Contenu principal

Message d'alerte

Les quatre étapes de l'implantation du nouveau système de prothèse mitrale réalisé par le CHU de ToulouseLes équipes médico-chirurgicales du CHU de Toulouse, conduites par le Professeur Bertrand MARCHEIX et le Dr THIBAULT LHERMUSIER en collaboration avec la start-up française HighLifeont réussie la première implantation en France de la valve mitrale HighLife, délivrée par voie trans-cathéter à coeur battant. Des implants HighLife remplacent la valve mitrale native sans recourir à une chirurgie à coeur ouvert, constituant ainsi un espoir pour les patients souffrant d’insuffisance mitrale dont l’état de santé ne permet pas une intervention chirurgicale.

Une première en France…
Cette première en France fait partie d’une étude européenne actuellement menée par la société. Elle fait suite à huit implantations, à Catane en Italie et à Kiev en Ukraine. La patiente traitée au CHU de Toulouse est âgée de 69 ans et présentait une fuite mitrale importante responsable d’une insuffisance cardiaque. Son état général n’était pas compatible avec une chirurgie cardiaque conventionnelle qui aurait été à très haut risque.

« L’intervention s’est déroulée dans de bonnes conditions. Les suites ont été simples, avec une sortie de l’hôpital dix jours après l’intervention. Les différents contrôles à deux mois montrent un bon fonctionnement de la prothèse mitrale et l’état général de la patiente s’est très nettement amélioré d’un point de vue fonctionnel » déclarent le Dr Thibault LHERMUSIER et le Pr Bertrand MARCHEIX..

Une réussite dont M. Georg BÖRTLEIN, président de HighLife et co-fondateur de la société c’est également félicité « Nous sommes très heureux de démarrer notre étude clinique en France avec l'équipe du CHU de Toulouse en nous appuyant sur leur expertise de premier ordre dans le domaine des traitements chirurgicaux et interventionnels des maladies des valves cardiaques et plus particulièrement de la valve mitrale ».

L’insuffisance mitrale c’est quoi ?...
Il s’agit d’une insuffisance qui se caractérise par un manque de coaptation des feuillets de la valve mitrale, c’est-à-dire que les deux feuillets ne se rejoignent plus au moment de la contraction du coeur. Il en résulte, à chaque contraction, une fuite de sang du ventricule gauche vers l’oreillette gauche. Cette fuite induit un reflux anormal du sang vers les veines pulmonaires au lieu d’être injectée dans l’aorte vers les organes pour les approvisionner en sang oxygéné.

Non traitée, l’insuffisance mitrale est une maladie sévère dont les symptômes peuvent débuter sous la forme d’un essoufflement jusqu’à provoquer l’insuffisance cardiaque et le décès. Quand les symptômes deviennent sévères, le traitement standard actuel consiste en une chirurgie à coeur ouvert pour remplacer la valve mitrale. Il s’agit d’un traitement maîtrisé, mais très invasif, ce qui ne permet pas d’y recourir pour de nombreux patients jugés inopérables, suite à leur faible condition physique ou à leurs facteurs de comorbidités.

Une procédure innovante et peu invasive…
Le système de remplacement de valve mitrale HighLife se compose de deux implants : un implant annulaire et une prothèse de valve mitrale. CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE ces deux composants sont acheminés dans des cathéters de façon minimalement invasive, à coeur battant, et sans chirurgie à coeur ouvert. Un abord sur l’artère fémorale permet de placer l’implant annulaire, et un abord trans-apical sur le ventricule gauche permet pour sa part d’implanter la prothèse mitrale. L’interaction de l’anneau avec la prothèse mitrale permet de créer un système d’ancrage qui a la particularité de s’adapter à l’anatomie de chaque patient.

La Rédaction

Sources : CHU et Hopitaux de Toulouse

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir