoque et surtout pour certains enfants de grosse pertubation lors de l'année scolaire (v.article) et que même certains collectif avait manifesté en France ou encore a Toulouse le 8 décembre 2015 (v.article)

La Rédaction

 


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir