Contenu principal

Message d'alerte

 

Cette nouvelle pyramide est une nouvelle fois pour notre journal, l'occasion de faire comprendre l'importance de cette bataille engagée par l'ONG Handicap International. Un combat de tous les jours comme nous le confirme sont directeur général, Jean Marcs BOIVIN , que nous interrogeons ici pour un état des lieux et sur l'avenir de la convention désormais entrée en vigueur depuis 2010 et que la France à ratifiée. Après de longs mois d'attente !!!

Jean-Marc Boivin responsable de l’action politique




Jean-Marc Boivin responsable de l’action politique au sein de l'ONG Handicap International

F.H.I --- Handicap international organise samedi la XVIe pyramide, après la ratification du traité d'Ottawa dont la France et son entrée en vigueur. Pourrions-nous dire que les objectifs sont aujourd'hui pleinement atteints ?

Jean-Marcs BOIVIN --- Il existe aujourd'hui deux traités internationaux interdisant des armes conventionnelles et qui ont été massivement utilisées : le Traité d'Ottawa contre les mines antipersonnel (signé en 1997, entré en vigueur en 1999) et le Traité d'Oslo contre les bombes à sous-munitions (signé en 2008 et qui vient d'entrer en vigueur le 1er août 2010). Ces traités interdisent la production, l'utilisation, le commerce et le stockage de ces armes. La France a adhéré à ces deux traités.

Cependant, nous ne pouvons pas dire que le problème de ces armes est résolu. Sur le terrain, beaucoup reste à faire. Toutes les 90 minutes, une personne dans le monde est tuée ou mutilée par une mine ou autre reste explosif de guerre. Cette situation dramatique doit changer. Handicap International entend faire pression sur les gouvernements, afin qu'ils respectent les engagements vis-à-vis de ces deux traités, notamment en termes de dépollution et d'assistance aux victimes.

Les Pyramides de chaussures, qui ont lieu le 25 septembre dans 31 villes de France, sont une occasion pour les citoyens français de se mobiliser en signant la pétition contre les bombes à sous-munitions. Plus Handicap International recueillera de signatures, plus l'association aura du poids pour faire pression sur les gouvernements.

F.H.I --- Présente dans 61 pays du monde, quel est le sentiment de l'ONG sur l'évolution des personnes handicapées à travers le monde (social, santé, justice, pauvreté...). A tel réellement évolué en 50 ans ?

Jean-Marcs BOIVIN --- Effectivement, Handicap International intervient dans 60 pays et gère plus de 300 projets dans le monde pour améliorer les conditions de vie des personnes handicapées. Le travail est immense, la situation des personnes handicapées dans les pays en développement étant encore dramatique.

Seulement 2% des personnes handicapées ont accès aux services de santé de base (UNECSO), 98% des enfants handicapés ne sont pas scolarisés. (UNICEF) sachant que 80% des personnes handicapées vivent avec moins d'un euro par jour. (Université d'Helsinski). En cas d'urgence, jusqu'à 80% des personnes qui restent dans les zones dangereuses sont des personnes handicapées (OFDA / CRED 2005).

Le travail de Handicap International sur le terrain est donc un combat de tous les jours qui est loin d'être terminé.

F.H.I --- Fondé en 1982, l'ONG prix Nobel de la paix en 1997, représente un budget de près 79 479 451 M€, cela permet-il de couvrir les besoins et les actions sur le terrain ?

Jean-Marcs BOIVIN --- Aujourd'hui l'association Handicap International France peut compter sur un budget de 77 800 000 €. Grâce à la générosité du grand public, Handicap International peut intervenir dans 60 pays dans le monde auprès des personnes les plus vulnérables.

Nos activités sont multiples : déminage, appareillage, soins médicaux, insertion scolaire et professionnelle des personnes handicapées, plaidoyer politique... Les besoins sur le terrain sont immenses. Ce budget nous permet donc de pouvoir mettre en place des projets menés avec sérieux et professionnalisme.

F.H.I --- Handicap International dont l'une des forces et le nombre de ces bénévoles, qui sont-ils et suffisamment nombreux au besoin du travail sur le terrain ?

 

 

Jean-Marcs BOIVIN --- Handicap International en France, c'est un réseau de 400 bénévoles permanents, répartis dans 20 relais de mobilisation. Relais essentiels de Handicap International, le réseau des relais de mobilisation permet de faire connaître en France, les actions de l'association sur le terrain. Il est composé de bénévoles engagés et dynamiques, chargés de véhiculer les engagements et les messages de l'association auprès des collectivités, des associations locales et du grand public.

Représentants de Handicap International, les bénévoles participent au développement de la notoriété et des ressources financières de l'association. Ils sont un soutien indispensable pour les événements, tels que les Pyramides de chaussures (25 septembre 2010 dans 31 villes de France). Ce jour-là, ils seront près de 2 000 à se mobiliser à nos côtés et nous les en remercions.

F.H.I --- En novembre prochain aura lieu une importante réunion au Laos, pays particulièrement touché dans le domaine des mines qu'elles espoirs avez vous dans les conclusions de cette rencontre ?

Jean-Marcs BOIVIN --- Le Laos, l'un des plus petits États d'Asie, détient le triste record d'être le pays le plus pollué au monde par les sous-munitions. Pendant la guerre du Vietnam, entre 1964 et 1973, les États-Unis ont déversé d'importantes quantités de sous-munitions, alors même que le Laos n'est pas un pays en guerre contre les États-Unis. L'armée américaine cherchait à stopper le flux d'approvisionnement de la route Hô-Chi-Minh, au sud du Laos. Aujourd'hui, on estime qu'entre 13 et 78 millions de sous-munitions n'ont pas explosé à l'impact, gisant principalement dans les rizières, les cours d'eau ou sur les routes, menaçant quotidiennement la vie des populations civiles.

Du 8 au 12 novembre aura lieu la première conférence des États parties au Traité d'Oslo contre les bombes à sous-munitions. Ce sera une étape essentielle pour asseoir la mise en œuvre de ce Traité. Cette première rencontre officielle sur la Convention permettra aux États partis de réaffirmer leur engagement à appliquer la Convention, à la promouvoir en appelant tous les États à la rejoindre, et à se mettre d'accord sur un plan d'action déclinant en mesures concrètes les obligations du texte, notamment en termes de dépollution et d'assistance aux victimes.

Des personnes déposant place du Capitole a Toulouse des chaussures sur la Pyramides Des personnes déposant place du Capitole à Toulouse des chaussures sur la Pyramides                                 

F.H.I --- Si vous aviez à exprimer un sentiment au Français à l'occasion de journée, quel serait-il ?

Jean-Marcs BOIVIN --- Il faut rester mobilisé pour que les États tiennent leurs promesses et pour qu'un maximum d'États adhère à ce Traité. La France, État parti aux deux traités, doit respecter les engagements prévus par ces textes, notamment en termes de soutien financier et technique à la dépollution des zones touchées et à l'assistance aux victimes et à leur communauté. Ils doivent également détruire leur stock de sous-munitions dans un délai de huit ans.

Aujourd'hui, les ONG et les citoyens ont un rôle déterminant à jouer. Il s'agit de montrer aux gouvernements qu'on ne relâche pas notre vigilance. Donc, rendez-vous le 25 septembre 2010 dans 31 villes de France. 

Interview réalisé à Paris
Par Stéphane Lagoutiére











 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir