Contenu principal

Message d'alerte

Sophie DARTEVELLE_presidente_de_l_UfsbdAprès ses trois premières années de mandat, Sophie DARTEVELLE a été réélue à la présidence de l’Union française de la santé bucco-dentaire pour les trois années à venir. À cette occasion, elle s’est exprimée sur l’accès aux soins des personnes handicapées pour l’hygiène bucco-dentaire. Depuis 2006, l’Ufsbd essaye de trouver des solutions pour les personnes en situation de handicap...Preuve en est puisqu’elle propose aux dentistes de proximité d’aller à la rencontre des populations dans les établissements médico-sociaux. Cela permet ainsi de créer un lien entre ces lieux de vie et le milieu ordinaire.

Désormais il ne reste plus qu’à former les chirurgiens-dentistes car ils ne connaissent pas le handicap à moins d’avoir un patient qu’il l’est. Bien évidemment la question de l’accessibilité des cabinets dentistes ne se fera pas du jour au lendemain mais l’Ufsbd fait beaucoup pour les personnes handicapées. Leur dernier objectif concerne les personnes en situation de handicap à domicile car elles ont beaucoup de difficultés pour se rendre chez le dentiste. Pourtant si elles pouvaient au moins y aller une fois par an, et si on les aide avec des gestes adaptées pour une bonne hygiène bucco-dentaire, il n’y a pas de raison d’avoir de gros problèmes de santé bucco-dentaire poour cette population. 

F.H.I --- Comment avez-vous vécu votre réélection à la tête de l’Union française de santé bucco-dentaire ?

Sophie DARTEVELLE : C’est le point de départ d’un nouveau programme. Les trois premières années étaient là pour constituer une équipe ou encore réflechir à des projets. Les trois années à venir vont nous permettre de dérouler tout ce que l’on a essayé de les mettre en place.

F.H.I --- Quels sont vos chantiers à venir ?

Sophie DARTEVELLE : Bien évidemment, le travail sur les enfants reste notre cheval de bataille. Ensuite, on a envie d’approfondir nos actions envers les personnes âgées. Enfin, on aimerait obtenir une mobilisation accrue sur le terrain autour du handicap comme on a pu l’avoir auprès des personnes âgées. Ce sont des sujets qui sont importants pour l’Union française de la santé bucco-dentaire (Ufsbd).  

F.H.I --- Avec plus de 12 millions de personnes handicapées, le handicap en fait-il partie ?

Sophie DARTEVELLE : Sur la question du handicap, on y travaille depuis 2006 au sein de l’Ufsbd. Désormais, on aborde le handicap avec plus de serénité. Mais on part du constat que les personnes handicapées ont des difficultés pour prendre en charge leur hygiène bucco-dentaire. C’est plus compliqué pour une personne qui ne peut pas se brosser les dents par rapport à celle qui est en fauteuil roulant et qui a toutes ses capacités pour y arriver. Par ailleurs, on a remarqué que la santé bucco-dentaire n’est pas la priorité des personnes en situation de handicap parce qu’il y a d’autres préoccupations liées aux problématiques du handicap. Enfin, c’est compliqué pour un enfant autiste d’aller chez un dentiste car il rentre souvent dans un milieu hostile. Finalement, les personnes handicapées préfèrent se rendre à l’hôpital plutôt que dans un cabinet dentaire. Malheureusement, le dentiste sort du parcours de santé lorsque les personnes handicapées optent pour le milieu hspitalier.

« On forme les chirurgiens dentistes afin qu’ils aient une meilleur connaissance du handicap »

F.H.I --- Quelles sont les choses qui fonctionnent pour l’accès des soins bucco-dentaires pour les personnes handicapées.

Sophie DARTEVELLE : On a beaucoup travaillé au sein des établissements médico-sociaux afin de créer un lien avec le milieu ordinaire. Pour y arriver, on a fait venir des dentistes libéraux dans ces lieux de vie. CesLe Comite Directeur de l UFSBD et sa presidente derniers sensibilisent les personnes handicapées, pour celles qui peuvent comprendre le message, à l’hygiène bucco-dentaire ainsi que le personnel encadrant et les familles. On essaye ainsi de changer les cmportements afin que l’hygiène bucco-dentaire devienne une priorité pour les personnes handicapés. Et si elles ont des questions, il y a un dentiste référent, se trouvant à proximité de l’établissement, pourra y répondre. Mais on constate que d’une année sur l’autre, il y a de moins en moins de besoins en soins car la santé bucco-dentaire des personnes handicapées doit être la même que celle de tout le monde.

F.H.I --- Le fait que les cabinets dentires ne soient pas totalement accessibles restent un frein dans l’accès aux soins bucco-dentaires p our les personnes handicapées ?

Sophie DARTEVELLE : C’est notre Conseil de lOrdre qui doit veiller à la bonne application de la loi de 2005. Certains sont accessibles et d‘autres ne le seront jamais. Notre mission est de sensibiliser les dentistes à cette loi, notamment sur la question de la mise en accessibilité de leur cabinet médical pour ceux qui peuvent réaliser les travaux. Il ne faut pas rêver, cela ne se fera pas du jour au lendemain.

F.H.I --- Qu’est-ce qui est mis en place pour sensibiliser les dentistes au handicap.

Sophie DARTEVELLE : On forme les chirurgiens dentistes afin qu’ils aient une meilleur connaissance du handicap. Cela leur permettra ainsi de mieux appréhender la prise en charge des personnes handicap »es concernant la santé bucco-dentaire. Mêmesi les dentistes ne pribilégient pas cette formation sur le handicap, le fait d’avoir un patient handicapé va le motiver à se former sur cette problématique. On n’y arrivera pas lorsque le médecin ne connaît pas ce sujet et n’a pas été touché par une situation de handicap.

F.H.I --- Que reste-il encore à faire pour améliorer l’accès aux soins des personnes handicapées.

Sophie DARTEVELLE : Notre mission est de faire parvenir des messages de prévention sur la santé bucco-dentaire pour les personnes qui sont à domicile et qui n’ont aucun contact avec un chirurgien-dentiste. Finalement, si on aide une personne handicapée à maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire, il n’y a aucune raison d’avoir de gros problèmes de santé bucco-dentaire. 

Propos recueillis par
Romain BEAUVAIS

 

   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir