Contenu principal

Message d'alerte

Liberte de la presse turque en 2015Une répression en cours sur les médias en Turquie a conduit à l'arrestation de plusieurs journalistes et raids sur leurs maisons. La Fédération internationale des journalistes (FIJ / FEJ) à dénoncé la dégradation de la démocratie, dont la liberté de la presse est l'un des piliers. Ainsi la Fédération le 22 Juillet, Zehra DOGAN, peintre et rédacteur en chef agence de nouvelles femmes Jinha, a été arrêté par la police à Mardin, au sud-est de la Turquie. Elle a été emmenée au bureau de police Nusaybin le lendemain ainsi que 42 autres journalistes

Pendant l'interrogatoire, elle serait accusée d’«être un membre de l'organisation terroriste PKK." Le procureur anti-terroriste Irfan Fidan a également publié aujourd'hui des mandats d'arrêt pour les 42 journalistes.

Sur son compte twitter l’un de ces journalistes, Bülent Mumay à tweeté: "La seule organisation que je suis membre est [l '] Association des journalistes turcs [TGC]. Ma seule profession est le journalisme ". Parmi les personnes visées par les mandats était éminent journaliste et ancien parlementaire Nazli Ilicak qui a été congédié de la pro-gouvernementalquotidien Sabah en 2013 pour avoir critiqué les ministres pris dans un scandale de corruption, NTV et CNN-Turk rapporté.

Le Président de la FIJ Philippe Leruth a lui déclaré: «Depuis le coup d'Etat manqué, nous avons dû réagir encore plus contre la répression des médias en Turquie. Les nouveaux mandats d'arrêt ont révélé aujourd'hui ont pour but, une fois de plus, de cibler les journalistes qui font leur travail, de criminaliser le travail journalistique. Le peuple turc qui sont allés dans les rues le 23 Juillet à montrer leur attachement aux valeurs démocratiques par leur attachement à des autorités élues par votes. La liberté de la presse est une composante essentielle de la démocratie. Et de toute évidence, il est encore plus en jeu aujourd'hui »

Un constat confirmé par le Président de la Européenne des Journalistes Mogens Blicher BJERREGAARD a lui déclaré: «Nous appelons à nouveau sur les ONG et la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement turc de rétablir un état de droit de plus en plus de journalistes sont confrontés intimidations, arrestations ou emprisonnements et cette purge doivent cesser immédiatement.. Nous sommes solidaires avec nos collègues turcs ».
Dans un signe de ciblage implacable des médias, les autorités turques ont interdit la publication de l'édition spéciale du magazine satirique LeMan après qu'un tribunal a rendu une ordonnance le 20 Juillet arrêter l'impression et la distribution de la question. Le lendemain, 300 membres du personnel à la Société Radio et Télévision de Turquie ont été suspendus de leur emploi dans le cadre de l'enquête sur l'organisation Fetullah (FETO) - désigné comme une organisation terroriste par le gouvernement. En attendant, 60 journalistes, y compris les éditeurs, les journalistes et le personnel technique ont été tirés de l'agence de nouvelles Cihan par les fiduciaires nommés par le tribunal poursuit le communiqué

La Turquie a déclaré un état d'urgence de trois mois et détenu plus de 13.000 personnes dans l'armée, de la justice et d'autres institutions suivantes du coup d'État manqué visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan, le 16 Juillet. En vertu de l'état d'urgence, les autorités turques peuvent détenir des suspects en détention sans inculpation pendant jusqu'à 30 jours avant qu'ils ne soient pris à un juge de décider de rester en prison.

La Rédaction

Source : FIJ