Contenu principal

Message d'alerte

Le Croissant Rouge arabe syrien et le CICR en passe d evacuer des civils de la vieille ville d AlepHier tard dans la nuit, près de 150 civils, la plupart handicapés ou ayant besoin de soins d’urgence, ont été évacués de Dar Al-Safaa, un centre de santé de la vieille ville d’Alep dans le cadre d’une opération conjointe menée par le Croissant-Rouge arabe syrien et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Une maison de retraite qui, suite à la crise, avait commencé à accueillir des personnes handicapées physiques ou ayant des problèmes de santé mentale. Une trentaine d’autres civils, dont plusieurs blessés, y avaient aussi trouvé refuge.

Handicap international a ouvert une plate forme logistique et apporte son aide dans les hopitauxPrésente sur le terrain depuis 2008 après le tremblement de terre de 2010, pour lequel l’ONG avait parfois avec peu de moyens fournis un travail exceptionnel. L'ONG Handicap International, et plus que jamais présente au côté des personnes les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées ou âgées. L’association qui a d’ailleurs lancé un appel aux dons, pour faire face a cette nouvelle catastrophe naturelle qui a fait plus de 500 morts et plus 20 000 blessés et 350 000 personnes en urgence sanitaire, des chiffres restants à confirmé.

2016.09.05.Le navire americain a bord 581 tonnes d un precurseur chimique du gaz sarin de la Syrie detruit en 2014Le 24 août 2016, le mécanisme d'enquête et d'attribution sur l'emploi d'armes chimiques en Syrie, établi par la résolution 2235 du conseil de sécurité, a publié un rapport qui confirme que le régime de Bachar Al Assad a utilisé, au moins à deux reprises, à Talamen, en avril 2014, et à Sarmin, en mars 2015, des armes chimiques contre la population syrienne. Une autre attaque, à Marea en août 2015, est attribuée à Daech.

Le centre de suivi de personnes handicapees le Tsukui Yamayuri En de Sagamihara au JaponSelon les médias locaux et l’agence Reuters, un homme à tué 19 personnes et en a blessé 25 autres, ce 26 juillet, à Sagamihara, une ville située a moins de 50 kilomètres de la capitale japonaise Tokyo. Selon les autorités le meurtrier, Satoshi UEMATSU, âgé de 26 ans était un ancien employé, du centre pour handicapés mentaux qu'il avait quitté en février. Une attaque perpétrait en pleine nuit vers deux heures du matin dont les raisons n’ont pas encore été communiquées. Les victimes sont neuf hommes et dix femmes âgés de 18 à 70 ans, ont précisé les pompiers.

Rapael Smart Glove destine a la reeducation des personnes ayant fait un AVCL'accident vasculaire cérébral est considéré aujourd'hui comme l'une des principales causes d'invalidité. La rééducation motrice après un AVC peut être longue et très coûteuse. Les programmes d'exercices de remise en forme qui sont cruciaux pour la récupération sont pour la plupart répétitifs et ne peuvent être pratiqués que le sous-contrôle d'un spécialiste. Aujourd'hui, très peu de patients ont la chance de pouvoir profiter pleinement de l'aide et des traitements nécessaires pour récupérer toutes leurs facultés physiques de manière totale ou significative.

Anita et Sonia ont entierement retrouve la vue en IndeIls seraient des millions environ dix a douze millions selon les autorités, a avoir perdu la vue de façon totale ou partielle en Inde. C'est le constat dressé par les autorités a la suite d'un scandale sanitaire concernant une quinzaine personnes ont perdu la vue d'un oeil dans le nord de l'Inde après avoir subi une opération de la cataracte "bâclée", ont annoncé mardi les autorités locales. Un accident qui ne serait pas un première dans le pays.

Des Policiers et militaires thailandais en mai 2010Cinq enfants ont été poignardés à mort en Thaïlande par un homme tout juste sorti de l'hôpital, posant la question de la prise en charge de la maladie mentale dans ce pays aux soins psychiatriques peu développés.

C'est la stupéfaction. Un homme souffrant d'une maladie mentale s'en est pris, dimanche après-midi,  aux cinq petits garçons, âgés de cinq mois à huit ans, dans son village de Chai Prakarn, dans la province de Chiang Mai. Pour l'heure, on ne connaît pas encore de quelle maladie psychiatrique souffre l'homme.Depuis sa sortie, il était hospitalisé au s ein d'une insitution psychiatrique. 

« Il a été traité ici pendant deux semaines avant de rentrer chez lui car il se sentait mieux », a déclaré à l'AFP Paritat SILPAKIT, le directeur de l'hôpital public Suanprung de Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande.

Cette affaire pose la question des soins psychiatriques en Thaïlande

Une femme enceinte ayant tenté de s'interposer a dû être hospitalisée, grièvement blessée. Des photos des corps des petits garçons ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux.

Cette affaire pose la question des soins psychiatriques en Thaïlande, pays doté d'un système de santé public développé, mais sans tradition ancienne de soins psychiatriques. Les malades mentaux y sont encore souvent assimilés à des possédés, sous l'influence d'esprits malins, notamment dans les campagnes.

« La prise irrégulière des médicaments et la distance pour se rendre à l'hôpital restent un défi », a expliqué à l'AFP Panpimol WIPULAKOM, responsable du département de santé mentale du ministère de la Santé. Une affaire qui ne devrait pas rester sans réponse dans les prochaines semaines.

La Rédaction / Avec AFP