Contenu principal

Message d'alerte

Les Laureats du prix europen de l accessibilite Access City AwardLa Commission européenne a annoncé aujourd’hui que la ville britannique de Chester avait remporté le prix de l’accessibilité Access City Award. La ville de Chester a été choisie parmi 43 villes, réparties dans 21 pays de l’UE, pour les mesures inclusives qu’elle a adoptées afin d’aider les personnes souffrant de handicap dans différents secteurs, et en particulier dans celui du tourisme. Un prix décerné dans le cadre Conférence annuel de la Journée européenne des personnes handicapées, célébrée le 29 novembre ainsi qu’avec la prochaine journée internationale du handicap qui aura lieu le 3 décembre prochain.

Mme Viviane REDING, vice présidente de la Commission européenne (2e a gauche) a remis le 3 décembre a Bruxelles le premier prix Access City Award 2013 au représentant de la ville de Berlin en Allemagne © Commissions européenne 2012Hier Mme Viviane REDING, vice présidente de la Commission européenne, a remis l'«Access City Award» 2013 à la ville de Berlin. Un prix décerné aux villes de plus de 50 000 habitants en reconnaissance de l'approche globale et stratégique visant à créer une ville accessible pour tous. Organisé par la Commission européenne conjointement avec le Forum européen des personnes handicapées, Il vise à encourager les villes à partager leur expérience et à améliorer l'accessibilité pour le bénéfice de tous. Le deuxième et troisième prix aura été attribué successivement à la Ville de Nantes et à la ville de Stockholm en Suède.

copie d'écran du site internet "pour inclusion" mise en ligne par les loteries européenne et le forum européens des personnes handicapées ©EL/FEPHLes Loteries européennes (EL) et le forum Européen des personnes handicapées (FEPH) ont annoncée le lancement d'un site sur les bonnes pratiques et comment les loteries nationales peuvent contribuer à améliorer les vies de 80 millions de citoyens européens vivant des situations de handicap. Un site nommé, « pour l'inclusion » qui créée afin de répondre strictement aux critères d'accessibilité sera, mise à jour de façon régulière au fur et à mesure de l'identification des bonnes pratiques par les membres de EL et du FEPH dans les pays membres de l'UE.

Seul problème le sens du mot inclusion que semble avoir surtout l'Union européenne, mais aussi le forum européen des personnes handicapées qui non pas l'air de vouloir comprendre que la langue anglaise n'est pas langue officielle en Europe. Surtout pour un pays qui n'a jamais rejoindre ni l'euro, ni participer réellement a la construction d'une Europe sociale.

Un site dont la création fut décidée en 2011 après une rencontre entre les différents membres des loteries européennes et le FEPH, afin de voir comment les loteries respectives peuvent contribuer à la pleine inclusion des personnes handicapées dans la société. Les résultats de leur travail seront présentés sur le site «pour l'inclusion». Un site dont qui a notamment quatre objectifs principaux celui de contribuer à l'emploi des personnes handicapées, de soutenir la pleine intégration des personnes handicapées dans la société. Enfin de participer a l'échange de bonnes pratiques en Europe et sensibilisation sur les problématiques liées au handicap. Un tel regroupement était-il vraiment nécessaire pour mettre ses politiques dans chaque pays ? Il fort a douté que non surtout dans une Europe qui refuse toujours mettre en avant la création d'une politique sociale communautaire.

D'après Yannis VARDAKASTANIS, Président du FEPH, « il est crucial de travailler pour l'inclusion des personnes handicapées dans la société via l'emploi et l'accessibilité. La pleine intégration n'est pas seulement quelque chose que nous voulons, c'est aussi l'essence de la Convention ONU conclue par l'UE. Nous pensons que les loteries nationales ont un rôle important à jouer. Ce site sur les bonnes pratiques est pour cette raison un outil bienvenu pour que nos membres travaillent ensemble et explorent comment ils peuvent y contribuer et en bénéficier. »

Christophe BLANCHARD – DIGNAC, premier vice-président des loteries européennes il a lui déclaré que « les membres des loteries européennes opèrent pour le bénéfice des la société et s'engagent pour les valeurs fondamentales de solidarité. La coopération de EL avec l'organisation représentant les personnes handicapées montre notre volonté d'aider la société à progresser vers la pleine inclusion des personnes handicapées, en particulier durant une période de crise économique et d'évolution démographique qui rend ce challenge encore plus important. Notre site commun marque une première étape importante dans ce processus ».

Stéphane LAGOUTIERE

Les personnes aveugles et malvoyantes devraient avoir accès aux livres et autres ouvrages publiés dans des formats spécifiques, tels que l'écriture braille, l'impression en gros caractères ou l'enregistrement audio. Ce qui implique une dérogation spécifique aux règles du droit d'auteur, souligne une résolution adoptée à une largemajorité par le Parlement aujourd'hui, invitant le conseil et la Commission à se prononcer en faveur d'un traité international juridiquement contraignant. Un vote qui  Le "voice stick", un appareil dédié au non-voyants et doté d'un scanner pouvant détecter, analyser et lire vocalement le texte présenté fut inventé.  Conçu par Sungwoo Park, cet objet permet alors aux personnes malvoyantes d'audio-lire des lettres imprimées classiques ou même du braille. L'objet est même entièrement désigné pour pouvoir être utilisé facilement par des personnes dont la vision serait limitée Le "voice stick", un appareil dédié au non-voyants et doté d'un scanner pouvant détecter, analyser et lire vocalement le texte présenté fut inventé. Conçu par Sungwoo Park, cet objet permet alors aux personnes malvoyantes d'audio-lire des lettres imprimées classiques ou même du braille. L'objet est même entièrement désigné pour pouvoir être utilisé facilement par des personnes dont la vision serait limitéelui fait suite à une pétition* de l'Union Mondiale des Aveugles, de l'Union européenne des Aveugles et du British national Institute of Blind People.

Les personnes aveugles et malvoyantes dans l'UE ont un accès très limité aux livres, et autres produits imprimés, soulignent les députés. En effet, 95% de l'ensemble des œuvres publiées ne sont jamais converties dans des formats accessibles. Il n'existe pas, à ce jour, de norme juridique internationale autorisant une dérogation spécifique aux droits d'auteur en faveur de la diffusion transnationale de publications adaptées aux personnes ayant un handicap de lecture.

L'Organisation mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) envisage un traité international visant à améliorer l'accès aux livres des aveugles et autres personnes malvoyantes, mais les représentants de l'Union européenne se sont constamment opposés à un texte juridiquement contraignant, lui préférant des recommandations sur une base volontaire.

Pour Malika BENARAB-ATTOU, députée européenne Europe Écologie, cette situation est due en partie au gouvernement français qui refuse toujours l'harmonisation des régimes d'exception dans le blocage des négociations à l'OMPI. « Il doit cesser d'urgence d'entraver, par le biais du Conseil, le processus d'élaboration du traité qui est en cours » souligne la députée.

Ce n'est pas la première fois que les députés appellent à un texte juridiquement contraignant en la matière. En mai 2011, une résolution du Parlement européen avait invité la Commission à travailler « activement et positivement au sein de l'OMPI afin de conclure un accord sur une norme juridiquement contraignante ».

Lors du débat, mercredi, la présidente de la commission des pétitions, Erminia MAZZON, (PPE, IT) a déclaré: « l'opposition de la Commission et du conseil à la signature d'un traité international contraignant constitue une approche faible qui ne protège pas les droits d'une partie essentielle des citoyens de l'UE qui ne devraient pas être frappés d'ostracisme. La restriction du libre accès aux publications a d'importantes ramifications culturelles, des répercussions sociales et un impact négatif sur le niveau d'émancipation et d'indépendance de ces citoyens ».

Les dispositifs volontaires ont montré leur inefficacité, il est grand temps d'harmoniser les régimes d'exception à l'échelle internationale afin que les lois protégeant les droits d'auteur ne constituent pas un obstacle déraisonnable ou discriminatoire à l'accès aux produits culturels des personnes malvoyantes. Un régime d'exception qui fonctionne dans un pays comme la France doit aussi pouvoir bénéficier au reste du monde et permettre la circulation des œuvres par-delà les frontières.

La Rédaction