Contenu principal

Message d'alerte

Quatre-vingt millions d'Européens sont, d'une façon ou d'une autre, atteints de handicaps. Leurs chances d'intégration sur le marché de l'emploi sont très faibles. Le Hongrois Ádám Kósa (Parti populaire), et aujourd'hui un des seul député européen à être sourd, représente un contre-exemple qu'il aimerait voir suivi : diplômé du supérieur, il a travaillé comme avocat avant d'être élu. Il a préparé la position du Parlement sur la stratégie lancée par la Commission européenne pour lutter contre le handicap.

Né et élevé dans une famille sourde, Kosa s'exprime dans sa langue maternelle des signes, couramment. Un homme qui occupait avant son élection le poste de Président de l'association hongroise des sourds. Kosa a étudié le droit avec la volonté de défendre ce qu'il croyait moralement et légalement a consacré toute sa vie jusqu'à présent a la défense des intérêts de sa communauté. Avec ses 35 ans, le Hongrois raconte l'agréable surprise a été quand il a vu qu'en tant que membre du Parlement européen, elle a ouvert de nombreuses portes plus. « À partir de là », a tenu de son bureau à Bruxelles, « je peux faire beaucoup plus qu'avant. » Pour l'eurodéputé, la vocation politique est inévitablement liée à la défense de gens comme lui a eu quelques difficultés à développer pleinement leur autonomie. Toujours, parlez de votre parti politique avec de bonnes manières, mais il est à ce Hongrois membre du Parti populaire européen, « handicap transcende les familles politiques. »

2011.05.30.Adam Kosa, premier eurodéputé sourdAdam Kosa, premier eurodéputé sourd lors d'une intervention au Parlement Européen

 Un homme de conviction

F.H.I — Qui est visé par votre rapport ?

Ádám KOSA : Il concerne les 80 millions de personnes atteintes de handicaps en Europe. C'est la plus grande minorité du continent. Leur problème principal est l'accès aux services : scolarisation, emploi, santé. C'est un énorme problème pour la société dans son ensemble.

F.H.I — Concrètement, qu'est-ce qui peut être fait ?

Ádám KOSA : La Commission européenne propose une stratégie sur dix ans. Mon rapport s'appuie dessus et ajoute quelques commentaires et idées. Tout d'abord, il faut considérer les personnes atteintes de handicaps à travers le prisme des droits de l'homme plutôt que s'apitoyer sur leur sort. Nous avons des instruments comme la Convention des Nations unies sur les droits des personnes handicapées et la Charte européenne des droits fondamentaux.

Ensuite, l'accessibilité : pourquoi est-ce un problème pour les personnes handicapées ? Prenons mon cas personnel : je ne peux pas entendre, mais je ne me sens pas handicapé. C'est la société qui me freine, ce sont ses structures qui me bloquent. Ce n'est pas vous ou moi qui sommes handicapés, c'est la société. Avec une meilleure accessibilité de tous les services, nous n'aurions pas de problème.

Enfin, l'emploi. Si les employeurs intégraient les personnes handicapées dans leurs pratiques, les entreprises deviendraient des espaces d'égalité pour tous les citoyens. C'est quelque chose que je soutiens dans mon rapport. Cela nous concerne tous et dans tous les domaines, de l'éducation des enfants aux personnes âgées.

F.H.I — Qu'aimeriez-vous que l'Union européenne réalise dans la décennie à venir ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ádám KOSA : Le plus important serait d'augmenter le taux d'emploi des personnes handicapées. En Europe occidentale, 40 % d'entre elles ont un emploi rémunéré. En Europe de l'Est, ce sont 10 à 15 %. Ces chiffres sont très faibles : 10 à 15 %, c'est épouvantable. Je veux une évolution majeure. Cela fait partie de la stratégie sur les personnes handicapées, mais c'est aussi dans la stratégie Europe 2020, qui appelle de ses voeux un taux d'emploi global de 75 %. Le seul moyen d'arriver à ce dernier objectif est de mieux intégrer les personnes atteintes de handicaps.

F.H.I — Existe-t-il des organismes chargés de représenter les personnes handicapées au niveau européen ?

Ádám KOSA : Je propose la création d'une commission chargée de se pencher sur les problèmes spécifiques des personnes handicapées. Nous parlons d'une population de 80 millions de personnes, une commission indépendante serait donc tout à fait indiquée.

Au jour d'aujourd'hui, le Parlement européen dispose d'un intergroupe sur le sujet (regroupement informel de députés de différents partis, ndlr) et les citoyens peuvent s'adresser à la commission parlementaire des pétitions. La Commission européenne dispose d'une unité qui travaille sur le handicap. Des organisations nationales existent. Néanmoins, le message des personnes handicapées ne doit pas être perdu dans cette grande machine qu'est l'Union européenne

F.H.I — Vous présidez justement l'intergroupe sur le handicap. Quel est son rôle et quels sont vos objectifs ?

Ádám KOSA : C'est le plus vieil intergroupe du Parlement européen. Il a été lancé il y a plus de trente ans. C'est aussi le plus important avec plus de 100 membres.

Il vise principalement l'échange d'informations entre députés européens, mais nous avons également rencontré le Conseil (représentant les États membres de l'UE, ndlr) et la Commission européenne à huit reprises ces deux dernières années. Nous sommes soutenus par le Forum européen des personnes handicapées, la plus grande organisation non gouvernementale du secteur, ce qui nous donne des liens forts avec la société civile.

Côté réalisations, nous avons obtenu que les différentes institutions européennes (Conseil et Commission) soient présentes à nos réunions. Notre opinion est écoutée sur la scène européenne et nous avons fait prendre conscience des enjeux liés au handicap à de nombreux députés européens.

Interview réalisé le 28 Mai 2011 A Strasbourg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir