Contenu principal

Message d'alerte

Ponction d’une fistule artério veineuse, avant la dialyse.La CNAMTS vient de rendre publiques aujourd'hui ses propositions dans le cadre du rapport charges et produits pour 2015. Ce rapport contient une proposition 18 intitulée "optimiser la prise en charge de la dialyse". La Fédération des prestataires de santé à domicile annonce partager les constats de l'Assurance maladie et notamment celui de la nécessité de proposer aux patients une diversité de modes de prise en charge de la dialyse et plus particulièrement à domicile.

Dans ce rapport prévoyant notamment de "permettre aux prestataires de services à domicile d'intervenir dans le domaine de la dialyse à domicile, à l'instar de la prise en charge de l'oxygénothérapie". La fédération constate que les dispositifs médicaux ont beaucoup évolué ces dernières années et intègrent des innovations importantes qui permettent le développement de la dialyse à domicile et notamment la dialyse péritonéale et l'hémodialyse.

En outre, ces dispositifs peuvent combiner l'utilisation de technologies de l'information appliquées à la santé et ainsi permettre une prise en charge à domicile sécurisée, favorisant la qualité et la sécurité du traitement, l'autonomie du patient et son observance au traitement. Ce déploiement de technologies nécessite des investissements importants et la mise en place d'organisations de service adaptées. Les prestataires de santé à domicile (PSAD) sont prêts à les mettre en œuvre, dans un cadre réglementaire strictement défini.

Plus qu'une question d'optimisation des coûts, il s'agit essentiellement de permettre au système de soins français de faire face aux besoins croissants de dialyse, tout en respectant les choix des patients. C'est pourquoi la Fédération avait salué l'introduction d'expérimentations sur le sujet introduite en LFSS pour 2014.

Elle a proposé à plusieurs reprises au Ministère des Affaires sociales et de la Santé de participer à la nécessaire concertation en amont du cadrage réglementaire de ces expérimentations tout en s'interrogeant sur la capacité de ces dispositifs à atteindre réellement l'objectif d'une diversification effective de l'offre de dialyse en France.

La CNAMTS propose l'inscription de la dialyse à la LPP

La LPP qui est en soit la liste des produits et prestation remboursée par l'Assurance maladie, une modalité qui démontre selon la PSAD, que depuis plusieurs années sa capacité à accompagner le développement de traitements lourds à domicile, dans des conditions de sécurité et de qualité maîtrisées, favorisant l'accès des patients à l'innovation et leur permettant une réelle autonomie.

C'est dans ce cadre que, depuis de nombreuses années, les PSAD accompagnent plus de 1,2 million de malades chroniques en complémentarité avec les professionnels de santé de proximité (infirmiers libéraux, pharmaciens d'officine...) au service des médecins spécialistes. Les PSAD participent ainsi à de nombreux protocoles de prise en charge, élaborés avec le corps médical, intégrant l'éducation et l'autonomisation des patients et de leur entourage, la matériovigilance, le suivit des patients et notamment de leur observance.

La Fédération des PSAD qui annonce enfin dans son communiqué considère que la proposition 18 de la CNAMTS est de nature à créer les conditions d'un développement de la dialyse à domicile et de combler un retard français manifeste en la matière.

Patient en dialyse a domicile a bord d'un bateauElle annonce être disponible pour mettre le savoir-faire de ses adhérents au service de la mise en œuvre de cette proposition et participer à un groupe de travail permettant de définir les contours de la prestation, la définition claire des patients concernés, les conditions d'encadrement médical et les impératifs de suivi et leurs obligations associées ainsi que la définition du rôle de chaque acteur : néphrologue, infirmier libéral, prestataire, établissement de santé de repli... créant ainsi les conditions concrètes d'un libre choix du patient quant à sa modalité de traitement.

Qui sont-ils ?

Les prestataires de santé à domicile (PSAD) assurent la mise à disposition à domicile des services et des dispositifs médicaux nécessaires au traitement des patients (systèmes de perfusion, matériels d'assistance respiratoire, systèmes d'insulinothérapie par pompe externe, etc.) ou à la compensation de leur perte d'autonomie.

Les prestations sont, dans la quasi-totalité des cas, délivrées au patient sur prescription médicale et font l'objet d'un remboursement parl'Assurance maladie sur la base des tarifs de responsabilité définis par la Liste des produits et prestations remboursables (LPPR).

La Fédération des PSAD regroupe deux syndicats : le Synalam et le Synapsad, soient 130 prestataires adhérents et les deux tiers de la prise en charge.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir