Contenu principal

Message d'alerte

Nouveau systheme accessibilite deficients visiuels pour telephone portable Claria ZoomAujourd'hui, tout le monde possède un smartphone. Mais les personnes souffrant d'une déficience visuelle ou les séniors sont exclus de ce monde. Afin de rendre les smartphones plus accessibles aux personnes âgées ou malvoyantes. La start-up française Claria, créateur de solutions numériques pour déficients visuels, annonce la sortie officielle de son application Claria Zoom depuis le 10 septembre, disponible sur le Google Play Store dans le monde entier.

Implant pixium-visionLa société française Pixium Vision, spécialisée dans le développement d'implants rétiniens, a annoncé ce mercredi qu'elle va déposer une demande d'homologation européenne pour Iris II, la version commerciale de son implant Iris, au quatrième trimestre 2015. Un système Iris est destiné à des patients devenus aveugles à la suite d'une rétinite pigmentaire.

Des dossiers en attente de jugement (Illustration 2012)Récemment publié, le rapport de recherche du projet AJuPID – Accès à la justice pour les personnes déficientes intellectuelles –, projet co-financé par l'Union européenne et coordonné par la FEGAPEI. Ce rapport met en évidence l'interdépendance entre une politique et une législation de protection juridique d'une part, et l'accès à la justice pour les personnes, d'autre part. L'accès à la justice et l'exercice de la capacité juridique des personnes déficientes intellectuelles dans des conditions d'égalité sont des dimensions fondamentales de la Convention internationale des Nations-unies relative aux droits aux personnes handicapées (CDPH, articles 12 et 13), dans la mesure où elles constituent des garanties pour l'exercice des autres droits mentionnés dans la CDPH.

Argus II implant oculaire stimulant artificiellement la retine deficienteUn retraité britannique de 80 ans souffrant de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) a bénéficié de l'implantation « réussie » d'un « oeil bionique » posé à même la rétine, a annoncé mercredi l'équipe médicale de l'hôpital de Manchester qui a pratiqué l'opération. Une maladie qui concerne aujourd'hui plus de 30 millions de personnes dans le monde se cout reste son principale obstacle pour les reste de ces patients potentiel bien que Marisol TOURAINE est autorisé le « forfait innovation », au titre de l'article 165-1-1 du code de la sécurité sociale.

Interprete dans la poche innovation telephonique DEAFIDaefi n'en finit plus d'innover. Le premier centre de relation clientèle au monde dédié aux déficients auditifs lance à la rentrée 2015 une innovation inédite baptisée « Interprète dans la poche » (IDLP). Avec 5 à 6 millions de personnes sourdes et malentendantes en France, Deafi voulait trouver une solution adéquate à leur handicap. Car aujourd'hui, c'est compliqué pour eux de se faire comprendre du monde des entendants. C'est pour cette raison que Daefi a mis au point une toute nouvelle innovation technologique : « Interprète dans la poche » afin de changer le quotidien des personnes souffrant d'une déficience auditive.

Mourir chez soi un souhait majoritaire mais une situation peu frequenteAlors que les sujets sur l'ethnicité et la fin de vie restent un de ces sujets brûlants actuellement en discussion au Parlement et dans l'actualité avec le dossier Vincent LAMBERT. Une dernière enquête d'opinion qui vient d'être publiée par l'INED. Cette étude « Fin de vie en France » fait ressortir que la majorité des personnes souhaitent mourir chez elles, mais un quart seulement le font causé par le fait, le maintien à domicile se raréfie à l'approche du décès. Une enquête qui permet notamment retracer le parcours résidentiel et médical avant le décès.

Cette étude réalisée par de l'Institut national d'études démographiques (Ined), consacrées à ces derniers décès, a permis de retracer les circonstances de fin de vie en interrogeant des médecins, à partir d'un échantillon représentatif de près de 15.000 de personnes de plus de 18 ans des décès survenus en décembre 2009. Démontrant que quatre décès sur cinq surviennent de façon non soudaine à la suite d'un parcours, résidentiel (domicile ou maison de retraite) et médical.

Ces auteurs démontrent que les Français à pouvoir réellement réaliser leurs souhaits de mourir a domicile ne représentent en France que 26 % des décès de façon soudaine ou non. Une proportion qui atteint même 20 % au Royaume-Uni ou 18 % en Norvège contre 24 % aux États-Unis. Plusieurs raisons à cela l'hospitalisation et la dépendance étant les deux principales.

Dépendance et hospitalisation principales facteurs...

La raison la plus souvent évoquée est la complexité des soins qui rend souvent le maintien à domicile impossible, notent les auteurs, Sophie PENNEC et ses collègues, qui se sont penchés sur les lieux de vie au cours du mois précédant les décès non soudains, afin de mieux comprendre pourquoi rester chez soi est finalement peu fréquent au dernier stade de l'existence. La famille souhaite d'ailleurs dans 55% des cas que les personnes en fin de vie soient prises en charge à l'hôpital, et dans 31% des cas en maison de retraite.

Ainsi quatre semaines avant leur mort, 45 % des personnes vivent à domicile, en cas de décès non soudain ce taux décent a 18 %. L'hôpital et y décéder étant le parcours le plus fréquent (30 %), passer l'ensemble du dernier mois de l'existence chez soi l'est deux fois moins (14 %). Le départ de l'hôpital pour regagner son domicile est beaucoup plus rare (2 %). La complexité des soins rend souvent le maintien à domicile impossible, ce qui motive le transfert à l'hôpital. C'est de fait la raison la plus souvent évoquée pour justifier le non-respect du souhait de certains patients de décéder chez eux.

Le poids des familles...

« Les médecins témoignent de la forte mobilisation de l'entourage familial de leurs patients en fin de vie. Quasiment toutes les personnes maintenues à domicile ou transférées à l'hôpital (96 %) ont reçu des visites au cours de leur dernière semaine d'existence », soulignent par ailleurs les auteurs.

Famille et amis sont plus souvent présents au moment du décès lorsqu'il a lieu à domicile plutôt qu'à l'hôpital : à domicile, les proches sont les seuls présents dans 44 % des cas, et ils sont assistés de professionnels dans 26 % des cas. Décéder à domicile en la seule présence de soignants est très rare (5 %).

Stéphane LAGOUTIÉRE

Source : AFP

Siege pivotant pour automobile du fabricant suedois AutoadaptLe fabricant suédois de solutions d'adaptation de véhicules, Autoadapt, présente ce 8 juillet 2015 deux nouveaux sièges pivotants qui seront commercialisés par Autoadapt dans le courant de l'année.  La façon la plus sûre de voyager dans un véhicule est d'être assis dans un siège de voiture en bouclant sa ceinture. Pour les personnes en fauteuil roulant, il existe une solution : le siège pivotant. Le Turny Evo, reste identique mais quelques améliorations majeures en matière de confort, de facilité d'utilisation, d'installation, ont été apportées afin de renforcer la sécurité des personnes handicapées.