Contenu principal

Message d'alerte

Jacques Cosnefroy_Delegue_General_de_la_FVDJacques COSNEFROY, Délégué général de la Fédération Française de la Vente Direct (FDV) vient à notre rencontre à un mois de la 10 e édition de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées organisé par l’ADAPT, auquel participera la FDV et après la sortie d’une étude (v.article), publiée le 20 octobre dernier. Une étude dans lequel la fédération met en avant la potentialité d’emchauche pour les salariés handicapés.

F.H.I --- La vente directe c’est quoi exactement et quel le statut du salarié ?

Jacques COSNEFROY --- La Vente Directe est la 3ème voie de la distribution. Elle prévoit la rencontre entre un vendeur et un consommateur au domicile de ce dernier ou sur son lieu de travail. Aujourd’hui, plus de 500 000 personnes travaillent dans les métiers de la Vente Directe en France sous différents statuts en tant qu’indépendants ou salariés.

F.H.I --- Avec chiffre d’affaires de plus de 4 Md €. Quels types de produits sont vendus de cette manière et lesquels marchent bien ?

Jacques COSNEFROY --- La Vente Directe permet aujourd’hui aux entreprises de distribuer tous types de produits dans des domaines divers comme ceux de l’amélioration de l’habitat (isolation, chauffage, …), du textile et de l’accessoire de mode, du bien-être et de la nutrition, de la décoration d’intérieur, de la cosmétique ou de la gastronomie et de l’art culinaire ou encore, de la téléphonie et du numérique.

F.H.I --- Bon nombre des salariés en RQTH ne dispose pas de qualification ou d’une grande expérience dans le monde du travail, cela est-il un frein pour l’obtention de se statut ?

Jacques COSNEFROY --- Les entreprises de la Vente Directe ont la particularité de recruter des personnes avec ou sans expérience. L’étude que nous avons fait réaliser en 2014 sur l’emploi des personnes en situation de handicap en Vente Directe révèle que 83% des managers en Vente Directe considèrent que nos métiers sont accessibles à tous quel que soit le diplôme ou l’expérience professionnelle.

F.H.I --- Souvent comparer comme un revenu complémentaire d’activité, pour les séniors ou les retraités en mal d’activité. Le travailleur handicapé peut-il vraiment espérer trouver une source de revenus suffisante lorsque ont sait que étant variable et lié à l’activité, et communément lié à un pourcentage sur les ventes réalisées par le vendeur ?

Jacques COSNEFROY --- En Vente Directe, chacune et chacun peut se fixer ses propres objectifs et les atteindre. Le statut VDI s’adresse à tous les profils et permet, en toute autonomie, de générer un revenu qui évolue en fonction de son implication et de ses motivations. Aujourd’hui, plus de 400 000 personnes en France pratiquent la Vente Directe sous ce statut, à temps partiel ou à temps plein et génèrent un revenu allant de quelques centaines à quelques milliers d’euros par mois. A titre indicatif, un VDI à temps plein gagne en moyenne 2000 euros mensuel.

F.H.I --- Le salarié handicapé qui rejoignent cette profession ont-il des secteurs et des produits dans lequel il plus facile d’accéder ?

Jacques COSNEFROY --- Notre étude révèle que les personnes en situation de handicap commercialisent tous types de produit. L’essentiel est de bien choisir le produit que l’on souhaite vendre. Ce choix dépend de son affinité avec le produit et de son envie de le faire découvrir à d’autres personnes.

F.H.I --- La formation a beaucoup de mal à se développer en France, elle reste pourtant un gage pour les personnes en situation de handicap, qu’elles sont les moyens que vous pouvez mettre a la disposition de ce dernier ?

Jacques COSNEFROY --- La FVD consacre une place importante à la formation dans le développement de la Vente Directe en France. Notre secteur forme 2 à 3 fois plus que dans les autres secteurs du commerce. Depuis plusieurs années, nous avons créé avec le soutien de nos entreprises adhérentes, différents dispositifs de formation et de professionnalisation tels qu’une plateforme de formation à distance par e-learning « Vente Directe Académie » - qui compte aujourd’hui 10 000 apprenants inscrits – et des certifications professionnelles de la Vente Directe. 

L’ensemble de ces dispositifs et outils s’adressent aussi bien aux vendeurs qu’aux managers commerciaux. Ils contribuent à l’évolution professionnelle de milliers de collaborateurs au sein de nos entreprises adhérentes.

F.H.I --- 40 % des personnes ayant déjà cette activité exprime dans votre étude des difficultés d’aménagement, des propositions ont été faites, pensez-vous qu’elles permettront d’aplanir celle-ci ?

Jacques COSNEFROY --- Cette étude a permis d’identifier des voies d’amélioration des parcours d’intégration et d’évolution professionnelle des personnes en situation de handicap. Le travail réalisé avec nos entreprises permettra de mettre en œuvre des solutions. De plus, l’utilisation croissante des outils numériques par nos effectifs commerciaux renforcent l’attractivité et l’accessibilité des métiers de la Vente Directe pour ces personnes.

Propos receulli par
Stéphane LAGOUTIERE 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir