Contenu principal

Message d'alerte

Les Députés Edwige Antier, Jean-François Chossy et Jean-Pierre Dupont ont présenté à l'Assemblée nationale le 5 juillet dernier le rapport du dépistage de l'audition demandé le 23 février dernier par le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Jean-François Copé. Les députés préconisant notamment la mise en place... À la veille de la révision de la loi de 2004 relative à la politique de santé publique, le principe de la généralisation de ce dépistage et des conditions qui devront accompagner sa mise en œuvre sont posés.

C'est à cette question que la mission conduite par le Groupe UMP a tenté d'apporter des éléments de réponse au cours de ses travaux et pour lequel ces derniers ont aussi déposé une proposition de loi. Chaque année, un enfant sur mille naît avec une déficience auditive ou est dépisté en tant que tel avant l'âge de deux ans, soit environ 800 enfants par an. Un chiffre qui atteint 2000 enfants si l'on y ajoute ceux dépistés dans les deux premières années. Près de 85 % des surdités, son génétique et pré de 90 % des parents ne sont pas malentendant ou sourd....

Jean-Pierre Dupont sur les bancs de l'assemblée nationale
Le Député de Corrèze UMP Jean-Pierre DUPONT sur les bancs de l'Assemblée nationale (Archive)

F.H.I --- En février 2010 la ministre Nadine Morano a mise en place le plan 2010-2012 votre rapport en t-il un premier bilan et lequel ?

Jean-Pierre DUPONT --- La mission qui nous a été confiée à Edwige Antier, Jean-François Chossy et moi-même se situe dans le cadre de la coproduction législative nouvellement en place. Elle répond aux attentes du milieu médical et nous a été suggérée suite au Colloque tenu à l'Assemblée Nationale le 1er février 2010 par la Fondation Jacques Chirac pour le handicap, sur le thème des nouvelles techniques en matière de handicap auditif et visuel.

Entre mars et juin 2010, 30 auditions ont été tenues en présence d'interlocuteurs émanant des milieux ministériels, médicaux, organismes payeurs, associations familiales, etc. Une présentation de la proposition de loi a été faite à Mme le Ministre de la Santé et pour information à la Presse, la semaine dernière.

F.H.I --- La prévention certes, mais faut-il aujourd'hui encore pour les familles avoir les moyens d'y répondre, l'aide a l'appareillage reste un problème financier tant pour les enfants que pour les adultes ?

Jean-Pierre DUPONT --- Le sujet était limité au dépistage précoce et tendant à généraliser l'expérience menée par la Caisse Nationale d'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) sur 6 principales villes françaises et dans la Région CHAMPAGNE-ARDENNE. La méthode des dépistages, sa précocité, sa fiabilité et la nécessité de mettre en place une structure de diagnostic et d'orientation ont été étudiées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Pierre DUPONT --- Le sujet était limité au dépistage précoce et tendant à généraliser l'expérience menée par la Caisse Nationale d'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) sur 6 principales villes françaises et dans la Région CHAMPAGNE-ARDENNE. La méthode des dépistages, sa précocité, sa fiabilité et la nécessité de mettre en place une structure de diagnostic et d'orientation ont été étudiées.

Par ailleurs et parallèlement, une étude médico-économique a été faite à l'initiative du Ministère et son rendu, début juillet 2010, a permis de chiffrer le coût de la mesure préconisée à 11 M€.

F.H.I --- Selon vous les propositions faites dans ce rapport sont telles susceptible d'améliorer la vie des familles et pourquoi ?

Jean-Pierre DUPONT --- L'intérêt du dépistage précoce permet d'optimiser les solutions à apporter, quelle qu'elle soit, de réduire l'incidence sociale de ce handicap qui concerne 800 enfants par an, de leur permettre une meilleure insertion sensorielle, éducative et scolaire, dès le premier âge. Nombreux sont les pays qui ont adopté le dépistage précoce et l'étude des résultats obtenus nous encourage dans cette démarche.

F.H.I --- D'une manière générale quel bilan dressez-vous de la situation et quel sont les en matière budgétaire les efforts a fournir et sont-ils possibles alors qu'ont nous parle de réduire les aides a la politique sociale ?

Jean-Pierre DUPONT --- L'incidence économique a été évalué dans l'étude socio-économique du Ministère de la Santé, confirmée par les expériences de la CNAMTS et des organismes mutualistes, ce qui nous conduit à mener à terme cette présentation de proposition de loi.

Interview réalisé à
 Par Stéphane Lagoutiére




























































 



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir