Contenu principal

Message d'alerte

Session de l'Assemblée générale, au siège des Nations Unies à New York, A l'occasion de 53e séance plénière de l'assemblée générale, celle-ci a voté hier 12 décembre la résolution recommandant « d'envisager d'inscrire la question de la couverture santé universelle à l'ordre du jour du programme de développement pour l'après-2015 ». Outre cette résolution, l'Assemblée en a adopté une autre sur l'autisme.

Dans sa résolution intitulée « Santé mondiale et politique étrangère », l'Assemblée invite dès lors le Conseil économique et social (ECOSOC) à examiner la question de la couverture santé universelle à sa session 2013, en collaboration avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Banque mondiale et d'autres organismes compétents des Nations Unies.

L'Assemblée convient d'ores et déjà que lors de la transition des systèmes de santé vers la couverture universelle, chaque possibilité doit être étudiée en tenant compte du contexte épidémiologique, économique, socioculturel, politique et structurel de chaque pays. La couverture santé universelle est un énorme défi pour des pays comme la Zambie, a avoué son représentant.

Malgré les augmentations successives du budget de la santé et la création de partenariats public-privé, les financements extérieurs sont toujours un facteur important, a-t-il dit, car la couverture santé universelle exige des investissements massifs dans les infrastructures de développement et le renforcement des capacités à tous les niveaux de services. Son homologue des États-Unis a d'ailleurs rappelé qu'à son entrée en vigueur le « Affordable Care Act » permettra à 30 millions d'Américains d'accéder, pour la première fois, à une couverture médicale.

Une résolution soutenue par la France

Cette résolution qui vient d'être adoptée le 12 décembre a elle était présentée par la France au nom du groupe "Diplomatie et Santé", constitué par les ministres des Affaires étrangères brésilien, français, indonésien, norvégien, sénégalais, sud-africain et thaïlandais. Cette enceinte leur permet d'agir ensemble pour accroître l'attention accordée à la santé comme thème des relations internationales.

Coparrainée par plus de 90 pays, la résolution adoptée le 12 décembre marque l'engagement de la communauté internationale pour étendre les systèmes de protection sociale en santé. La France contribue ainsi au renforcement de la dimension sociale de la mondialisation.

La couverture sanitaire universelle vise à permettre à chacun de bénéficier de services de santé, sans s'exposer aux risques d'appauvrissement. Elle renforce les systèmes de santé, garantit des soins de qualité, notamment dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, les grandes pandémies et les maladies non transmissibles. Aujourd'hui, un milliard de personnes n'ont pas accès aux services de santé dont elles ont besoin. L'Organisation mondiale de la santé estime que 100 millions de personnes tombent sous le seuil de pauvreté chaque année en raison de dépenses en santé.

La couverture sanitaire universelle participe ainsi à la réduction de la pauvreté, à l'équité et à la cohésion sociale, qui sont au coeur de la réflexion internationale devant conduire à l'élaboration d'un nouveau cadre mondial pour le développement d'ici 2015, date à laquelle les objectifs du millénaire pour le développement arrivent à échéance.

La Question de l'autisme abordé

Soulevant une autre question de santé, l'Assemblée dit, dans sa résolution sur l'autisme**, attendre avec intérêt le plan d'action global sur la santé mentale de l'OMS, ayant à cœur d'examiner la question des troubles du spectre autistique dans le cadre d'une approche systémique élargie.

L'Assemblée se dit consciente que, pour élaborer et mettre en œuvre des programmes d'intervention « viables, efficaces et durables » qui permettent de faire face aux troubles du spectre autistique et autres troubles du développement, il convient de mieux faire connaître ces troubles et réduire les préjugés qui les entourent; de renforcer la recherche et les services; d'améliorer l'éducation des enfants, jeunes et adultes autistes; de souligner les besoins propres à chacune des personnes autistes, et de sensibiliser l'opinion aux avantages qu'il y a à intégrer dans la société les personnes touchées par l'autisme.

Le représentant du Bangladesh n'a pas dit autre chose lorsqu'il a évoqué Mozart, Beethoven, Einstein, Bob Dylan, Bill Gates et Steven Hawkins, des personnalités hors du commun touchées par les troubles du spectre autistique, qui ont réussi non seulement à trouver leur place dans la société, mais surtout à l'enrichir.

Rapport du Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS)

Le rapport porte sur les liens entre santé et environnement, et entre santé et catastrophes naturelles. Il expose en détail les problèmes que ces questions ne manquent pas de poser et donne des exemples de mesures prises aux niveaux national et international. Il met par ailleurs l'accent sur les travaux en cours pour aider les pays à mieux faire face à ces difficultés ainsi que sur les mécanismes et structures inter institutions mises en place au sein du système des Nations Unies.

Se fondant sur des consultations tenues avec les États membres, le rapport examine le thème de la couverture santé universelle, notamment les moyens employés pour soutenir et renforcer les systèmes de santé, en particulier pour relever les défis que constituent les changements climatiques et les catastrophes naturelles. Ces deux dernières années, plusieurs réunions de haut niveau ont souligné l'importance d'une telle couverture pour assurer la pérennité des progrès réalisés en matière de santé, édifier des sociétés fortes et protéger l'individu contre l'appauvrissement qu'entraîne la maladie.

Garantir l'accès aux services nécessaire permet d'améliorer les résultats obtenus sur le plan de la santé, ce qui donne aux adultes les moyens de gagner leur vie et aux enfants ceux d'apprendre et, ainsi, d'échapper à la pauvreté. Parallèlement, offrir à la population une protection contre les risques financiers permet d'empêcher qu'elle ne retombe dans la pauvreté. Ces deux pierres angulaires de la couverture santé universelle sont essentielles à un développement durable et à la réduction de la pauvreté.

En juin 2012, rappelle le rapport, les participants à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable ont placé en tête des priorités internationales en matière de développement les difficultés rencontrées pour parvenir à un développement durable, en tenant compte, ce faisant, des trois piliers –économique, social et environnemental– sur lesquels il repose. Ils ont examiné les moyens à mettre en œuvre pour résoudre les problèmes de développement au-delà des Objectifs du Millénaire pour le développement et reconnu que la santé faisait partie intégrante d'un tel développement.

Dans ses conclusions, le rapport dit que, compte tenu des avancées et des possibilités, il reste nécessaire de mettre les gens et la santé au cœur des politiques internationales, des cadres juridiques et des autres efforts communs qui seront déployés pour concrétiser les grandes priorités de développement à l'échelle internationale. Dans un contexte où les défis émergents comportent des risques et des conséquences accrus dans le domaine de la santé, il est nécessaire d'intensifier la coopération et les investissements et de prendre des mesures afin d'obtenir de meilleurs résultats en matière de santé.

Une bonne gouvernance est essentielle pour définir des orientations générales et établir des mécanismes afin d'assurer un financement constant et prévisible des initiatives et programmes nationaux mis en place dans le domaine de la santé et les autres secteurs pertinents. Il est fondamental de nouer des partenariats intersectoriels à tous les niveaux pour faire en sorte que tout le monde soit protégé des risques liés à la maladie, quelle qu'en soit la cause. Les acteurs du secteur de la santé et leurs partenaires disposent du savoir-faire nécessaire pour garantir un avenir plus sûr.

Toutefois, un engagement politique au plus haut niveau aidera à obtenir les financements requis pour obtenir de meilleurs résultats en matière de santé pour les millions de personnes à travers le monde qui font face aux risques de la maladie.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir