Contenu principal

Message d'alerte

La petite Katelyn VINCIK au centre agee de cinq desormais equipe de sa protheseÂgée de cinq ans cette petit fille, Katelyn VINCIK, à vécu ces derniers jours un bonheur immense, celui que de nombreux parents dans le monde aimerait pouvoir se réalisé pour leurs enfants dans la même situation. Née sans sa main gauche, celle-ci c’est vu offrir par un laboratoire en 3D d’une librairie de l’État du Texas au États-unis une prothèse pour son bras, un an après son inscription a une liste d’attente, la petite Katelyn ne cessait de demandé a ces parents "Quand est-ce que les médecins vont réparer ma main?".

Une solution inattendue...
Lassée et désespérer d'attendre et de voir sa fille souffrir, sa mère Kimberly à entamai de nouvelles investigations et a déniché une solution... plutôt inattendue. Celle de cette de librairie Harris County qui en plus de proposer des livres héberge un laboratoire d'impression 3D. Situé a deux heures du domicile à Victoria dans l'État du Texas, la mère fait alors le voyage avec fille voyage jusqu'à Houston pour rencontrer les responsables et leur exposer le cas de leur fille.

Un responsable du laboratoire, Patrick FERREL, qui trouve le pari intéressant, mais explique au parents ces craintes, qui a expliqué au Washington Post. "Aucun de nous n'avait déjà réalisé de prothèse." Pas question d'abandonner pour autant. "Aucun de nous ne voulait laisser tomber Katelyn", assure-t-il.

La petite fille qui avait reçu une prothèse réaliste, trouvait celle-ci trop « lourde ». Le responsable du laboratoire prend alors décision de choisir pour modèle disponible gratuitement sur le site de l'organisation Enabling the Future, notamment utilisé pour la prothèse La Reine des neiges d'une autre petite fille.

Deux sœurs qui peuvent maintenant "se tenir la main"
Après quelques semaines de travail, Patrick FERREL, s’est rendu au domicile de la famille, ou il a remis à Katelyn, sa prothèse aux couleurs favorites rose et violet. Une remise immortalisée par une vidéo, où la fillette découvre sa nouvelle main, le sourire aux lèvres. "Il y avait de l'émotion dans la pièce à ce moment-là", confie Patrick FERREL au Washington Post. Désormais, il lui suffit de plier le bras pour que les doigts se serrent sur les objets. La prothèse enfilée, Katelyn s'est tournée vers sa soeur Lacey et lui a dit qu'elles pouvaient maintenant "se tenir la main". Ce dernier d’ajouter, « D'une certaine façon, nous devenons proches d'eux (...) mais changer réellement la vie d'une personne est quelque chose de vraiment gratifiant ».

La Rédaction

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir