Contenu principal

Message d'alerte

Les responsables de l association de l association Parents jusqu au bout entoure par les ministres le 13 mai 2016La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux saines habitudes de vie Canadienne Lucie CHARLEBOIS, a annoncé dans un communiqué, des mesures supplémentaires aux enfants gravement malades et ayant des incapacités importantes. Une décision qui fait suite a la réunion d’un comité interministériel sur le sujet il y a quelques semaines. Une annoncé saluer par l’Office des personnes handicapées du Québec et sa directrice, Anne HÉBERT, qui à participé à la recherche de cette solution comme membre du Comité interministériel.

Une qui est le fruit également d’une mobilisation, à travers une pétition de 2015, à l'Assemblée nationale du Québec afin de dénoncer la différence de traitement entre ce que l'État accorde aux familles d'accueil et ce qu'il verse aux parents naturels d'enfants qui ont de très graves handicaps. Une pétition déposée par les membres de l’association Parents jusqu'au bout qui réclamait la reconnaissance des parents d'un enfant lourdement handicapé comme famille d'accueil de leur propre enfant, dans le but d'avoir accès aux prestations financières, au répit, au transport ambulancier et aux médicaments gratuits.

Une aide pour facilité la vie des familles
Des familles qui par manques dans nombreux cas, visées par cette aide supplémentaire exceptionnelle sont amenées à faire des choix difficiles, notamment sur le plan professionnel, afin d’assurer des soins particuliers à Premier rencontre du comite parents jusqu au bout le 15 decembre 2015leur enfant, qui nécessite un suivi et une surveillance constante en raison de leur état de santé. Les travaux du comité interministériel, piloté par le ministère de la Santé et des Services sociaux et regroupant plusieurs ministères et l’Office des personnes handicapées du Québec, afin de permettre « d’identifier une solution adéquate pour mieux soutenir ces familles. Ils ont permis d’évaluer les sommes disponibles pour les ressources intermédiaires ou les ressources de type familial qui s’occupent de ces enfants et celles des parents naturels qui le font », précise le communiqué.

Des avancées que la ministre Lucie CHARLEBOIS, qui ont permis « de dégager une solution équilibrée et équitable », afin de réduire précise-t-elle « l’écart entre le soutien aux familles naturelles qui assurent la garde et les soins aux enfants concernés, et ce qui est versé aux ressources intermédiaires pour le même niveau de soins requis ».

La réponse donnée aujourd’hui répond à l’engagement pris le 14 mars lorsque le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan BARRETTE, avait rencontré les représentantes du groupe Parents jusqu'au bout. « J'ai la conviction que la mesure exceptionnelle (...) permettra de tenir compte des besoins importants exprimés par ces familles » a-t-il souligné !

« Cette mesure soulagera un certain nombre de familles, celles qui vivent des situations exceptionnellement exigeantes. Puisque toutes les familles ayant un enfant handicapé ne sont pas visées par cette mesure exceptionnelle, les travaux visant à améliorer le soutien aux familles se poursuivront. Divers engagements à cet effet ont été pris par les ministères et les organismes publics dans le cadre du Plan 2015-2019 des engagements gouvernementaux pour la mise en œuvre de la politique à part entière », précise Mme HÉBERT.

Des critères accessibles dans une nouvelle grille
L'aide apportée va réduire l'écart entre ce qui est versé « en services et en argent » aux familles naturelles dont l'enfant a des incapacités très importantes et ce qui est versé, aux familles d'accueil, pour le même niveau de soin requis. Cet écart est de l'ordre d'un peu plus de 12 000 $. Le comité interministériel chargé de se pencher sur le dossier a élaboré une grille d'analyse qui détaille l'ensemble des montants versés sous forme d'aide à domicile, de soutien direct et de crédits d'impôt divers. L’association « Les Parents jusqu’au bout » estimant que 2000 familles pourraient être admissibles, ce qui représenterait une enveloppe d’un peu moins de 26 millions $ par année.

Les critères d’admissibilité seront rendus publics dans les prochaines semaines, et le mode de fonctionnement du programme de soutien, par la même occasion. La nouvelle mesure d’aide entrera en vigueur en septembre et sera versée de façon rétroactive au 1er avril 2016 pour les familles qui en bénéficieront. Les travaux du comité interministériel se poursuivent afin d’encadrer le programme de manière à ce que le financement soit attribué de façon la plus rigoureuse possible.

La Rédaction

Pour info : Illustration du niveau de compensation financière d’une famille naturelle et d’une famille d’accueil.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir