Contenu principal

Message d'alerte

Max handicape qui a perdu son pied sur le dos sa mere MususuDes chercheurs japonais ont pu observer pour la première fois comment une mère chimpanzé se comportait avec son enfant handicapé, né en 2011 dans le parc national des montagnes de Mahale, en Tanzanie à qui elle a prodigué des soins attentifs alors que l'on pensait cette forme de sociabilité apparue avec l'Homme.

Des scientifiques de l'université de Kyoto (ouest) ont analysé pendant deux ans le comportement d'un groupe de chimpanzés à l'égard d'un bébé femelle gravement handicapé, né en 2011 dans le parc national des montagnes de Mahale, en Tanzanie.

« Le nouveau-né présentait des symptômes s'apparentant au syndrome de Down (trisomie 21) », selon un extrait de l'étude publiée cette semaine dans la revue « Primates ».

Les autres primates du groupe n'avaient pas d'aversion ou de peur envers cet enfant handicapé

« Les soins apportés par la mère pour pallier le handicap de son enfant, également materné par sa soeur, l'ont probablement aidée à survivre pendant 23 mois en pleine nature », soulignent les chercheurs. Ils ont ensuite perdu la trace de ce bébé, vraisemblablement décédé.

Sa mère et sa soeur soutenaient cet enfant de leurs bras au cours de l'allaitement, a expliqué à l'AFP le professeur Michio NAKARUMA. « D'habitude, un bébé chimpanzé peut s'agripper de lui-même, mais ses jambes n'étaient pas assez puissantes ».

Par ailleurs, la mère ne laissait pas les non-membres de la famille s'occuper de sa petite, ce qui n'avait pas été le cas avec d'autres enfants précédemment.  Quant aux autres primates du groupe, ils « n'ont montré aucune aversion ou peur » à l'encontre du bébé handicapé, relève l'étude.

Cette étude apporte de nouveaux indices sur le développement social

« C'est la première fois » que de telles interactions « étaient observées en milieu sauvage », a assuré le chercheur, estimant que cette étude apportait de nouveaux indices sur le développement du lien social.

« Jusqu'à présent, il y avait des discussions sur le fait que cette capacité de dispenser cette forme de soins s'était probablement développée avec l'apparition de l'espèce humaine », conclut Michio Nakamura, auteur principal de l'étude.

Une situation déjà étudié avec un handicap phhysique en en Ouganda 

Peut-on parler vraiement d'une premiere ? Peut-être pas. Effectivement des études faites en en Ouganda non pas sur l'aspect du handicap mental, mais physique par Sabrina Krief, membre de l'équipe Primates et Environnement du Muséum, étudie depuis 18 ans le comportement et la santé des chimpanzés sauvages dans le parc national de Kibale. Comme celui de Max qui a perdu sa jambe a la suite d'un accident de chasse et de sa mère.Des pièges sont posés dans la forêt et à la bordure du parc pour capturer du gibier.

Lorsqu'un chimpanzé arrive à se dégager du piège à force de se débattre, il s'en échappe le plus souvent avec le câble entré profondément dans la chair d'un de ses membres et le garde des mois, voire des années, jusqu'à ce que cette partie de membre nécrose et tombe. Une lutte que réalisent cette scientifique et son mari photographe.

La Rédaction / Avec AFP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir