Contenu principal

Message d'alerte

Le ministre federal de l Emploi Kris PeetersAnnoncé le 30 décembre, le ministre fédéral de l'Emploi, Kris Peeters vient de confirmer la mise en place d'un délai de deux mois supplémentaires pour certaines personnes souffrant de handicap ou de maladie aiguë afin de ne pas perdre le bénéfice des allocations d'insertion au 1er janvier. Une situation de dérogation qui avait été prévue par le gouvernement Di Rupo, il y a trois ans. Mesure vient à échéance en ce mois de janvier et va exclure des milliers de personnes du bénéfice de ces allocations d'insertion. Une mesure qui selon lui ne concernerait environ que 250 sur les 4.700 Bruxellois concernés par l'exclusion du chômage.

Un report de deux mois qui doit permettre avant tout aux organismes, comme Actiris, ou le Forem, de recevoir toutes les personnes sollicitant une dérogation une dérogation était toutefois prévue pour les personnes souffrant d'un handicap de 33% ; de problèmes de santé physique ou mentale sérieux ; ou souffrant d'une maladie chronique. Elles peuvent bénéficier de 2 ans d'allocations supplémentaires.

Le problème est que toutes les personnes qui avaient introduit une demande de dérogation n'ont pas encore pu être entendues, chez Actiris ou au Forem, les deux organismes chargés de vérifier les dossiers. Mille cinq cents personnes pourraient être concernées. Le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, a donc décidé il y a une semaine d'un moratoire de 2 mois, le temps pour toutes ces personnes de pouvoir faire valoir leur droit.

Cohésion sociale fragile

Il aurait également souhaité que les personnes faisant la démonstration qu'elles sont en recherche active d'emploi ne soient pas frappées par une mesure d'exclusion "prise à l'aveugle" et qui risque d'engendrer des sentiments de frustration et de colère au sein d'une population bruxelloise dont "la cohésion sociale est très fragile".

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir