Contenu principal

Message d'alerte

Bosnie-Herzegovine Sabiha et sa fille MerimaDemain les mines antipersonnel, bombes à sous-munitions et autres restes explosifs de guerre (REG) dont la présence et l'existence, mais surtout la vente par certains pays continue a faire beaucoup de mal longtemps après la fin des conflits et des accords de paix signés. Un 4 avril auquel Comité Internationale de la Croix Rouge et Handicap international ont voulu rappeler que ces objets meurtriers auront été la cause de la perte d'un membre ou de la vie pour plus de 50 000 personnes. Une Journée internationale de sensibilisation aux mines et l'assistance à la lutte antimines sont observées dans le monde entier comme chaque année.

Mais qui a également pour objectif de rappel à la communauté internationale pour aider à établir et à développer les capacités nationales de lutte antimines dans les pays où les mines et les restes explosifs de guerre constituent une menace grave pour la sécurité de civils, ou d'entrave au développement social et économique

À la fin 2013 et au début de 2014, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a envoyé cinq photographes dans cinq pays (la Bosnie-Herzégovine, en Irak, au Laos, au Mozambique et au Nicaragua) pour documenter le bilan humain exigé par les mines et autres restes explosifs de guerre.

Des images capturent à la fois le travail dévoué des personnes impliquées dans les opérations de déminage, et l'angoisse et la résilience des Iraq Sajad Faleh victime de minessurvivants. Ainsi au Mozambique depuis 1993, l'Organisation des Nations Unies et diverses organisations non gouvernementales, telle que HALO Trust ou Handicap international, présent depuis plusieurs années et espèrent en collaboration avec l'Institut national de déminage achever les opérations de déminage en 2015. Une réalisation importante dans ce pays autrefois fortement touché par les mines. Cependant, les besoins des victimes de mines resteront. Le gouvernement estime le nombre de victimes à 10 900.

Tout comme Bosnie-Herzégovine mines terrestres et autres restes explosifs de guerre continuent d'être une source de grande préoccupation. Leur présence remonte principalement de la guerre 1993-1995 en ex-Yougoslavie. Ils contaminent quelques 1 263 kilomètres carrés et ont causé 8075 victimes ont été recensées, dont plus de 5800 ont survécu.

Ou l'Irak fortement contaminé par les mines terrestres et autres restes explosifs de guerre, le résultat de décennies des conflits armés et de la violence sectaire. Un nombre de survivants de / incidents liés aux restes explosifs de guerre des mines estimée à 48 000 et de n'importe où entre 68 000. Ses engagements en vertu de la Convention sur les mines Ban antipersonnel exigent l'Irak pour tenter de débarrasser son territoire de toutes les mines antipersonnel d'ici le 1er février 2018.

Laos, Agriculteur Ounlar qui a perdu la vueVoir le Laos qui entre 1963 et 1972, pendant la guerre du Vietnam, au moins 270 millions de sous-munitions ont été larguées sur le pays. Des dizaines de millions d'entre eux n'ont pas explosé. Plus de 20 000 Laotiens ont été mutilés ou tués par des sous-munitions depuis la fin officielle de la guerre en 1973. Environ 80 % des 6,8 millions de citoyens du pays sont des agriculteurs de subsistance, ce qui signifie que des milliers d'entre eux sont des terres agricoles quotidiennes dangereusement contaminés par des sous-munitions et autres munitions non explosées.

Enfin le Nicaragua qui a ratifié la Convention d'interdiction des mines antipersonnel en 1999. La guerre civile des années 1980 a laissé 16 de ses 17 provinces, en particulier les zones rurales et pauvres touchés par les mines. En 2010, le pays aura été déclaré exempt de mines, avoir franchi plus de 179 000 mines antipersonnel de son territoire et un demi-million de munitions non explosées.

Le CICR qui reste très actif avec l'ONG Handicap internationale dans les efforts de déminage dans de nombreux autres pays, comme l'Afghanistan, le Cambodge, le Tchad, la Colombie, le République démocratique du Congo, El Salvador, l'Éthiopie, la Guinée-Bissau, l'Inde, l'Irak, le Myanmar, Niger, Pakistan, Pérou, Soudan du Sud, Soudan, Tadjikistan, Ukraine et Yémen.

Il recueille et analyse des données, et les enquêtes et détruis les mines terrestres et autres REG. Le CICR qui c'est également engagé dans des activités de réduction des risques et de l'éducation des risques. En outre, les victimes de mines terrestres et des restes explosifs de guerre profit de réadaptation physique, des soins chirurgicaux et des programmes de sécurité économique fournis par le CICR.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir