Contenu principal

Message d'alerte

Après ...Si chacun peut ou pas apprécié l'utilité d'une telle initiative organisée par Schindler Award, il n'en demeure pas moins que le thème central de l'un des plus prestigieux concours reconnu de tous les professionnels sera la mobilité des personnes de tout âge, handicapées ou non. François-Hélène Jourda répond ici à nos questions, de la vision qu'elle en a et ce qu'elle en espère !

Françoise-Hélène Jourda Présidente du JuryFrançoise-Hélène Jourda Présidente du Jury

F.H.I --- Qu'est-ce qui, pour vous, signe l'originalité du Schindler Award, par rapport à tous les autres concours d'architecture ?

Françoise Hélène JOURDA --- Ce prix est unique. Il est le seul qui valorise cette attention particulière que devraient avoir tous les concepteurs pour rendre accessibles leurs ouvrages à l'ensemble de la population quels que soient les handicaps. Il est bien souvent question seulement des handicaps moteurs de la difficulté à se déplacer dans l'espace pour des raisons « mécaniques ».

Le Schindler Award a une action encore plus généreuse puisqu'il propose aux étudiants de prendre en considération toutes les difficultés, celles de toutes les populations dans leurs différences : enfants, personnes âgées avec des problèmes de repérage dans l'espace, mal voyants ou malentendants, etc. Bien trop souvent, les étudiants produisent des projets qui généreux dans leurs formes architecturales et leurs innovations technologiques s'éloignent beaucoup trop d'une considération pourtant à la base de leur pratique : celle de construire pour tous, quelles que soient les capacités, caractéristiques physiques ou mentales des utilisateurs.» Pensez à repenser la mobilité » telle et le souhait de concours d'architecture.

F.H.I --- En quoi le site choisit cette année pour cette nouvelle édition vous paraît-il pouvoir illustrer toutes les problématiques de l'accessibilité ?

Françoise Hélène JOURDA --- Il s'agit pour les étudiants de réfléchir à plusieurs échelles, celles de la ville et celle de l'aménagement local et de l'architecture. Les différences de niveau existantes, les possibles connexions aux réseaux de transport et en particulier de transport en commun, la grande variété des aménagements à proposer dans leurs fonctions devraient donner l'occasion aux étudiants, de découvrir de nouvelles manières de concevoir la ville d'aujourd'hui. La thématique du sport et du sport pour tous est une occasion exceptionnelle de travailler sur le concept de rassemblement du « vivre ensemble », du véritable partage. Elle devrait susciter des idées nouvelles, des projets de grande convivialité.

F.H.I — Présidente du Jury, pour la deuxième année, pouvez-vous nous dire quelles sont les grandes lignes conduisent les choix du jury ?

Françoise Hélène JOURDA — Les débats à l'intérieur du jury sont toujours importants et passionnants. Il ne faut pas oublier que nous avons à faire avec des étudiants qui ont donc, à la fois une grande ouverture d'esprit, mais aussi parfois une absence d'expérience évidente.

 

 

 

 

 

 

Nous cherchons donc des projets à fort potentiel quant à un développement futur et comme source de réflexion et de proposition pour découvrir d'autres manières (celles du futur ?) de concevoir notre environnement bâti. Il n'y a donc pas de processus de décision préfabriquée. Chaque projet est défendu et critiqué. Et à la fin, les lauréats font généralement l'unanimité !

F.H.I --- Présidente du Jury, pour la deuxième année, pouvez-vous nous dire quelles sont les grandes lignes conduisent les choix du jury ?

Françoise Hélène JOURDA --- Les débats à l'intérieur du jury sont toujours importants et passionnants. Il ne faut pas oublier que nous avons à faire avec des étudiants qui ont donc, à la fois une grande ouverture d'esprit, mais aussi parfois une absence d'expérience évidente.

Nous cherchons donc des projets à fort potentiel quant à un développement futur et comme source de réflexion et de proposition pour découvrir d'autres manières (celles du futur ?) de concevoir notre environnement bâti. Il n'y a donc pas de processus de décision préfabriquée. Chaque projet est défendu et critiqué. Et à la fin, les lauréats font généralement l'unanimité !

F.H.I --- En quoi l'accessibilité (au côté du développement durable, de l'écoconception, des défis de la ville de demain)... Vous paraît-elle être l'une des priorités de l'architecture d'aujourd'hui ?

Asenceur accessible award

Françoise Hélène JOURDA --- Les objectifs que doit atteindre une ville « durable » sont multiples. La gestion des ressources (en matériaux, en énergie, en eau...) tout comme la minimisation des émissions de gaz à effet de serre, concerne la part environnementale du projet.

Mais il ne faut pas oublier les aspects sociaux et économiques. La ville durable doit être mixte socialement et permettre à chacun, quels que soient son rôle et ses capacités à participer à la vie démocratique.

La question de l'accès pour tous de l'espace extérieur ou construit est partie intégrante d'une démarche écoresponsable.

 

Interview réalisé à Paris 10.10.2009
Par Stéphane Lagoutiére

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir