Contenu principal

Message d'alerte

Braillard tir a l'arc

À l’occasion de sa visite ce mardi à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep), le secrétaire d’État chargé des Sports, Thierry BRAILLARD, a rappelé son engagement et son soutien auprès des athlètes handisports à moins de deux ans des Jeux Paralympiques de Rio. Il a rapidement évoqué le problème de l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap et espère que cela sera réglé si la France venait à organiser les Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024. Un absence devenu aujourd'hui qui n'a plus aucun sens après le dossier des jeux de Barcelonne et condamnation qui n'aurait pas du touché les atletes déficients mentaux.

Mais face a des lobbie ultrat puissant et des entreprises qui estime que la communications ne peut pas ce faire avec des déficients mentaux notamment pour des questions publicitaires n'est pas aussi porteur que le handisport qui en france compte trois fois moins d'adhérent que la Fédération des Sports Adpatés.

F.H.I --- Vous étiez présent ce mardi à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) pour rencontrer les athlètes du tir à l’arc et de la boxe qui seront sans doute sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Rio. Qu’en est-il pour les sportifs handicapés qui seront présents aux Jeux Paralympiques en 2016 ?

Thierry BRAILLARD : Je vais voir souvent sur le terrain les athlètes handisports. J’ai de nombreux échanges avec la présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF), Emmanuelle ASSMANN. J’ai été voir le nageur Charles ROZOY à l’entraînement et qui se prépare pour les Jeux Paralympiques de Rio. Pour moi, il n’y a aucune différence entre l’olympisme et le paralympisme. Ce sont des sportifs qui représentent notre pays. On espère récolter de nombreuses médailles pour les athlètes valides et les handisports. Je ne fais aucune distinction et ils ont mon soutien les uns comme les autres.

F.H.I --- Des rencontres avec les sportifs handicapés seront-elles mises en place ?

Thierry BRAILLARD : Bien entendu. Il ne vous aura pas échappé que lorsque j’ai fait cette opération en route pour Rio avec des entreprises, il y avait autant de sportifs valides et invalides.

F.H.I --- Le handisport apparaît-il comme l’un de vos chantiers au sein du ministère des Sports ?

Thierry BRAILLARD : C’est l’une de mes priorités. Il faut lutter contre les discriminations quelque soit votre couleur de peau, votre orientation sexuelle ou votre handicap. Il faut lesBraillard Groupe traiter sur un pied d’égalité dans le sport pour tous. Concernant la pratique du sport de haut niveau, on a une politique de soutien envers la Fédération française handisport (FFH) et la Fédération française du sport adapté (FFSA). Le plus important, c’est que les athlètes handisports puissent pratiquer leur sport dans les meilleures conditions possibles.

F.H.I --- Concrètement qu’elles sont les actions mises en place par votre ministère ?

Thierry BRAILLARD : En tant que secrétaire d’État chargé des sports, je ne mets pas mon nez dans la façon dont les Directeurs techniques nationaux travaillent. Sinon, on va dire que je veux avoir la mainmise sur tout. Je leur fais entièrement confiance. Après, je discute avec eux sur les objectifs à atteindre.

F.H.I. --- Le plan d’aide à la médiatisation du handisport est toujours en place ?

Thierry Braillard : Le Centre national pour le développement du sport Cnds a validé ses crédits. Il suffit que les organisateurs d’événements via les fédérations en fassent la demande afin d’avoir une couverture médiatique.

F.H.I --- Alors qu’une candidature pour les Jeux de 2024 se profilent à l’horizon, pensez-vous que la France soit aux normes pour accueillir les Paralympiques ?

Thierry BRAILLARD : Si ce n’est pas le cas aujourd’hui, cela permettrait de l’être définitivement. Il faut également mobiliser les collectivités afin qu’elles réalisent les travaux nécessaires pour que les anciens bâtiments soient accessibles pour tous. L’État doit montrer l’exemple.

Propros recueilli par
Romain BEAUVAIS À l'INSEP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir