Contenu principal

Message d'alerte

l acteur Youssef HAJDI« Pourquoi j’ai pas mangé mon père » a ouvert ce mercredi à l’UGC Gobelins à Paris, la sixième édition du Festival Audiovision. Durant deux semaines, les aveugles et amblyopes pourront ainsi regarder les films en audiodescription. Ouverte à tous pour la modique somme de 4€, mais une vraie opportunité pour un public qui a des difficultés à avoir accès à la culture et au cinéma. Une manifestation en présence des acteurs du secteur engagés comme Luc BESSON, parrain de ce Festival, ou Jamel DEBBOUZE, sensible au handicap.

Ellyn FERIOLO_une_des_participante_a_Mon_partenaire_particulierAlors que la recherche de l’amour est compliquée pour les personnes handicapées, Ellyn FERIOLO n’a pas hésité une seule seconde pour participer à cette nouvelle série documentaire « Mon Partenaire particulier » qui sera diffusée ce mercredi sur M6 a 20h55. Cette dernière, atteinte d’infirmité motrice cérébrale (IMC) qui l’empêche d’être autonome, espère bien faire de belles rencontres afin de trouver quelqu’un de bien pour s’installer et fonder une famille. Sportive, fan de plongée, elle commence des études de journalisme et aimerait devenir, critique gastronomique. Ellyn nous explique pourquoi elle a accepté que des caméras la suivent dans sa recherche du prince charmant...

Sandrine DHELLEMMESPour cette septième édition du Pass pour l’emploi qui s’est tenu jeudi dernier sur le Parvis de la Défense à Paris, la Directrice de la Mission handicap de la Société générale, Sandrine DHELLEMMES, a dressé pour nous un premier bilan. Plus de 1150 candidats avaient postulé en ligne avant ce forum et 2200 sont venus déposer leur cv sur place. C’est donc un vrai succès. Pour l’heure, les 42 entreprises présentes sur ce forum n’ont pas encore fait de retour concernant le recrutement des personnes. Une enquête de satisfaction va leur être envoyée dont les retours seront étudié avec minutie.

Jean-Marie SCHLERET Conference Anniversaire FIPHFPAlors que l'on vient de fêter les dix ans de la loi du 11 février 2005, Le président de l’Observatoire de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement, Jean-Marie SCHLÉRET, voulait à tout prix mettre en avant le côté positif et les avancées au lieu de stigmatiser les retards criants de notre société. Ce dernier qui nous accordé un long entretien. Et nous à donné son point de vue sur les agendas d’accessibilité programmée et a expliqué pourquoi les Ad’AP n’ont pas vu le jour avant. Encore une fois le manque de volonté politique aurait pu faire échouer la loi de 2005.

Rapport-annuel-observatoire-securite-acessibilite-etablissement-scolaireÀ l’occasion de la remise du rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité et de l’accessibité des établissements d’enseignement ce mardi, le rapporteur général, Robert CHAPUIS, a accepté de revenir pour France Handicap Info sur la question de l’accessibilité et celle de la formation professionnelle. Ce dernier a pointé du doigt les 25% des nouvelles constructions depuis 2008 qui ne sont pas aux normes et qui doivent faire des travaux supplémentaires pour la mise en accessibilité. Un comble tout de même. Après les écoles primaires qui doivent également encore faire des efforts, c’est le cas pour les universités qui doivent déposer des agendas d’accessibilité programmée afin d’être aux normes.

Nicolas LEVY Directeur Fondation maladies raresAujourd’hui, on dénombre entre 7000 à 8000 maladies rares et des difficultés pour les identifier. Pour le directeur de la Fondation des maladies rares, Nicolas LÉVY, cette journée internationale des maladies rares, qui aura lieu ce samedi, pourrait être l’occasion de sensibiliser l’opinion publique à cette cause. Mais il faut surtout éviter l’errance du diagnostic et permettre l’accès des traitements aux patients. Malheureusement cela peut paraître compliqué pour un petit groupe de malades qui ont la même pathologie par rapport à des centaines de patients qui souffrent d’un mal commun comme le diabète, l’hypertension artérielle ou les maladies cardiovasculaires.

Christian Favier, President du Conseil general du Val de MarneDix ans après le constant est sans appel. Concernant l’accessibilité, la France est encore en retard. Malgré la loi du 11 février 2005 qui va fête ses dix ans, les collectivités n’ont pas réussi à être présentes à temps pour 2015. Mais dans le Val-de-Marne, les élus municipaux ont essayé de mettre tout en œuvre pour que le plus grand nombre de lieux accueillant du public handicapé soient aux normes. Les nouveaux le sont bien évidemment. Pour le président du Conseil général du Val-de-Marne, Christian FAVIER (PCF), il était important de faire le maximum le chantier étant loin d'être finit.