Contenu principal

Message d'alerte

Un enfant près d'une cuisinière tentant de prendre le manche d'une casserole un accident qui coûte souvent très chère a nos enfantsRéalisée en France avec la collaboration de la commission de la sécurité des consommateurs (CSC), partenaire depuis sa création en 2007, cette troisième enquête dirigée par le projet européen TACTICS (Anglais), auquel ont également participé 31 pays laisse une image inquiétante de la situation. Chaque heure un enfant décéderait dans l'Union européenne des suites d'une blessure. Une situation à laquelle la France peut mieux faire rappel l'enquête. D'où l'importance de la mise en œuvre d'une véritable politique de prévention des accidents quotidiens dont sont victimes les enfants et les adolescents, de recenser les mesures politiques nationales en vigueur, d'évaluer et de comparer leurs résultats. Une amélioration que réclame d'ailleurs depuis longtemps la FNATH.

Une enquête qui classe ainsi la France au 22e rang, avec une note globale de 31,5/60*. La Finlande (45/60), l'Islande (44,5/60) et les Pays-Bas (43,5/60) occupent les premières places. Si la France obtient une note de 3,5/5 en matière de prévention des noyades, elle n'atteint pas la moyenne en ce qui concerne la prévention des chutes et des défenestrations (1,5/5 alors que le score moyen, également faible, est de 2/5).

La CSC souscrit aux propositions de l'ECSA et de ses partenaires visant à améliorer la sécurité des enfants et des adolescents. Parmi quelques solutions proposées, il s'agit notamment de rendre obligatoire le port du casque à vélo. À l'aube de l'été de renforcer la prévention des noyades en exigeant notamment que les piscines publiques soient, tout comme les bassins privés, équipés de dispositifs de sécurité, notamment de barrières. Mais aussi adopter une réglementation imposant de conditionner les médicaments dans des boîtes ou des contenants impossibles à ouvrir par les jeunes enfants, afin de limiter les risques traduction carte enquête européen réalisé par TACTICS concernant le classement des pays dans l'union européenned'intoxication.

À travers ses avis, la CSC recommande régulièrement aux pouvoirs publics, aux professionnels et aux acteurs de la normalisation de faire évoluer les textes législatifs, réglementaires et normatifs pour mieux protéger les consommateurs. Elle regrette que certaines de ses recommandations, qui visent à améliorer la sécurité des produits et dont la mise en œuvre pourrait sauver des vies, restent lettre morte.

La pire des injures reste pour ces organismes dont il n'est pas question de remettre en cause le sérieux de l'enquête, mais que si vous souhaitez consulter les conclusions globales de chacun des pays et des résultats seul le résultat en France sont disponible, le profil de la France restant uniquement disponible comme le rapport uniquement en englais sur le site de l'ECSA. Une honte me direz-vous pour ceux qui ont créé l'Europe et pour lequel la langue officielle est totalement laissée de côté.

Stéphane LAGOUTIÉRE

* Classement : Finlande, Islande, Pays-Bas, République tchèque, Pologne, Slovénie, Suède, Irlande, Allemagne, Lettonie, Espagne, Malte, Israël, Italie, Autriche, Ecosse, Angleterre, Hongrie, Norvège, Danemark, Lituanie, France, Pays de Galles , Portugal, Croatie, Belgique, Luxembourg, Slovaquie, Roumanie, Bulgarie et Grèce.

Pour aller plus loin :
Enquête 2012 - Résultats France
(Français)
Profil France 2012 (Anglais)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir