Contenu principal

Message d'alerte

2011.06.08 --- La France compte aujourd’hui plus de 2 millions de personnes malentendantes légères, 1,8 million atteintes de surdité moyenne et 300 000 de surdité profonde. On estime également à 1 700 000 environs le nombre de personnes déficientes visuelles. Parmi elles, 12 % des déficients visuels sont aveugles ou malvoyants profonds, 55 % sont malvoyants moyens avec une incapacité visuelle sévère en vision de loin ou de près et 33 % sont malvoyants légers.

En outre, la prévalence des déficits sensoriels augmentant avec l’âge, son incidence sur l’autonomie de la personne est incontestable : 80 % des patients suivis pour des problèmes de surdité ont entre 70 et 100 ans, soit une moyenne d’âge de 85 ans et chez les personnes âgées de 80 ans et plus, le taux de prévalence de déficiences visuelles est de 13,27 pour 1 000-personnes.

Dès lors, si pour un public de jeunes enfants et d’adolescents des dispositifs performants existent dans le secteur médico-social et de la réadaptation, il n’en est pas de même pour un public d’adultes et de personnes âgées. Le retard de notre pays en matière de réadaptation des déficiences sensorielles pour ces publics est flagrant et ne peut plus continuer.

C’est pourquoi, dès 2007, la Mutualité Française, la Fondation des Caisses d’Épargne pour la Solidarité (FCES) et la Fédération nationale pour l’Insertion des Personnes Sourdes et des Personnes Aveugles en France (FISAF) ont mis en commun leur expertise pour donner naissance à un projet ambitieux de création de structures destinées à répondre à ce besoin.

Depuis cette date, 6 établissements* de soins de suite et de réadaptation et 1 service d’accompagnement médico-social pour adulte, spécialisé dans la déficience visuelle et/ou dans la déficience auditive ont ainsi été créés dans 6 régions, constituant ainsi des plates-formes sensorielles.

Ces interventions poursuivant des objectifs concrets de prévention et de réadaptation, il est important, aujourd’hui, de valoriser les dispositifs déjà déployés et d’aller encore plus loin en objectivant l’impact des interventions sur le confort et la qualité de vie des personnes suivies et de montrer à travers ces expériences réussies, l’efficacité de ces dispositifs.

C'est pourquoi la Mutualité française, la FISAF, et la Fédération Hospitalière de France (FHF) ont décidé de lancer une évaluation à grande échelle de ces dispositifs. Cette évaluation sera effectuée sous l’égide d’un comité de suivi mis en place le 26 mai 2011, regroupant l’ensemble des gestionnaires des plates-formes sensorielles.

La Rédaction

Liste des établissements :

· Centre régional basse vision et centre d’évaluation et de réadaptation des troubles auditifs – Angers – Mutualité Française Anjou – Mayenne SSAM

· Centre régional basse vision – Tours – Mutualité Française Indre Touraine

· Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle en basse vision et troubles de l’audition – Poitiers – Mutualité Française Vienne SSAM

· Centre lorrain d’évaluation et de réadaptation basse vision (Nancy) géré par le CEDV Santifontaine et basse audition (Metz) géré par l’INJS

· Service d’accompagnement médico – social pour adultes déficients visuels – Mutualité Française PACA

· Centre de réadaptation pour personnes atteintes de déficience visuelle – Limoges – Mutualité Française Limousine SSAM

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir