Contenu principal

Message d'alerte

Affiche Visuel du projet habitat partage avec association Autimse AveyronAprès une première vie au sein de grandes entreprises, j’ai souhaité m’investir dans le monde associatif et j’ai rejoint en 2016 le Mouvement SOLIHA, solidaire pour l’habitat, en tant que salarié de La Ligue Nationale Contre le Taudis. Seule association reconnue d’utilité publique dans le domaine du logement, elle soutient des projets locaux d’amélioration de l’habitat et permet aux personnes les plus démunis d’accéder à un logement décent. Andréa STOURDZE revient sur les raisons qui l'ont incité a soutenir ce projet d'habitat partagé avec l'association Autisme Aveyron...

Quelles ont été vos actions dans la construction de ce projet ?
Andréa STOURDZE --- SOLIHA Aveyron a rencontré fin 2012 l’équipe d’Autisme Aveyron qui nous a présenté leur projet très novateur d’habitat partagé pour personnes atteintes d’autisme.

Nous avons construit progressivement le projet ensemble à partir d’une approche très pratique des lieux qui pourraient correspondre : les premières visites de sites potentiels ont permis de mettre en évidence et en mots ce que les parents bénévoles et les salariés d’Autisme Aveyron avaient intuitivement en tête : on a travaillé l’équilibre autonomie/sécurité, le contenu des logements, les fonctions de la pièce polyvalente commune, les qualités attendues de l’implantation, la pertinence d’ajouter des locaux d’activité...

C’est en visitant ensemble un lieu d’accueil de jour de la commune de Sebazac que nous avons ouvert la discussion avec cette commune, puis cherché avec les élus un terrain sur place, ce qui a amené les élus à nous proposer le site sur lequel nous allons bâtir. Une belle histoire construite grâce à la volonté et à l’implication d’une merveilleuse équipe engagée et d’une commune très à l’écoute et prête à s’impliquer. Les travaux commencent dans quelques semaines au plus grand bonheur de tous.

Pourquoi est-ce important pour vous de soutenir ce projet ?
Andréa STOURDZE --- On parle souvent d'enfants autistes mais beaucoup plus rarement, voire jamais d'adultes. Que devient l'adulte autiste en France ?

Propos du Dr Nadia Chabane, pédopsychiatre : "L'accompagnement de la personne autiste de l'enfance jusqu'à l'âge adulte reste émaillé de rupture. Très fréquemment arrivé à l'âge adulte, il y a peu de solutions : soit il y a l'hôpital psychiatrique, soit quelques structures qui ne sont pas encore adaptées aux particularités de la personne autiste. La prise en charge de l'adulte autiste reste encore un énorme champ de bataille.”

"Nous avons besoin de bouger et de créer des choses en France, c'est ¬à¬ dire inventer des structures les plus proches de la vie sociale, les plus proches de la vie du citoyen pour ces personnes qui sont pour l'instant très isolées et qui ne bénéficient pas des outils et des techniques qui pourraient les aider à avoir une meilleure autonomie et une meilleure insertion sociale."

Qu’est-ce que ce projet va changer dans la vie des bénéficiaires?
Andréa STOURDZE --- Ce projet est, depuis le départ, mené en étroite collaboration avec l’association Autisme Aveyron, avec la participation directe de jeunes autistes, peut¬ être futurs usagers de la structure, et de leurs familles à la définition, à la conception et à la mise en œuvre du projet d’accueil qui les concerne. Ce centre va permettre de répondre à une demande toujours plus croissante, mais non pourvue, de logements adaptés pour des personnes atteintes d’autisme afin de les faire s’épanouir et s’adapter, au mieux de leur capacité, à une vie autonome et pourquoi pas professionnelle.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir