Contenu principal

Message d'alerte

Dans un communiqué le comité international de la croix rouge (CICR) a exprimé sa vive inquiétude après deux attaques meurtrières perpétrées dans les villes de Beni et d’Eringeti. Le CICR qui ont pu évacuer par avion 14 personnes blessées dont certaines seront amputé, à l'hôpital CBCA Ndosho à Goma.

 « Nous sommes extrêmement préoccupés par la nature et l'ampleur de ces violences qui frappent des populations déjà durement touchées par des années de conflit », déclare Alexandra MENEGON, chef de délégation du CICR en République démocratique du Congo. « Ces exactions contre les civils sont des violations graves des principes les plus élémentaires d’humanité, elles doivent cesser. »

Une région du Nord-Kivu théâtre de plusieurs attaques ciblant la population, dont les plus violentes ont eu lieu ces derniers jours. Depuis le 11 octobre, 80 personnes ont été tuées, selon les autorités, dont des femmes et des enfants, et 19 autres ont été grièvement blessées provoquant des blessures irréversibles.

« La Croix-Rouge de la RDC est intervenue rapidement et a géré la collecte de dépouilles mortelles», explique Arnaud MEFFRE, chef du bureau du CICR de Béni. L’équipe chirurgicale du CICR à l’hôpital de Goma a pris en charge 16 blessés de guerre. Afin de soutenir les autres structures de santé de la région, le CICR a également donné du matériel médical et chirurgical pour prendre en charge 50 blessés de guerre à l'hôpital général de Beni, et du matériel médical (bandages et traitements par voie orale) pour stabiliser des blessés de guerre à l'hôpital général d'Oïcha.

Afin de faciliter la gestion des dépouilles mortelles, le CICR a fourni aux équipes de la Croix-Rouge de la RDC 40 sacs mortuaires, 200 paires de gants à usage unique, dix masques réutilisables, dix kilos de chlore et a donné un apport financier pour les frais de carburant.

Depuis le début de l'année, le CICR a évacué plus de 290 blessés de guerre et malades, et pris en charge plus de 550 d’entre eux dans les deux provinces du Nord et du Sud-Kivu ; il a également acheminé des médicaments et du matériel médical à neuf centres de santé et quatre hôpitaux généraux afin que le personnel puisse faire face aux urgences médicales et chirurgicales.

La Rédaction

Oscar PISTORIUS montant dans le vehicule cellulaireImpassible les yeux légèrement baissés attendant sa punition, vers le Juge, Thokozile MASIPA, à énoncé le jugement après plus neuf mois de procès d’audience retransmis en direct passionnant le pays. Oscar PISTORIUS, âgé de 27 ans aura été finalement condamné pour homicide involontaire à une peine de 5 ans de prison ferme contre 10, demandé par le procureur. Le champion paralympique qui à immédiatement été incarcéré à la prison de Kgosi Mampuru à Pretoria, où il est arrivé peu avant 13 h.

Le procureur Gerrie NEL lors du premier Oscar PISTORIUSMoins virulent que le 13 octobre dernier lors de l’ouverture des séances. Le parquet reste néanmoins ferment opposé a une réhabilitation rapide que sa famille voudraient faire passer désormais pour une victime. Le procureur Gerrie NEL, qui a requis un minimum de dix ans de prison ferme, coupable de l'homicide involontaire de sa petite amie en février 2013. La juge rendra sa sentence le 21 octobre 2015. Le procureur Gerrie NEL répondant a la plaidoirie de Me Barry ROUX aura lui affirmer que « La punition doit refléter le caractère sacré de la vie humaine », a-t-il argumenté.

Oscar Pistorius au TribunalReconnu coupable d’homicides involontaires le 11 septembre dernier pour avoir abattu sa petite amie Reeva STEENKAMP de quatre balles en février 2013, par le juge Thokozile MASIPA, le sportif paralympique Oscar PISTORIUS et revenu aujourd’hui 13 octobre espérant réduire sa peine a des travaux d’intérêt général comme le demande son avocats Me MESNOOH. Des témoignages et une demande qui ont provoqué la colère du procureur Gerrie NEL. L'avocat ayant fait comparaitre pour appuyer la demande deux témoin sa psychologue Lore HARTZENBERG et un travailleur social, M. Joel MARINGA.

Carte de localisation de benghaziLe Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant-Rouge libyen ont annoncé dans un communiqué leur inquiétude concernant les conséquences humanitaires de la violence armée dont Benghazi est le théâtre. Une situation dans lequel chaque jour le nombre de blessées se trouve parfois imputé et atteint de grave handicap visuel, auditif ou moteur.

Une situation qui conduit selon le Dr Osama AZZAM, chef du département santé et premiers secours du Croissant-Rouge libyen, à « Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées depuis que la violence a éclaté,. Une ambulance a été détruite et son conducteur tué dans une attaque délibérée. Un de nos hôpitaux a aussi été attaqué et on a dû le fermer. Il est de plus en plus dangereux de conduire des personnes blessées ou malades à l'hôpital. Les hôpitaux et dispensaires, les ambulances, les secouristes volontaires et le personnel de santé doivent être protégés. »

Avec le soutien du CICR, le Croissant-Rouge libyen s'efforce de répondre aux besoins les plus urgents de la population dans les zones touchées. Depuis que ces combats ont éclaté à Benghazi, les volontaires de la Société nationale travaillent dans des conditions difficiles pour aller chercher les blessés et récupérer les morts.

En Libye, le CICR à ainsi visité des détenus et vient en aide aux familles des personnes portées disparues. Ce dernier collaborant égalment avec le Croissant-Rouge libyen pour porter secours aux personnes victimes de la violence, forme des volontaires du Croissant-Rouge à la sensibilisation aux dangers que posent les restes explosifs de guerre, et aide le Croissant-Rouge libyen à renforcer sa capacité à répondre aux besoins humanitaires pendant un conflit ou une autre situation de violence. Il s'emploie en outre à promouvoir le droit international humanitaire et les principes humanitaires universels.

La Rédaction

Oscar-pistoriusMoins d'une semaine après la reprise du procès, l'accusé Oscar PISTORIUS champion paralympique, qui doit répondre du meutre de sa petite amie, a été suspendu a nouveau a la demande du juge ordonnant des examens psychiatrique. Une demande motivé du juge sud-africain qui souhaite savoir si PISTORIUS souffrait vraiement d'un trouble anxieux généralisé comme l'a affirmé sa défense. Le rapport de la psychiatre citée par la défense « ne peut pas remplacer une évaluation appropriée », a expliqué la juge Thokozile Masipa, accédant à la demande du parquet d'une contre-expertise psychiatrique indépendante.

reprise du procés dOscar PistoriusAprès plus de quinze jours de suspension de séance le procès de Oscar PISTORIUS, champion paralympique a reprise ce lundi matin à Pretoria une séance prévus pour durée jusqu'au 16 mai prochain. Une reprise très attendu par l'accusé et ses avocats, et qui devraient voir une douzaine de témoins comme son manager, divers amis ou Johan STANDER, convaincu de son innocence ce que le procureur se refuse toujours à admettre. Un sportif qui doit désormais faire face a des accusations de mise en scène en ayant pris des cours de comédie ce que dernier dément formellement...