Contenu principal

Message d'alerte

Emmanuel CONSTANT_President_de_ADAPTC'est en l'absence des secrétaires d'États, Harlem DÉSIR, et Ségolène NEUVILLE, retenu en raison des attentats du 13 novembre que Emmanuel CONSTANS, président de l'ADAPT a inauguré le lancement de la 19e Semaine pour l'emploi des personnes handicapées (SEPH). Un président ému par la tristesse des français, mais qui nous à rappeler, son souhait de maintenir cette manifestation.

Alors que le président de la République a proclamé l'état d'urgence, tout rassemblement était interdit tout le week-end et on pouvait craindre que la SEPH soit annulée ou reportée. Mais elle aura bien lieu car il ne faut pas avoir peur face à une telle barbarie. Et pour la première fois, la SEPH sera tournée vers l'Europe. Avec des modèles différents, la France pourrait sans doute s'en inspirer afin d'inverser la courbe du chômage des personnes handicapées. Avec près d'un demi-million de demandeur d'emploi et un chômage qui dépasse les 23%, l'Adapt espère bien que cette semaine répondra aux besoins des personnes en situation de handicap. Mais une chose est sûre, pour le président de l'association, il n'est pas question d'abandonner le combat jusqu'à ce que toutes les personnes handicapées aient trouvé un emploi.

F.H.I --- À la suite des attentats terroristes survenus vendredi dernier et l'état d'urgence décrété par le président de la République, qui interdisait tout rassemblement, la 19'e Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées verra-t-elle bien le jour ?

Emmanuel CONSTANS : Oui la 19e édition de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées, qui cette année devient la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées, aura bien lieu. Nous avons tout fait pour la maintenir. Le coup d'envoi a été donné ce lundi matin et elle se déroulera toute la semaine sur l'ensemble du territoire national.

F.H.I --- Alors que l'état d'urgence est de rigueur, est-ce que le Forum emploi de mercredi aura-t-il également lieu ?

Emmanuel CONSTANS : bien évidemment. Nous allons appliquer les consignes de sécurité qui sont décidées par la Préfecture de Paris et le gouvernement. Nous nous y plions donc. L'accessibilité est importante dans nos réunions mais la sécurité l'est encore plus. Nous assurons les deux. Ce Forum emploi se déroulera donc dans d'excellentes conditions de sécurité. De plus, la ministre du Travail, Myriam EL KHROMRI devrait passer.

F.H.I --- C'était important que la SEPH ait une dimension européenne...

Emmanuel CONSTANS : L'Europe peut apporter beaucoup dans le domaine du handicap. Le Vieux Continent nous propose des pratiques nouvelles et innovantes. Et nous, nous pouvons faire rayonner nos propres pratiques à l'échelle européenne notamment sur l'emploi des personnes handicapées en milieu ordinaire. La France est en avance sur ses voisins européens.

« Le modèle de l'obligation du quottât n'est pas l'idéal »

F.H.I --- Avec un nombre de demandeurs d'emploi qui pourrait bientôt le demi-million, peut-on transposer certains modèles européens en France ?

Emmanuel CONSTANS : Dans certains pays, le taux de chômage des personnes handicapées est très élevé. Dans d'autres pays, la situation est bien meilleure qu'en France. Il faut donc apprendre ensemble pour améliorer les choses. En France, on a tous lesAu premier plan le president de l ADAPT moyens, justement avec nos partenaires européens, pour pouvoir proposer de nouvelles solutions innovantes afin d'inverser la courbe du chômage sur notre territoire national.

F.H.I --- Quels sont ces solutions innovantes pour résorber le chômage des personnes handicapées durant la SEPH 2015 ?

Emmanuel CONSTANS : Une solution qui me paraît la plus importante. C'est celle de l'emploi accompagné. La réalité, c'est que les personnes handicapées puissent gagner leur vie en travaillant. L'emploi accompagné assure donc une certaine sécurité aux personnes en situation de handicap ainsi qu'aux entreprises. C'est une nouvelle notion qui va permettre de développer l'emploi des personnes handicapées. Cela pourrait sans doute réduire le chômage des personnes en situation de handicap.

F.H.I --- Entre le modèle législatif et celui qui est social, lequel doit-on appliquer en France ?

Emmanuel CONSTANS : Tous les modèles sont bons. Le modèle de l'obligation du quottât n'est pas l'idéal mais cela est nécessaire. Sinon, on ne serait pas aujourd'hui à 3,1%. On serait resté à 1% ou 2%. Pour l'Adapt, ce n'est pas de contraindre mais de fédérer et convaincre les personnes en situation de handicap afin qu'elles se donnent les moyens pour venir sur le marché du travail avec la meilleure qualification et formation possible. Après, il faut inciter les grandes entreprises à embaucher des salariés handicapés. Et au sein de notre association, on veut développer ce modèle social.

F.H.I --- Avec beaucoup de jeunes qui s'arrêtent après le baccalauréat, comment fait-on pour que les personnes en situation de handicap afin qu'elles puissent trouver un emploi ?

Emmanuel CONSTANS : Aujourd'hui, les jeunes se sont de plus en plus intégrés dans l'école de la République alors qu'auparavant, ils étaient davantage dans le milieu spécialisé. On a une toute nouvelle génération qui va pouvoir faire des études supérieures et obtenir des diplômes professionnels. Grâce à l'accès à la formation et à l'école, ils pourront ainsi accéder plus facilement au matché de l'emploi. Il faut que les entreprises, les associations et les pouvoirs publics répondent aux besoins des personnes en situation de handicap.

« Nous, nous battons pour que le handicap soit au cœur des élections régionales »

F.H.I --- Selon vous, les pouvoirs publics prennent-ils en compte cette question du handicap ?

Emmanuel CONSTANS : Les personnes handicapées ont une forte demande et certains sont laissées sur le bord de la route. Mais depuis la loi de 2005, les pouvoirs publics ont compris l'effort qui est à accomplir. Mais les gouvernements successifs auront à cœur de poursuivre cette action. Pour l'Adapt, il est important que l'action se perdure dans la durée. Entre 2015 et 2025, il nous faut avancer au service de l'emploi des personnes handicapées.

F.H.I --- À quelques jours du premier tour des élections régionales ( le 06 décembre), n'avez-vous pas des craintes que le handicap soit relégué au second plan ?

Emmanuel CONSTANS : Le handicap n'a aucune raison d'être mise une nouvelle fois sous éteignoir. Les régions ont un rôle primordial à jouer dans l'emploi et la formation des personnes en situation de handicap. Nombre de candidats s'intéressent à cette question et ont des propositions à faire. Nous, nous battons pour que le handicap soit au cœur des élections régionales. À travers cette campagne, il faut faire prendre conscience à toute la classe politique que l'insertion professionnelle des personnes handicapées est un sujet plus qu'important.

F.H.I --- Quels sont vos espoirs pour cette 19e édition de la SEPH 2015 ?

Emmanuel CONSTANS : Lorsque toutes les personnes handicapées n'auront pas un emploi, nous continuerons de nous battre. Et cela fait dix-neuf ans que nous le faisons.

Propos recueillis
Par Romain BEAUVAIS

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir