Contenu principal

Message d'alerte

Edition de la plate forme des droits fondamentauxl'Agence européenne des droits fondamentaux (FRA) se réunir prochain pour confirmer et discuter de l'importance pour nos sociétés entière et pas seulement pour les victimes elle-même du caractère de nuisance des crimes haineux. Des actes qui selon le FRA affectant nos société dans toute leur diversité, celui-ci ayant toujours « trouvé que les membres de groupes ethniques et religieux, les minorités nationales, les migrants, les personnes LGBT ou les personnes handicapées sont confrontées aux préjugés sur une base quotidienne »

Une europe inclusive et solidaire ? 

Une commission qui pour confirme que l'écrasante majorité des victimes sont cependant réticents à signaler leurs expériences aux autorités ou même à des organisations de la société civile. Lacunes dans les méthodes de collecte de données nationales signifient aussi que beaucoup de ces crimes restent non enregistrés, les laissant en suspens et invisible.

Pour discuter de ces questions et trouver des moyens d'améliorer la situation, le FRA organise un séminaire avec la présidence hellénique du Conseil de l'UE , en coopération avec le Centre de droit économique international et européen ( CIEEL ).

Des représentants de presque tous les États membres de l'UE y participeront, ainsi que des experts d'organisations internationales, y compris le Bureau de l' OSCE pour les institutions démocratiques et des droits de l'homme et le Conseil de l'Europe . Le thème du séminaire sera d'encourager les rapports et d'améliorer l'enregistrement des crimes de haine.

« L'une des conclusions les plus choquants de notre travail sur les crimes haineux est la crainte elle inculque des communautés entières », a déclaré directeur de la FRA , MortenMorten Kjaerum, directeur de la FRA KJAERUM . « Il reste encore beaucoup à faire pour instaurer la confiance entre les victimes que les rapports de leurs expériences conduira à la reconnaissance de leur souffrance et la poursuite des auteurs. Dans le même temps, les États membres de l'UE doivent travailler à améliorer leurs méthodes de collecte de données afin de s'assurer que ces crimes deviennent enfin visibles ».

Qui est-il exactement ?

Depuis sa création en 2007, FRA a mis en place un grand nombre de travaux sur les crimes haineux. Cela comprend les données sur les expériences des groupes tels que les lesbiennes, les gays, les personnes bisexuelles et transgenres, les personnes handicapées, les Roms et d'autres minorités ethniques. Le séminaire, intitulé Comment les États membres de l'UE combat le crime haineux efficace ? Promotion de la déclaration et l'amélioration de l'enregistrement, aura lieu les 28-29 Avril à Thessalonique.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir